Cinéma… en lectures n°9 (Mai 2022)

Pour en savoir un peu plus ou aller plus loin, avant ou après la séance (ou l’exposition)…

Cel n°9 - Robert Redford-merged(1)
Robert Redford – Paul Vecchiali – Couvertures – Crédits photos : DR

Deux événements en ce mois de mai, la biographie de Robert Redford, l’un des derniers monstre sacrés du cinéma mondial, et l’autobiographie de Paul Vecchiali. Robert Redford de Michael Feeney Callan. Auteur de poèmes et de romans, scénariste pour la télévision, Michael Feeney Callan a écrit plusieurs biographies (Julie Christie, Sean Connery, Richard Harris, Anthony Hopkins). Pour celle de Robert Redford, enfin traduite en français l’un des derniers monstre sacré du cinéma mondial, il a passé quatorze ans, s’appuyant sur les carnets personnels et la correspondance de Redford, de nombreux témoignages ainsi que sur des centaines d’heures d’entretiens.
Cet ouvrage volumineux (765 pages !) retrace toute sa carrière, de sa jeunesse californienne à la fondation du Sundance Institute, de ses débuts d’acteur au passage à la réalisation et à la production, sans oublier son engagement politique et pour la cause environnementale. Il nous plonge également dans l’Amérique des années 1960 à nos jours.
Le texte est accompagné de trois cahiers de photos personnelles et inédites prêtées par Robert Redford.
De Paul Vecchiali : « Le Cinéma français, émois et moi » Tome 1 : Approches, Tome 2 : Accomplissements. À travers ces deux ouvrages, « Paul Vecchiali livre ce que lui-même évoque comme un fleuve tumultueux : une vie riche, dédiée au septième art, ponctuée de rencontres décisives, de victoires et de doutes. Dans un style très personnel, il nous fait découvrir un parcours hors du commun qui retrace plus de soixante ans de l’histoire du cinéma, imbriquée dans les évènements qui ont marqué l’évolution de notre société. Une somme passionnante qui illustre bien ce qu’il affirmait lors d’une interview : « Le cinéma ? C’est faire l’amour avec la vie ! ».

CeL n°9 - Romy Schneider Les actrices...-merged(1)
Romy Schneider – Couvertures – Crédits photos : DR

L’exposition que la Cinémathèque française consacre à Romy Schneider jusqu’au 31 juillet, à l’occasion des 40 ans de sa disparition, donne lieu à la parution de cinq autres livres (voir également le n°8). Deux nouveautés :Adieu Romy de Violaine de Montclos « (…) cette micro-biographie pétillante et profonde raconte en kaléidoscope le talent et la déchéance, les caprices et les ivresses, les joies et les infortunes d’une comédienne qui a tout fait, jusqu’au bout, pour qu’on ne l’oublie pas. » Romy Schneider – Les actrices se brisent si facilement de Faustine Saint-Geniès, ancienne journaliste politique et correspondante à New York, elle collabore au magazine Sofilm depuis 2016. « Éternelle insatisfaite, elle remet son titre en jeu dans chacun de ses rôles (prostituée, sœur incestueuse, actrice ratée ou femme brisée) et s’y jette à corps perdu, quitte à y laisser un peu d’elle-même. Abîmée par la vie et par certains de ses films, Romy semble condamnée à s’épuiser : « Sans rôles, je ne peux pas vivre. »… et trois rééditions : Romy intime d’Alice Schwarzer, La Dernière vie de Romy Schneider de Bernard Pascuito et Romy au fil de la vie de David Lelait-Helo.

CeL n°9 - M Monroe Fragments-merged(1)
Marilyn Monroe – Couvertures – Crédits photos : DR

Ce n’est pas une réédition, mais la sortie en poche, de Fragments de Marilyn Monroe qui regroupe les textes intimes de Marilyn Monroe, écrits entre 1943 et 1962. Tout un univers intérieur pour découvrir l’autre face de l’icône. Marilyn, Ombre et lumière de Norman Rosten. Poète, romancier, dramaturge et scénariste, Norman Rosten a été (avec sa femme Hedda) l’un des proches de Marilyn durant les sept dernières années de vie. « Il l’avait rencontrée un jour de pluie par l’intermédiaire du photographe Sam Shaw (l’un des plus importants de la carrière de Marilyn, auteur de la photo de couverture) ». Pour Norman Mailer : « Le livre de Rosten offre le portrait le plus tendre qui existe sur Marilyn. Un récit aussi beau qu’intime ».
Ouvrage de référence sur le cinéma américain un Passeport pour Hollywood de Michel Ciment « ressort ». « Comment filmer l’Amérique ? Comment filmer en Amérique ? Jamais peut-être un pays ne s’est autant identifié à un art que les États-Unis à leur cinéma ». Version révisée incluant de nouveaux entretiens exclusifs de Michel Ciment avec Billy Wilder, John Huston, Joseph Mankiewicz, Roman Polanski, Milos Forman et Wim Wenders.

CeL n°9 - C Chaplin Loin d'Hollywood-merged(1)
Charlie Chaplin – Couvertures – Crédits photos DR

Deux rééditions de textes de Charlie Chaplin aux Edtions du Sonneur : Loin d’Hollywood, le récit du séjour de Chaplin en Europe en 1921, son premier retour sur le continent depuis son exil américain en 1912. « La triple alliance qui a tout déclenché : une tourte au boeuf et aux rognons, la grippe et un câble. Même si un soupçon de mal de pays et de soif d’applaudissements a aussi pu influencer le cycle des circonstances qui m’ont envoyé prendre des vacances en Europe« , et Mon Tour du monde, « Février 1931 : Charlie Chaplin rejoint son Angleterre natale pour y présenter son dernier film, Les Lumières de la ville. Abattu par des problèmes personnels, déstabilisé par l’avènement du cinéma parlant, il ressent le besoin de s’éloigner de son travail, de ses affaires et des États-Unis. Une fois à Londres, il décide d’entreprendre un tour du monde S’il est grisé par sa notoriété, il reste des plus attentifs à la crise qui secoue alors le monde… ». A signaler par ailleurs, une étude sur les liens Charlot/Chaplin avec les avant-gardes, « Modernités de Charlie Chaplin » Un cinéaste dans l’œil des avant-gardes, collectif sous la direction de de José Moure et Claire Lebossé.« Ce sont (l)es affinités électives entre la modernité de Charlot/Chaplin (l’un et l’autre se confondent) et celle des avant-gardes artistiques que ce livre invite à explorer en questionnant le dialogue qui s’est noué entre le petit vagabond et la pointe la plus avancée de l’art de son temps ». Egalement aux Impressions Nouvelles, deux livres sur deux cinéastes français, Louis Malle dans tous ses états, un essai de Philippe Mert, et Trente ans avec Alain Resnais qui regroupe les entretiens de François Thomas avec le réalisateur.
L’étoile sombre L’égérie sacrifiée de la mode et du cinéma de Philippe Durant est la biographie de Mireille Balin, mannequin à la mode qui affola le Tout-Paris des années 30, puis vedette du cinéma aux côtés de Jean Gabin (Pépé le Moko, Gueule d’Amour) qui connut un destin tragique.

CeL n°9 - Delair- Clouzot-merged(1)
Delair/Clouzot – Couvertures – Crédits photos : DR

Suzy Delair Mémoires de Jacqueline Willemetz, auteure de plusieurs ouvrages et proche de Suzy Delair, a recueilli ses Mémoires au fil des jours et des années. Clouzot/Delair de Noël Herpe et Jacqueline Willemetz réunit la correspondance d’Henri-Georges Clouzot avec Suzy Delair.

Avant de découvrir ou de revoir au cinéma (le 8 juin) La Maman et la Putain de Jean Eustache, pourquoi ne pas lire Nous Deux roman-photo et autres écrits pour Jean Eustache de Sylvie Durastanti qui a été la compagne du cinéaste dans les dernières années de sa vie. Elle a écrit pour lui trois films, : Offre d’emploi, Un moment d’absence et Nous Deux roman-photo. Jean Eustache a réalisé le premier. Il préparait le tournage des deux autres, avant sa mort en 1981. Sylvie Durastanti est par ailleurs traductrice de Virginia Woolf et William Burroughs et romancière.
Enfin, deux livres qui sortent des sentiers battus… L’un, policier, que l’on doit à Ernest Tidyman, scénariste américain des
Nuits rouges de Harlem et de French Connection. Il est aussi auteur de romans policiers dont Shaft shaft shaft ! qui suit la novelisation de Shaft. L’autre signé Antoine de Baecque, historien et critique de cinéma, qui nous fait partager dans Ma forteresse – Journal du Vercors, sa grande passion pour la marche et nous raconte un région qui lui touche le cœur…
Bonnes Lectures ;o)


Extraits ou bandes annonces :
L’Arnaque
Les Hommes du président
Des gens comme les autres
Milagro
En haut des marches
Nuits blanches sur la jetée
L’Important c’est d’Aimer
La Passante du sans-souci
Les Temps modernes
Le Dictateur
Pépé le Moko
Gueule d’Amour
L’Assassin habite au 21
Quai des Orfèvres
La Maman et la Putain
Les Nuits rouges de Harlem (Shaft)
French Connection

Philippe Descottes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s