Cinéma / DIAMANTINO de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt.

Présenté à La semaine de La Critique au Festival de Cannes 2018, le film sort sur les écrans cette semaine. Nous remettons en ligne La Critique  » à chaud » de notre Correspondante  à l’issue de la projection :  DIAMANTINO , Objet Filmique Frappadingue. Avec Diamantino,  nous tenons très certainement  notre premier coup de coeur de la Semaine de la Critique 

Une scène du film DIAMANTINO ( Crédit Photo : UFO Distribution)

Un film d’un culot incroyable, maniant le kitsch le plus outrancier avec une aisance à couper le souffle. Et capable dans la foulée d’une satire politique qui sous couvert de grotesque ne mâche pas ses mots. La trilogie des Mille et une Nuits est passée par là et même si Diamantino n’ambitionne absolument pas de jouer dans la cour de Miguel Gomes, on finit par se dire qu’ avec sa discrétion et sa retenue légendaires, le Portugal produit sans crier gare des énergumènes capables des plus folles audaces. D’ailleurs, lors de la présentation du film,  Gabriel Abrantes a cité parmi ses influences à la fois « Candide » et  « Au hasard Balthazar ». Le jeune homme n’a pas froid aux yeux.

Diamantino se présente en fait comme un conte dont le héros est une sorte de « ravi » couvé par un père aimant et tyrannisé par deux sœurs à côté desquelles celles de Cendrillon sont juste de sympathiques chipies. Diamantino qui donne son titre au film est un footballeur mondialement connu qui marque des buts de légende.  Personne ne s’explique sa réussite étonnante. Lui raconte simplement qu’au moment décisif, le  gazon et les autres joueurs disparaissent , le stade est  envahi par des nuages roses sur lesquels flottent de gigantesques chiots à poils longs . Couché noir sur blanc sur le papier, ça a l’air complètement ridicule, et ça l’est ! Mais les deux réalisateurs ont le courage de leur délire et/ou l’inconscience de la jeunesse et ne s’arrêtent pas à mi-chemin. Ils nous gratifient non pas d’un simple plan qui illustrerait ce que Diamantino est en train de raconter en voix off, mais de toute une scène, avec la course folle de Diamantino slalomant dans le rose entre les mega-peluches jusqu’au but final. Le film est lancé. Je ne sais pas combien de secondes ça a duré, mais nous sommes littéralement soufflés.

La puissance du film réside justement dans son côté bluffant qui dépasse toujours largement ce à quoi on pourrait s’attendre. Il faut savoir que  Diamantino est d’une naïveté confondante  (cf Candide ). Il est de fait considéré comme débile par à peu près tout le monde. Mais le film prouvera qu’il n’est pas si niais, loin de là.

C’est là que l’actualité s’invite au programme et que le film développe une verve satirique qui est une charge à boulets rouges contre le nationalisme rance de la droite extrême (portugaise en l’occurrence, mais ça pourrait être n’importe où) sur fond de migrants à la dérive sur l’océan. Les spots de campagne électorale sont franchement hilarants, avec l’inévitable retour du roi Sébastien dans la vie politique du pays. D’ailleurs Diamantino s’appelle Matamouros (Pourfendeur de Maures, mais c’est un nom de famille qui existe réellement aujourd’hui encore en Espagne et au Portugal)…

Diamantino ( Carloto Cotta ) dans une scène du film- Crédit Photo : UFO Distribution-

Et si vous ajoutez encore la veine futuriste avec une utilisation drolatique de l’imagerie médicale numérique à des fins d’expérimentations douteuses, vous comprendrez que ce film déborde de toutes parts.

Sans oublier ce qui constitue l’intrigue principale à savoir une enquête menée par une intrépide agente du fisc portugais pour débusquer les comptes offshore de la famille !

Bref, Diamantino est de loin l’objet filmique le plus frappadingue de la sélection et probablement de toute la programmation Cannoise 2018. Quelle délicieuse surprise !.

(Josiane Scoléri)

DIAMANTINO de Gabriel Abrantes et Daniel Schmidt – 2018- Durée : 1h 32.

AVEC : Carloto Cotta, Cleo Tavares, Carla Maciel, Anabella Moreira, Margarida Moreira, Chico Chapas,.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s