Cinéma / EFFACER L’HISTORIQUE de Benoit Delépine et Gustave Kervern

Le « duo  » de cinéastes poursuit son exploration déjantée de la société moderne : hyper-consommation, dépendance, réseaux sociaux et vie privée en questions. Récit-miroir de nos « addictions »,  la révolte du « trio » amical dont la vie privée devient un enfer s’attaquant arx géants du net, est jubilatoire! Ours d’Argent au Festival de Berlin 2020. 

Corinne Masiero, Denis Podalydès et Blanche Gardin : trio d’attaque  – Crédit Photo : Ad Vitam Distribution

Depuis leurs débuts sur le grand écran avec le magnifique Altra ( 2004 ), et poursuivie par Louise Michel ( 2008) , Mammuth (2010) ou Saint Amour ( 2016) , entr’autres , avec ce Dixième long métrage toujours concoté en commun,  nos deux compères cinéastes ont apporté au cinéma français leur belle , note d’irrévérence précieuse et salutaire. Celle-ci , habillée d’un humour déjanté qui fait écho au quotidien de tout un chacun empêtré , ici, dans les méandres d’une vie rendue dépendante d’une mondialisation prédatrice qui « emprisonne » dans un entrelas de situations inextricables. Donnant l’impression d’être devenus des « objets » dépendants d’une machinerie robotisée, à laquelle il est impossible d’échapper. Comme l’illustre la scène où Marie ( Blanche Gardin ) téléphonant à sa banque de crédit à la consommation se retrouve durant de longue minutes , en « attente »   que l’on veuille bien prendre sa communication ! . » … on perd un temps fou , on perd parfois un après-midi pour résoudre un truc …et encore on est pas sûr d’y arriver ! . on se demande si on est pas soi-même inadapté , puis on parle aux gens et on s’aperçoit que tout le monde vit a à peu près le même truc ! »,relève Gustave Kervern. Et Benoît Delépine ajoute : «  la vie quotidienne est devenue une hallucination permanente !  ». Jouant sur l’identification de situations vécues par le spectateur , leur récit emprunte le chemin de la dimension socio-politique,  à laquelle l’habile habillage de comédie déjantée , l’ouvre à la double dimension de la tragi-comédie et -ou- dramédie . Et de la satire… qui s’y déssine en toile de fond sur cet «  univers du Darwinisme économique auquel il faut… s’adapter ou crever ! » . Alors , nous voici plongés au cœur des tracas de nos trois héros de province dont le quotidien déjà compliqué, est soumis à l’emprise des nouvelles technologies . On découvre Christine ( Corinne Masiero au top! ) en accro des séries TV : «  j’ai perdu mon job … et mon mari! . Lui c’était à cause de House of Cards ! » » ! » . Celle-ci recyclée sur le net en chauffeur VTC chez Hollywood VIP , furieuse : «  fuck , les GAFA!) de voir ses notes de clients internet scotchées ( trafiquées ? ) au point zéro ! . Puis , Bertand ( Denis Podalydès ) dont la fille est victime de harcèlement à    l ‘école quotidiennement répercuté sur Facebook, et lui, sur-endetté se laissant prendre au piége… d’une démarcheuse téléphonique nommée Miranda ! . Tandis que Marie ( Blanche Gardin) sans travail et dont le ménage bat de l’aile voit son fils lui échapper chez le père,  alors noyant son chagrin dans l’alcool elle va s’égarer lors d’une soirée, et être la victime d’ un jeune étudiant ( Vincent Lacoste ) au chantage à la sextape ! …

Christine ( Corinne Masiero) et Marie ( Blanche Gardin)   d’attaque ! – Crédit Photo : Ad Vitam Distribution-

Les voilà donc, tous les trois empêtrés dans un sacré dilemme à résoudre concernant leur vie privée qui est loin d’être au top… va devenir, encore plus infernale, s’étalant sur le net et les réseaux sociaux !. Et, le systéme est ainsi fait que le piège se referme sur eux . Tous trois, habitant un lotissement pavillonnaire de province ( Arras) qui ont lié amitié sur les ronds-points en gilets jaunes , en ont gardé la fibre solidaire . Pas question de se laisser faire  par ce «  Darwinisme économique dégueulasse qui oblige à s’adapter ou crever ! ». Alors, ils décident de partir en guerre («  c’est pire qu’un bracelet électronique , cette merde là !», dira Christine ) contre les géants de l’électronique, afin de faire «  effacer l’historique » des données de leur vie privée !. En quête du Hacker ( Bouli Lanners ) qui pourrait les aider à …dérégler la machine, ils s’élançent alors  fleur au fusil comme des Don Quichotte à l’assaut contre les moulins à vent du GAFA  !. Mais , c’est le rendez-vous avec l’intélligence artificielle qu’il vont devoir affronter , comme l’illustre la belle séquence évoquant  le « Dodo de l’ïle Maurice » lors de la visite du musée de l’île par Bertrand. Celle-ci , évoquant ce « pigeon géant » qui a disparu depuis , en raison des activités humaines !. Séquence emblématique : car, comme le Dodo, aujourd’hui, en effet : «  l’homme croit être le roi du monde , et n’avoir aucun prédateur le menaçant , mais il a crée l’intelligence artificielle qui est beaucoup plus puissante que lui ! …et on voit les prémices de ce qui va nous arriver !… », relève Benoit Delépine. Dès lors , le combat s’avère d’autant plus rude pour nos trois va-t-en guerre , face à un ennemi invisible qui a construit un véritable forteresse de protection , impossible à franchir. Marie qui tentera de le faire dans la Silicon Valley en saura quelque chose , s’y faisant même doublement piéger , tandis que de son côté , Bertand s’empêtre avec Facebook injoignable et dans un rendez-vous avec une étrange machine qui parle !… tandis que nôtre Corinne, elle, tentera tous les possibles sachant que le « grand soir»,  n’est peut-être pas encore à portée, s’offrant détours et autres chemins de traverse . Toujours la fleur au fusil avec ses  petites phrases bien senties, elle ne se lassera pas, tentant le tout pour le tout, pour débusquer et faire baisser la garde – via son pote haker- à ces fraudeurs qui l’empêchent de glaner les points précieux , ces « like » césame du bon travail accompli dont on la prive  !. Non , mais qu’est-ce que vous croyez !….

Marie ( Blanche Gardin) et l’étudiant ( Vincent Lacoste-) – Crédit Photo : Ad Vitam Distribution-

Quand deux femmes s’y mettent , les petits ( l’étudiant qui fait chantage à Marie ) , ou grands muffles, qui profitent de la situation risquent d’en voir de toutes les couleurs !. Et avec Bertrand , leur compagnon d’infortune tout aussi remonté … ça va  déménager !. La roulotte est partie , celle des plaisirs de montrer que l’on existe et que l’on ne renonce pas …même si, comme Bertand il faut franchir les obstacles et faire 50 kilomètre pour poster un recommandé … destiné à harceler Facebook et lui demander réparation ! . Pointant au passage, la gestion des services publics et leur délocalisation déficiente …générant de surcroît un «  bilan carbone »  encore plus lourd , alors que l’on prétend, par ailleurs , œuvrer pour l’écologie !?. Le rire de la provocation et du ridicule qui tue , ! …c’est ce rire là qui est salutaire !. Pour fustiger , le leurre de la prétendue éfficacité numérique du ( des ) services publics ainsi réorganisés (?) . Ou  en fait , plutôt désorganisés, surchagés …obligeant au parcours du combattant : file d’attente sur place, ou par téléphone : «  … en raison d ‘un grand nombre d’appels votre temps d’attente est estimé à trente minutes ...» , dira à Marie la voix du répondeur de la banque du crédit de France à la consommation !. Tel est le leitmotiv quotidien expérimenté par chacun d’entre nous, aujourd’hui  :  » on a tous ce rapport au monde qui ne va plus du tout …» , devenant une dépendance addictive en forme d’esclavage moderne «  . Fermeture des services publics ( poste , médecins, hôpitaux …) dans les térritoires déjà isolées , y accentuant fracture sociale et désertification donnant naissance à cette contestation des ronds-points , évoquée. Générant stress multiples , et peur de perdre son travail , comme l’illustre cette scène géniale , où Benoît Poelvoorde en livreur de packs d’eau, s’éffondrera pris de panique et de peur …que son patron découvre qu’il a bu un café en service , et le licencie !. Et que Michel Houellebecq dans une courte séquence y promènera  , sa silhouette suicidaire . Et puis , ces notations qui font mouche ( mots de passe de plus en plus compliqués… ) destinées à nous protéger du piratage des données personnelles ?… mais alors, qu’en est-il de celles conservées par les GAFA , en forme de piratage illégal , de nos vies privées !?. On rêve , on marche sur la tête ! , dit le « duo » de cinéastes qui fit les beaux jours de « Groland » sur le petit écran , et toujours aussi inspirés sur le grand dans la touche provocatrice et le portrait de la déraison de leurs personnages, moteur nécessaire à susciter le réflexe de vie, qui leur permet de ne pas sombrer . Une thérapie énergétique , où le rire devient le rempart aux larmes du désespoir, que la dignité garde enfouies au plus profond. C’est à celle-ci , que  de nombreuses séquences du récit , nous renvoient à la gravité qui s’y inscrit en miroir de ces éclats verbaux dont les cadrages de l’image soulignent les ruptures ..ou les dérapages de situations mal maîtrisées, auxquelles l’espace de l’éran large , ouvre au spectateur le regard complice de l’immersion  . Toutes ces notations, qui font le prix du film qui nous renvoie à quelques-unes de nos propres expériences avec le Net, dont il nous est offert d’en partager avec nos héros dépités , l’emprise kafkaïenne de cette « toile » qui emprisonne nos vies . La patte sociale et poétique, de leur « dramédie » joyeuse sur les gens, et cette part d’humanité qui vibre et y subsiste , nous ramenant à nous mêmes, à notre rapport au monde. C’est touchant et ça nous parle , c’est comme le suggèrera Christine : « …à nous de faire en sorte que ça aille mieux ! », et de rester vivants, toujours debout ! Message reçu, et non effacé….

( Etienne Ballérini )

EFFACER L’HISTORIQUE de Benoît Delépine et Gustave Kervern – 2020 , Durée : 1h 46.

AVEC : Blanche Gardin , Corinne Masiero , Denis Podalydés , Vincent Lacoste, Benoît Poelvoorde, Bouli Lanners, Vincent Dedienne, Philippe Rebot, Michel Houellebecq, Clémentine Péricot et Lucas Mndher .

LIEN : Bande-annonce du film : EFFACER L’HISTORIQUE de Benoit Delépine et Gustave Kernvern – Ad Vitam Distribution.

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s