Cinéma / LA DANSE DU SERPENT ( Ceniza Negra ) de Sofia Quiros Ubeda

Quelque part au Costa Rica entre forêt vierge et océan, une jeune fille apprend à vivre en apprivoisant la mort. Présenté à la semaine de la Critique au dernier festival de Cannes , le film de la réalisatrice Argentino -Costaricaine sort ce mercredi en salle …

Ceniza Negra est un film d’une grande beauté plastique où les éléments naturels sont autant de personnages du film. La végétation luxuriante, le mouvement et le bruit des vagues, le ciel immense, reviennent régulièrement envahir l’écran. Et ce qui pouvait sembler au début une esthétique un peu trop lisse prend peu à peu toute son ampleur au fur et à mesure que nous apprenons à mieux connaître les lieux et les personnages.

Selva, la jeune héroïne du film, dont le prénom veut justement dire forêt vierge en espagnol, vit dans un monde où se mêlent inextricablement naturel et surnaturel. Et où être attentif est une question de survie. Elle vit entre el Tata (son grand père) et Elena, la vieille amie de la famille, entre la jungle et l’école, entre les esprits et les vivants.
On apprend très vite qu’elle a perdu sa mère. Son seul véritable point d’ancrage est son grand-père. Les relations avec Elena sont plus complexes entre tension et complicité.  La scène d’insultes retentissantes pendant le repas est emblématique et ressemble davantage à un match de rappeurs  qui finit d’ailleurs par des éclats de rire.

 

La Danse du serpent : Photo Smashleen Gutiérrez
Une scène du film Céniza Negra – Crédit Photo : EuroZoom Distribution-

Les rapports entre l’adolescente et ces deux (très) vieilles personnes sont étrangement des rapports d’égalité. Chacun prenant soin de l’autre, discrètement, dans une grande tendresse et une fidélité absolue. Les trois acteurs sont tout simplement magnifiques, chacun dans un registre très différent. Et la caméra est d’une extrême douceur tout au long du film, aussi bien lorsqu’elle filme le visage et la silhouette juvénile de Selva, présente dans pratiquement tous les plans du film, que lorsqu’elle s’attarde sur les visages usés du Tata et d’Elena. Peu de mouvements de caméra, le rythme du film s’accorde à l’écoulement du temps que rien ne vient bousculer. Même la mort y est intégrée. Sans rupture.
De fait, le fantôme de la mère qui guide elle aussi sa fille à des moments-clés du récit est traité comme n’importe quel autre personnage du film. Et même si elle ne parle pas, sa présence bienveillante est limpide. Au fur et à mesure que nous avançons dans le film, cette dimension fantomatique prend de plus en plus d’importance. Car si la mort rôde depuis le début (El Tata a du mal à respirer dans son sommeil, Elena perd connaissance), elle se rapproche avec chaque minute qui passe et chacun a parfaitement conscience qu’elle est inéluctable.
Mais dans «Ceniza Negra », la mort apparaît comme une disparition intermittente. Le lien n’est jamais complètement coupé entre les vivants et les morts. Ce qui nous vaut une des plus belles scènes du film après la mort d’Elena, où Selva entre en contact avec l’esprit d’Elena en ombre chinoise sur un mur dans la nuit, éclairée par un feu de camp. L’évidence du surnaturel dans le film fait écho aux anciennes cultures indigènes, dont les seuls vestiges sont les quelques mots que Selva et Elena échangent régulièrement dans une langue amérindienne, dont nous ne saurons rien.

La Danse du serpent : Photo Smashleen Gutiérrez
Une scène du film Ceniza negra – Crédit Photo : EuroZoom  Distribution-

Ceniza negra est ainsi un film qui rêve en quelque sorte une relation idéale entre les êtres, faite de compréhension et de bienveillance. Un Eden sur Terre où les hommes et les femmes seraient forts sans être agressifs, sages sans être nécessairement savants, en accord avec la Nature.
Tout ça est sans doute trop beau pour être vrai, mais pourquoi ne pas y croire de temps en temps, au moins le temps d’un film.

( Josiane Scoleri )

LA DANSE DU SERPENT  ( Ceniza negra ) de Sofia Quiros Ubeda  –  Durée  : 1h 22 

AVEC : Smashlenn Gutierez , Humbero Samuels , Hortensia  Smith , Keha Brown ..

LIEN : Bande -Annonce  du Film  : La  danse  du serpent ( Ceniza negra )  de Sofia Quiros Ubeda  –  Eurozoom Distribution –

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s