Théâtre /  TNN saison 2020 – 2021

A quoi sert le théâtre ? D’aucuns diront : « A pas grand-chose ». D’autres : « Le théâtre ? Mais c’est tout, le théâtre ! ». Moi, je crois que c’est une mixité. D’abord, une communion de personnes, le public dans la salle et en même temps – comme dirait l’autre- les acteurs sur la scène. Puis, et surtout, le texte, que les acteurs mettent debout. Oui, le n’hésite pas à le dire, une messe laïque, comme est laïque la notion d’ « acteur saint » de Grotowski. Une salle de théâtre ? Pas nécessaire. Le théâtre peut se faire dans la rue, en extérieur, dans une usine. Mixité d’un texte, d’acteurs, d’un public. Oserais-je ? J’ose. Le théâtre est un « supplément d’âme », ce truc qui crée le lien, la communion, le partage, issus de la fierté de l’être, de la façon d’être.

Un chiffre : 9000. C’est le nombre de spectateurs qui on assisté aux  Contes d’Apéro entre juillet et août et aux 6 représentations du  Jeu de l’amour et du hasard, 3 sur la colline du château, une à Beaulieu sur mer, une à Villefranche sur Mer, une à Aspremont, événements que nous avons relayés dans ciaovivalaculture.
Et dans Le jeu de l’amour et du hasard, nous avions repéré 4 jeunes comédiens qui font partie de la troupe permanente de TNN. Car oui, et c’est ce qu’elle disait dans la conférence de presse, Muriel Mayette-Holtz ne peut pas considérer diriger et faire du théâtre sans avoir une troupe permanente, où alors on fait ce qu’on appelle du « garage ». Cette troupe, la voici : Augustin Bouchacourt-Edouard Signolet-Eva Pereur Frédéric de Goldfiem-Jonathan Gensburger-Pauline Huriet-Thierry Kuttler.
Et qui dit troupe permanente dit bien sûr créations : 6 au programme, outre Le jeu de l’amour et du hasard. La saison commence avec la première création, Les parents terribles, de Jean Cocteau. (29 et 30 septembre, 1er, 2 et 3 octobre). C’est la Muriel Mayette-Holtz comédienne que nous retrouveront, au coté de Charles Berling, la mise en scène est de Christophe Perton.

Le Chat en poche

Ensuite, La Bande annonce Goldoni (6, 9, 8, 9, 10, 13, 14 octobre) entre autres pour ceux qui ne l’avaient pas vu aux Contes d’apéro. J’écrivais : Des jeunes acteurs dynamiques, précis dans leur gestuelles, humour du texte et du jeu, un vrai moment de pré- théâtre, un « ante spectaclolo ». Le texte et la mise en scène sont d’Edouard Signolet, nous n’allons pas rester longtemps sans en entendre parler.
Et d’ailleurs, le revoilà pour la 3ème création. Né en 1980 à Paris, Edouard Signolet est auteur de pièces de théâtre, librettiste et metteur en scène (théâtre/opéra). Petite leçon de zoologie à l’usage des princesses (12, 13, 14, 17, 18, 19, 20 novembre). La princesse a revêtu sa plus belle robe pour une visite au zoo avec son professeur. Mais rapidement ils ne se supportent plus et la sortie pédagogique tourne mal ! A  l’heure de la fermeture, ils restent enfermés dans la cage aux loups…
Et revoilà la Muriel Mayette-Holtz metteur en scène – vous ne me ferez pas écrire metteuse- avec Chat en poche, de Feydau (29, 30 et 31 décembre). Les pièces de Feydau sont des comédies délirantes, car il pousse les situations à l’extrême et fait durer des quiproquos sans issues. Et quoi de mieux que d’aller voir un Feydeau pour la fin de l’année !
Dissonances Jeanne d’Arc (26, 27, 28 et 29 janvier) Qué s’aco ? Dissonances est le nom d’un programme radiophonique, enregistré en public et en directe proposant une série d’émissions consacrés aux figures emblématiques de notre histoire. Mise en scène et conception de Frédéric de Goldfiem qui avait déjà fait 2 dissonances sur Freud et Mozart. Cette Dissonance est construite  avec la compagnie niçoise Le Dire-Dire.
Et l’on finit – ainsi que la saison- avec le Feuilleton Goldoni, d’après Les aventures de Zelinda et Lindoro de Carlo Goldoni. 3 pièces du 11 au 29 mai, intégrale le 29 mai. Mise en scène de Muriel Mayette- Holtz.
Il y a dans la programmation 2020-2021 trois maîtres mots : le texte – dont la nouvelle directrice dit que c’est « sa star »- la Méditerranée et la pluridisciplinarité.
Je vous rappelle ce que Muriel Mayette-Holtz me disait dans une interview retransmise le 20 mai : Mon projet pour le TNN est que le texte soit LA star. Mon parcours, ma vie de comédienne et de metteur en scène se nourrissent des mots. J’ai envie pour Nice de poser le postulat d’un théâtre de textes et de répertoire, qu’ils soient classiques ou contemporains. J’ai choisi de montrer et de faire entendre le répertoire des grands auteurs de l’Europe de la Méditerranée, ma première saison en sera le reflet. Nous entendrons de grands auteurs français, italiens, espagnols ou encore grecs [Corneille, Marivaux, Cocteau, Hugo ou encore Jules Verne, Goldoni, García Lorca, Perec, De Vos, Lescot, Feydeau, Abkarian…], nous accueillerons de la danse avec les Ballets de Monte-Carlo ou le duo des frères Thabet, des spectacles jeunes publics à partir de grand auteurs comme Perrault, Sophocle, Eschyle… du cirque avec de grandes interprètes circassiennes…

La double inconstance

Mais autre chose aussi que du spectacle, à l’instar de A voix haute [L’école de théâtre du TNN], donner aux enfants les clés du plateau pour que le jeu qu’ils pratiquent naturellement soit une force pour eux sur le chemin de l’oralité. Les Cours d’oralité, par Muriel Mayette, le premier lundi de chaque mois. Il ne s’agit pas d’un cours de théâtre mais de comprendre le fonctionnement de l’oralité ? Commencé la saison dernière, mais stoppé par un vilain virus. Comme pour Conversations intimes, une proposition de  Muriel Mayette présentée par Catherine Ceylac, et le comité de lecture, comité de lecture de texte dramatiques contemporains. Au demeurant chaque comédien sera en charge d’un projet.
Après Les Parents terribles et La bande annonce Goldoni,  cela sera du 4 au 6 novembre La double inconstance, mise en scène de Galin Stoev. Et, sur 46 spectacles, 20 sont mis en scène par des femmes. Pour détourner Aragon, la femme serait-elle l’avenir de la mise en scène ?
Lors de la conférence de presse, les comédiens, montrant qu’ils savaient aussi chanter, ont articulé les présentations de Muriel Mayette-Holtz et d’Ella Perrier, la secrétaire générale en nous interprétant… en nous interprétant… ah, j’ai la mémoire qui flanche…
https://www.tnn.fr/fr/

Jacques Barbarin

 

Illustrations
Muriel Mayette Holtz photo Sophie Boulet
Bande annonce Goldoni (Contes d’Apéro) Photo Léa Saboun
Chat en poche Photo iSTOCK
La double  inconstance Photo Marie Liebig

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s