Cinéma/ L’HOMME FIDELE de Louis Garrel.

Les choses de la vie et de l’amour, séparations et reconquêtes. La comédie du marivaudage sous le scalpel du secret et du suspense psychologique. Récits parallèles, écriture ciselée et efficace , le plaisir au rendez-vous , après les deux amis ( 2015) le second long métrage du comédien-cinéaste, est une belle réussite…

Louis Garrel et Laetitia Casta ( Crédit Photo: Ad Vitam Distribution )                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                               D’emblée le ton est donné avec cette scène d’ouverture où Marianne ( Laetitia Casta ) annonce , à Abel ( Louis Garrel, aussi devant la caméra) après trois ans de vie commune , qu’elle est enceinte !. Le sourire de surprise d’Abel va très vite se muer en dépit , lorsque le couperet tombe : ce n’est pas lui le père , mais Louis le meilleur ami d’Abel avec qui elle a une liaison… et va se marier !. Le triple coup de marteau qui enfonce le clou , prolongé par une chute dans l’escalier d’Abel obligé de « plier bagage » , quitter le domicile et trouver un autre chez lui !. Pas d’esclandre, mais abasourdi Abel subi le choc sans réaction . D’emblée s’inscrit l’habileté de la co-écriture ( avec Jean Claude Carrière) du récit qui va dynamiter les schémas habituels des conventions du genre. Ici pas de scène de ménage attendue et( ou ) de violence. Tout se joue sur le tableau de la subtilité et du détournement, laissant s’insinuer l’imprévu , dont le mystère est entretenu par la double dynamique de la comédie et du suspense, qui viennent parasiter le réel. C’est la belle idée scénaristique des auteurs qui va permettre de déjouer les clichés , et surprendre le spectateur sur la thématique du triangle amoureux et les déclinaisons qui s’y inscrivent, des désirs de chacun. Bien malin, dès lors, celui qui va pouvoir démêler les fils dont chacun détient « sa » vérité , tentant de manipuler l’autre pour arriver à ses fins !. Dix ans après , la mort de Paul va en réactiver les passions et les enjeux compliqués encore  un peu plus par les changements intervenus . Marianne est-elle prête à céder à la passion restée intacte d’Abel , pour elle ? , d’autant que Joseph ( Jospeh Engel) le fils de Marianne va avoir son mot à dire , ainsi que sa tante Eve        ( Lily-Rose Depp) , la sœur de Paul , amoureuse d’Abel depuis  sa plus tendre enfance…
Louis Garrel et Lily-Rose Depp ( Crédit Photo: Ad Vitam Distribution )

 

Les pulsions , le plaisir et les désirs de chacun , vont rebattre les cartes et les enjeux. La détermination d’Abel , et son « amour fou » resté intact pour Marianne , accompagné par sa capacité à résister aux coups et déceptions subies , seront-elles des armes suffisantes ? . Le combat s’avère rude, face à des adversaires dont les armes déstabilisantes des pièges tendus  sont justement cette même quête d’amour les poussant à user les pires stratagèmes, pour arriver à leurs fins. Le cinéma -en clin d’oeil -qui s’y mêle, dont les auteurs en co-écriture projettent habilement dans les personnages , les références et les clichés servant de moteur. A l’image du personnage de Joseph dont la quête d’amour et de paternité ( liens du sang, adoption …) , se joue comme l’intrigue d’un roman Policier , dont il cultive et décline les ressorts se prenant pour un détective, lui permettant de relancer l’action et le suspense , pour arriver à ses fins. Superbe , originale et passionnante déclinaison thématique du thème qui irrigue le film par son suspense Hitchcockien !. A celle-ci s’ajoute , la dimension féminine qui se dépolie en « double » tactique,  avec Marianne et Eve. L’une et l’autre- en « Jules et Jim » féminines – vont prendre les affaires en mains, jouant sur leur rivalité jalouse pour tenter de jauger et déstabiliser Abel, sur ses sentiments. La provocation portera-t-elle ses fruits ?, le malaise qui parfois s’installe laissant poindre les interrogations sur la cruauté qui peut s’infiltrer au cœur des passions…

Le « vertige » qui s’installe alors ( référence Hitchcockienne , encore ) , résonne alors comme une exploration de l’âme humaine des incertitudes et des troubles que l’on traverse. La vie, les sentiments et liens profonds, sont parfois confrontés à des choix dont on ne maîtrise pas toujours les enjeux, à l’image du celui que fait Marianne au début du récit. Celui-ci dont les conséquences vont se répercuter, sur ceux qui comptent dans sa vie … et notamment son fils Joseph dont l’incertitude et l’inquiétude se fait l’écho, via ses provocations. Inquiétude à  laquelle le magnifique final va inscrire par  le geste de la main tendue , l’apaisement. Emouvant …

(Etienne Ballérini)

L’HOMME FIDELE de Louis Garrel – 2018- Durée : 1h 15.

AVEC : Latetitia Casta , Louis Garrel, Lily-Rose Depp, Joseph Engel , Bakari Sangaré, Kiara Carrière, Vladislav Galard, Diane Courseille, Dali Benssallah…

LIEN : Bande-Annonce du filmhttps://www.youtube.com/watch?v=QwQcx3LEAcE ,      L’ Homme Fidèle de Louis Garrel.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s