Cinéma / SERGIO & SERGEI de Ernesto Daranas

Prix du Public lors de la 30e édition de Cinelatino Les Rencontres de Toulouse en 2018, Sergio & Sergeï, troisième long métrage du réalisateur cubain Ernesto Daranas Serrano sort sur les écrans. Une comédie satirique mais aussi une fable sur la solidarité et l’amitié à ne pas manquer.

02_SERGIO&SERGEI
Sergio (Tomás Cao) – Crédit photo : Bodega / Mediaproducción, S.L.U, RTV Comercial, ICAIC

Il y a des « petits films qui ne paient pas de mine » qui parviennent à sortir dans les salles grâce au courage de quelques distributeurs et d’une poignée d’exploitants. Des « petits films qui ne paient pas de mine » mais qui sont pour autant dignes d’intérêt. Sergio & Sergeï en fait partie. Troisième long métrage du réalisateur cubain Ernesto Daranas Serrano (Los dioses rotos, Chala, une enfance cubaine), le film nous plonge dans le Cuba des années 1990 et s’inspire librement de l’aventure réelle de Sergei Krikalev, ce cosmonaute russe resté bloqué onze mois à bord de la station orbitale Mir et qui était entré en contact avec des radioamateurs de Cuba (1991/1992). Un épisode qui avait donné lieu au documentaire du cinéaste roumain Andrei Ujica, Out of the Present, sortie en France en 1997. Mais Sergio & Sergeï n’est pas un film sur la conquête spatiale et malgré un clin d’œil savoureux à 2001 L’Odyssée de l’espace, il n’a que peu de rapports avec les productions hollywoodiennes traitant de ce thème, même si un savant dosage d’images d’archives et de quelques effets spéciaux offre au spectateur de superbes plans de la Terre vue de l’espace.

04_Ron Perlman as Peter © 2017, Mediaproducción, S.L.U, RTV Comercial, ICAIC
Peter (Ron Perlman) – Crédit Photo : Bodega / Mediaproducción, S.L.U, RTV Comercial, ICAIC

Le réalisateur s’est également servi de son propre vécu comme source d’inspiration, de cette période où il écrivait des pièces radiophoniques et complétait ses maigres revenus par une distillerie clandestine installée sous son propre toit ! Sergio & Sergeï se déroule donc en 1991, à Cuba, à La Havane. Sergio (Tomás Cao) a étudié la philosophie marxiste à Moscou. Diplôme en poche, il enseigne la philosophie marxiste-léniniste à l’université et vit pauvrement dans un vieil immeuble avec sa mère, Caridad (Ana Gloria Buduén), et sa fille, la petite Mariana (Ailín de la Caridad Rodriguez). Il croit toujours à l’idéal socialiste, mais les temps ont changé. Le chute du Mur de Berlin en 1989 et l’effondrement de l’URSS, ont provoqué une crise idéologique et économique sur l’île et une crise politique majeure en URSS. Sergio a écrit un livre, mais l’éditeur traîne pour le publier. Il effectuait également des traductions, mais plus personne désormais ne s’intéresse à la langue russe. Les seuls moments où il oublie la réalité sont ceux où il s’adonne à sa passion de radioamateur grâce à laquelle il communique régulièrement avec un Américain, Peter (Ron Perlman – l’acteur fétiche de Guillermo del Toro – également coproducteur du film… la 1ère coproduction cubano-étasunienne depuis 60 ans !), lequel était déjà en contact avec son père. Et puis un jour il capte par hasard la fréquence de la station Mir et commence à dialoguer avec Sergei (Héctor Noas), le cosmonaute (encore) soviétique oublié de la station orbitale. Cependant, ses activités inquiètent les autorités qui font surveiller Sergio…

03_SERGIO&SERGEI
Sergei (Héctor Noas) – Crédit photo : Bodega / Mediaproducción, S.L.U, RTV Comercial, ICAIC

Le regard d’Ernesto Daranas se veut critique sur cette période et le système en place. Une critique sociale et politique dans laquelle il montre les difficultés au quotidien des Cubains, entre autres, les coupures d’électricité, les privations alimentaires, le marché noir, mais aussi l’absence de libertés et la difficulté de créer, d’où cette tentation de l’exil symbolisée par Ulises (Armando Miguel Gómez ) qui bricole sur sa terrasse des embarcations de fortune. Cependant, le ton demeure léger, celui de la comédie où l’absurde, la poésie et une certaine nostalgie se côtoient. Au delà de la satire, Sergio & Sergeï est une belle fable sur l’amitiés, la solidarité et la fraternité. Avec les trois comédiens principaux, Tomás Cao, Héctor Noas et Ron Perlman, on retiendra également les seconds rôles, les personnages de Caridad (Ana Gloria Buduén) la mère qui garde les pieds sur terre qui ne se gène pas pour dire à son fils qu’« vit sur une autre planète », l’attendrissante Mariana, et Ramiro (Mario Guerra), « l’espion », bouffon grotesque.
« Un petit film qui ne paie pas de mine », mais rafraîchissant et, bien sûr, à voir sans tarder.

Sergio & Sergeï de Ernesto Daranas (Cuba, Etats-Unis, Espagne –Comédie- 2017 – 1h33). Avec Tomás Cao, Héctor Noas, Ron Perlman, Ailín De La Caridad Rodríguez, A.J. Buckley, Camila Arteche, Ana Gloria Buduén.

A voir également :
La bande-annonce du film (1mn22 – Vostf – Bodega Films)
Présentation par Ernesto Daranas Serrano (RFI/Cinelatino)

Philippe Descottes

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s