Cinéma / ADULTS IN THE ROOM de Costa-Gavras .

Adapté du récit  de Yanis Varoufakis , Ministre des Finances du Gouvernement
Grec, qui , en 2015, tenta de renégocier la « dette » de son pays face à l’Union Européenne. Menée tambour battant, la plongée au cœur des « coulisses » de la Troïka Européenne, est un magistral pamphlet sur le «  coup d’état » économique imposé par  celle-ci,  au peuple Grec!…

l’Affiche du Film

Dès les premières images que complètent la superbe scène finale orchestrée comme un « ballet » au cœur duquel le ministre Grec, se retrouve acculé impuissant, au cœur d’un tourbillon de personnalités Européennes qui le défient , et l’emprisonnent . Le ton est donné du « piège » dans lequel va se dérouler le « baroud d’honneur » de Yanis Varoufakis ( Kristos Loulis , remarquable ) chargé, par le gouvernement de la coalition de la Gauche (Syriza )
menée par Alexis Tsipras vainqueur des élections en Janvier 2015 – de renégocier la « restructuration » de la dette . Dans le double but de «  mettre fin à l’austérité et de juguler la crise humanitaire devenue préoccupante » , dans laquelle est plongé le pays . Ayant mission de tenter de mettre fin aux mesures punitives et réduire les taux d’intérêts imposés qui ont eu des conséquence désastreuses (inflation, pertes d’emplois massifs, baisses des salaires , des retraites .. ) sur le pays, où le seuil de le seuil de pauvreté s’est dangereusement amplifié, le précipitant dans une grave crise humanitaire. L’enjeu est énorme, face a des ministres de l’ Eurogroupe inflexibles , défendant les intérêts des banques de la zone Euro où l’influence Allemande et française, font poids. Pendant les mois de négociations auxquelles il a participé , et tenté d’apporter solutions, cherchant un compromis. Tentant de convaincre , la Troïka ( commission Européenne, Banque Centrale Européenne et Fond Monétaire International ) et les experts désignés qui la composent chargés « d’auditer » la situation économique Grecque, suite à l’accord de « refinancement » qui avait été défini en 2010. Varoufakis , se lancera dans un        « bras de fer » , à armes inégales !. C’est sur l’enjeu de celui-ci que, Costa-Gavras, fidèle à sa méthode de travail a compilé, au delà du livre de Varoufakis, des milliers de documents de travail sur tous les différents protagonistes multipliant les rencontres , afin d’écrire et de mettre en place , le récit de sa « fiction » scénarisée, ressentie comme : « …une histoire universelle : celle d’un peuple emprisonné dans cette dette colossale .où , l’arbitraire de l’autorité imposée, prime sur l’humanité  », dit-il …

Au premier plan :Yanis Varoufakis (Christos Loulis ), se présente à la commission Européenne – Crédit Photo : Wild Bunch Distribution-

Donné,  comme  le récit d’un «  coup d’état économique replongeant le pays dans la même situation que le coup d’état des colonels …ravivant mon sentiment de Grécité … » ajoute Costa-Gavras  . Celui d’une nouvelle Tragédie dont, hier avec Z (1969) , et Aujourd’hui avec Adults in the Room, il a voulu témoigner par son art, de sa «  résistance personnelle ». On peut y ajouter, le passionnant récit de ses mémoires : Va où il est impossible d’aller  ( édition du Seuil ). Cette humiliation dont le cynisme se concrétise dans le référendum par lequel le peuple Grec avait répondu par un « NON » massif ( 61%) à l’ultimatum qui lui fut imposé , et auquel la Troïka l’obligera à se soumettre !. Lâché par le parlement Grec et par Tsipras  qui vont accepter  le  » diktat » Européen ,  Yanis Varoufakis va démissionner  de ses fonctions  en Juillet 2015!. Ce n’est pas la première fois que la « démocratie » populaire est bafouée par l’Eurogroupe , ses valets du profit…et du libéralisme international. La nouvelle «tragédie Grecque moderne», le cinéaste en « immersion intérieure » avec son héros , en décrit -magnifiquement -les rouages composés  de tout cet aréopage de personnalités, se délectant du «  piège » dans lequel ils enferment leur proie . A cet égard, la virtuosité avec laquelle , il dépeint les coulisses des négociations et les multiples rencontres qui s’y déroulent, est         d ‘une efficacité prodigieuse portée par un rythme haletant , soutenu. Un rythme au cœur duquel , aux petites touches  sur les comportements habillés du cynisme glaçant de l’entre-soi  et de l’arrogance affichée sans retenue, que complète l’hypocrisie de la règle instituée avec laquelle on est tenu s’y  salue, ( amicalement ?) par les « prénoms » !. Tandis que tout au long des réunions, les échanges se muent en une sorte de combat… où l’adversaire se retrouve propulsé sur un  véritable « ring »  semblable à ceux des combats de boxe… pour un KO programmé!. Celui d’une « démolition politique » symbolisée comme une mise à mort semblable à celle du  « taureau dans l’arène !» . Celui-ci , dont le combat mené, en a fait          «  l’ennemi numéro Un » de la Troika et des intérêts suprêmes qu’elle se doit de préserver coûte que coûte … d’un risque «  épidémique » qui pourrait devenir menaçant. Celui, dont le scrutin Grec de Janvier 2015, ayant porté au pouvoir «  la coalition de Gauche » , pourrait faire des émules et voir se répandre l’émergence de celle-ci dans d’autres pays Européens !. Dés lors, le danger qui guette attisant le réflexe de rejet , par la mise à mort… du porteur de la « contagion » qui pourrait se répandre . Parmi les séquences et autres petites touches avec lesquelles Costa- Gavras, fustige les réflexes et comportements des représentants de la Troïka – où le dérèglement, la déraison, le cynisme , et le grain de « folie » s’invitent  et restituant admirablement ce que le cinéaste qualifie de  réflexe arbitraire où «  l’humanité et la compassion » , n’ont plus leur place…

Debout : Tsipras ( Alexandros Bourdoumis) et assis: Varafoukis ( Christos Loulis )- Crédit Photo : Wild Bunc Distribution-

Ici , c ‘est par le biais de Wolfgang Schaüble ( Ulrich Tukur ) le défenseur de la rigueur budgétaire Européenne , qui fut impliqué jadis dans l’affaire des «  Caisses noires » de la CDU ( parti Chrétien Démocrate Libéral Allemand !). Celui-ci , oeuvrant lors de la période concernée ici, pour la « sortie de la Grèce de la zone Euro » . Le cinéaste, en symbolisant la détermination et la démesure, via le clin-d’oeil fait par Costa-Gavras à Stanley Kubrick et à son Docteur Folamour ( Peter Sellers) , le « s’en va-t-en guerre »  sur son fauteuil roulant, obsédé par la destruction de l’ennemi Soviétique !. Il nous montre l’Allemand , en « clône » de ce dernier et, dans la même position obsédé par son objectif , éructant à chaque réunion : « il faut payer  la dette ! » au député Grec !. Au cœur du « décorum » des salles de réunions , chambres , et couloirs, à plusieurs ou en a-partés de  quelques-uns , on manigance et cherche à mettre en place tous les subterfuges possibles, afin de déstabiliser et piéger l’adversaire . L’atmosphère délétère qui y règne est amplifiée par les réflexes résistants aux menaces et argumentés , que Varoufakis , déploie en pure perte face aux « estocades »… la décision étant entérinée d’avance !. Tandis qu’en parallèle , défilent  les statistiques chiffrés et autres éléments du dossier dont les « secrets sont bien gardés » et ne sont connues que des éminents « spécialistes » !. Le cinéaste réussit à en construire en complément des enjeux des réunions, un véritable « suspense », sur lequel repose son récit, mené sous la forme d’un          «  thriller  politique » . C’est dans cet agencement là, que Costa-Gavras sait à merveille utiliser éléments, documents et comportements humains , pour les «  assembler » en une « matière filmique » . Les transcrire en éléments de spectacle de fiction d’autant plus passionnant qu’il nous tient en haleine , les distillant en complément des «  conversations » enregistrées par le Ministre Grec . Et les complétant, par quelques autres glanées ici et là  , lors des rencontres et entretiens et utilisés  pour  décrire au plus juste , la mise en abîme du fonctionnement de cette « institution » Européenne . Mais surtout , nous immerger au cœur d’un Univers dont on découvre , en spectateur, les vraies coulisses d’un fonctionnement dont, les images d’actualités n’ont jamais rien dévoilé,  les secrets des coulisses de cette arène – qui – si elle n’est pas sanglante , est destructrice à bien des points de vues. C’est de cette menace là , du danger de ce que cette «  inhumanité » qui s’y déploie est porteuse,  sur laquelle le film nous interpelle . C’est le « spectacle » d’un certain totalitarisme « feutré » que le cinéaste nous donne à voir, en y inscrivant en sous-texte , une belle pointe d’ironie édifiante, offrant à son portait en «  immersion » , la profondeur  nécessaire…

Scène de l’une des réunions sur la « renégociation de la dette Grecque » » – Crédit Photo : Wild Bunch Distribution.

Mettant dos à dos , les responsables Grecs d’hier , et ceux des pays Européens qui ont profité, amplifiant la dette en même temps que leurs profits …et  de ceux qu’ils servent , et ensuite, finissant sans états d’âme par retourner leur glaive. Pour « punir » celui ( le peuple ) qui n’a fait que subir les conséquences de leurs méfaits … pour l’avoir dit ( délit de lèse majesté!? ), par une vote de « défiance » ! . Costa-Gavras, lui , ne pouvait que monter au          « créneau » pour le dénoncer. S’il y a une cinéaste qui pouvait le faire et en décrire la              « douleur » ressentie, c’est bien lui qui , jadis, a quitté son pays «  parce qu’il n’offrait aux jeunes de ma classe sociale qu’une vie de soumission, dans une théo-démocratie »,  dit-il. Lui , qui ne l’a jamais oublié et qui a su,  tout au long de sa carrière de cinéaste, se pencher sur les drame et les injustices dont toutes les formes de totalitarisme, sont porteuses . Personnifié de nos jours par ce « Capital », qui en est devenu l’étendard . Et qui mène le bal , dans cette magistrale scène finale déjà évoquée.  Adults in the Room est porté par des comédiens de toutes nationalités et de grande qualité, qui s’y sont investis . Servi par une mise en images exceptionnelle , du directeur de la Photographie Yorgos Arvantis et un accompagnement sonore rythmé, où les airs du folklore traditionnel Grec, sont complétés par les composition originales d’Alexandre Desplat , toujours très inspiré. Adults in the Room est un grand film, et un film important …à ne pas manquer !.

( Etienne Ballérini )

ADULTS IN THE ROOM de Constantin Costa-Gavras – 2019- durée : 2h07.

AVEC : Chritos Loulis, Alexandros Bourdoumis, Ulrich Tukur , Daan Schuurmans, Christos Stergioglou, Dimitris Tarlow, Josiane Pinson , Aurélien Recoing, Francesco Aquaroli, Vincent Nemeth, Maria Topopappa , Valéria Golino …

LIEN / Bande-Annonce du film : Adults in the Room de Costa- Gavras

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s