Cannes / 75e Festival de Cannes (20 mai)

Sélection officielle – En Compétition

CiaoViva - EO - Cannes 2022 - ARP(1)
Cannes 2022 – EO – Jerzy Skolimowski © Aneta Gebska i Filip Gebski

EO (Hi-Han) de Jerzy Skolimowski (Drame – Pologne/Italie – 1h26mn).
A Cannes en 2015 les béliers de… Béliers avaient été les vedettes de ce film islandais de Grímur Hákonarson présenté à Un Certain Regard. L’année dernière deux vaches étaient à l’affiche, Luma pauvre vache laitière de Cow, documentaire d’Andreas Arnold sélectionné à Cannes Première, et Vedette, la reine des alpages et de… Vedette, documentaire de Claudine Bories et Patrice Chagnard, présenté à l’ACID. La cause animale fait aussi partie des préoccupations des cinéastes.
Pour la 75
e édition, c’est l’âne Eo qui a les honneurs de la Compétition dans le film homonyme de Jerzy Skolimowski.
Des ânes (
Equus asinus) au cinéma on en connaît quelques-uns, Bim, le petit âne du film d’Albert Lamorice, l’âne de Shrek, Patrick dans Antoinette dans les Cévennes, et puis, il y a Balthazar de Au hasard Balthazar de Robert Bresson (1966) dont s’est inspiré Jerzy Skolimowski (84 ans), qui a mis un temps de côté ses toiles et pinceaux pour revenir à la réalisation.
Bien plus un hommage qu’un
remake, EO est un petit âne gris aux yeux mélancoliques, qui rencontre des hommes et des femmes et fait l’expérience de la joie, de la peine et de la souffrance
La scène d’ouverture, une
performance dans un cirque, filmé en noir et rouge, entre l’âne et Kasandra l’équilibriste, donne le ton des expérimentations visuelles (et auditives) qui ponctuent les différentes étapes du périple, de la Pologne à l’Italie, de ce Candide à quatre pattes. Séparé de la seule personne qui l’aime (à cause de la législation interdisant les spectacles d’animaux…), Eo retrouve « la liberté »… Comme Charlie Chaplin, Jacques Tati ou Elia Suleiman l’ont été, il devient, à travers ses différentes rencontres, un observateur (quasi) silencieux du monde d’aujourd’hui, de l’absurdité et de la cruauté de la société humaine et des individus qui la composent (rarement bons, souvent stupides, cupides , violents). Eo, par son statut d’équidé, est aussi le mieux placé pour rendre compte de la maltraitance animale (loup abattu dans une forêt, renards tués pour leur fourrure, âne battu).
EO est probablement le film plus original de la Compétition officielle. Souvent dérangeant et bouleversant, il incite également à la réflexion. On ne s’en plaindra pas.

Jerzy Skolimowski :« Qu’est-ce que l’âne veut communiquer ? Je pense que ses braiments veulent dire : «  Regardez-moi ! Je suis un être vivant comme vous ! Comme vous j’ai des désirs. Aussi j’ai besoin d’amour, d’affection, de soin, de sécurité. Pourquoi est-ce que vous me méprisez ? Pourquoi est-ce que vous me traitez comme un objet ? » J’aimerai que ce film touche le plus possible de cœurs et de cerveaux humains. J’espère que mon âne va vraiment vous toucher depuis l’écran. Regardez au fond de ses yeux. Je proteste contre l’agriculture de grande envergure intensive le fait que l’on utilise les animaux pour les tuer et faire de la viande et je proteste contre l’élevage des animaux pour leur fourrure »

EO (Hi-Han) de Jerzy Skolimowski avec Sandra Drzymalska, Lorenzo Zurzolo, Isabelle Huppert, Kosciukiewicz Mateusz (Drame – Pologne/Italie – 1h26mn. Date de sortie : à déterminer)

La conférence de presse (Festival de Cannes – 21mai – 35mn – Vo traduction en français)
Jerzy Skolimowski par Thierry Jousse – (Blow Up – Arte – Avril 2019 – 11mn45)
Site officiel du Festival de Cannes
Le Festival de Cannes sur France.tv

Philippe Descottes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s