Bicentenaire Offenbach / 31ème festival Opus Gattières

Gattières, vous connaissez ? Ce village perché au dessus du Var est situé sons la chaine des Baous au milieu de magnifiques paysages, à seulement 20mn du centre de Nice. Ce bijou de village accueille pour sa 31ème édition un festival dédié à… l’opéra. Improbable, non ? Pas tant que ça.
Il était une fois… un touriste, qui tomba amoureux de ce village. Pierre Guillet, un suédois d’origine française, était aussi amateur de chant et invitait ses amis chanteurs à séjourner dans ce si joli village. Un jour au café de la place, accompagné d’Eva Hallberg, suédoise, et Edwin Van der Meer, hollandais, Pierre rencontra Marius Papi, le maire de Gattières, lui-même baryton et amateur de chant. Ils le convainquirent d’organiser un événement lyrique. C’est ainsi qu’un premier récital d’art lyrique fut donné dans le cadre enchanteur du jardin du château. OPUS était né…
Et donc le 31ème festival. Vous savez qu’en France on adore les anniversaires et les célébrations qui vont avec ? Voilà deux cents ans naquit Jacques Offenbach, pour lui rendre hommage Opus Gantières à décidé de présenter cette année l’un des ses plus célèbres Opéra-Bouffe La Périchole.
Inspiré de l’opera buffa italien, le terme fut choisi par Offenbach pour désigner des œuvres plus ambitieuses que ses opérettes tant par leur style musical que par le nombre de protagonistes pouvant rivaliser avec les œuvres du grand répertoire De même, les livrets étaient souvent plus portés à la parodie ou à la satire que ceux des opérettes qui traitaient d’histoires plutôt sentimentales.
Meilhac et Halevy*,  les librettistes, se sont inspirés d’une nouvelle de Prosper Mérimée « Le Carrosse du Saint Sacrement » (1828) qui a également inspiré Jean Renoir pour son film «  Le carrosse d’Or » (1962).
Avec La Périchole Jacques Offenbach commence à s’éloigner de l’univers de l’opérette pour explorer les chemins qui le conduiront aux Contes d’Hoffmann. Celui qui s’est fait une spécialité de mettre le rire en musique sait aussi aborder les rivages du lyrisme avec une histoire d’amour contrariée par les affres de la misère et l’odieuse oppression d’un pouvoir arbitraire. L’héroïne de La Périchole (de « perra chola », chienne d’indigène) incarne ainsi toutes les victimes de l’oppression.
À Lima, au XVIIIème siècle, une chanteuse des rues, la Périchole et son amant Piquillo, mènent une existence misérable. Le Vice-Roi qui participe incognito à une fête populaire remarque la jeune femme épuisée par la faim et lui propose de l’emmener à la Cour. La Périchole accablée par la misère finit par accepter et laisse une  touchante lettre d’adieu à Piquillo. Mais une dame de la Cour se doit d’être mariée et l’amant délaissé est choisi par hasard pour être l’époux complaisant de la nouvelle favorite du vice-roi. Piquillo, parfaitement ivre,  épouse donc sa maîtresse sans en avoir conscience. Quand il recouvre sa lucidité, il ne peut que dénoncer avec fureur la trahison de sa perfide maîtresse. Pour punir cet éclat, il est jeté au cachot des « maris récalcitrants ». Après une série de quiproquos, il parviendra à s’échapper avec la Périchole qui n’a pas cessé de l’aimer. Et tout est bien…
En regardant l’affiche, vous vous dites : « mais bon sang mais c’est  bien sûr ! L’architecture, les vielles automobiles, les tenues, mais c’est Cuba ! » Gagné. Cette Périchole se passe à Cuba en 1958, quelques mois avant la prise de pouvoir par les troupes de Fidel Castro. La Havane, ville de plaisirs, des centaines de bordels, des casinos tenus pas la mafia américaine, c’est dans cet univers que ce couple d’artistes sans grand talent évolue. Lisez plus haut : Une histoire d’amour contrariée par les affres de la misère et l’odieuse oppression d’un pouvoir arbitraire. L’héroïne de La Périchole  incarne toutes les victimes de l’oppression. La transition du Pérou imaginaire de Mérimée au réel Cuba de Battista est on ne peut plus opérante.

Jacques Barbarin  

*qui faisaient des jeux de mots comme seul Orphée  ose en faire (Orphée aux enfers, opéra bouffe de…)

La Périchole 17, 18, 20 et 23 Juillet Gattières Place Grimaldi Renseignements 04 93 08 61 16
Direction musicale : Franck VILLARD
Mise en scène : Guy BONFIGLIO
Valentine LEMERCIER    (La Périchole)
Xavier FLABAT   (Piquillo)
Guy BONFIGLIO  (Don Andres de Ribeira Vice-roi)

 

 

 

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s