Cinéma / LES VEUVES de Steve McQueen.

Des braqueurs victimes piégées d’un casse, leurs veuves à qui les gangs réclament les dettes de leurs maris. Dans un Chicago à feu et à sang et politiquement corrompu , elles vont faire face . Le cinéaste oscarisé de 12 Years Slave , signe une thriller -choc où la violence explose, comme chez Peckinpah..

Viola Davis et Liam Neeson – crédit Photo: Twentieth Century Fox-

Cette violence dont le cinéaste Britannique, explore les éléments d’un réel qui la fait éclore et se muer en une sorte d’opéra tragique révélateur ici, des multiples tensions socio-politiques qui gangrènent la société. L’artiste plasticien et vidéaste reconnu qu’il était, en se tournant vers le cinéma,  a fait des rapports de force et de violence, le centre de ses récits . Le gréviste de la faim séparatiste Irlandais voulant faire reconnaître ses droits politiques dans Hunger (2008, Caméra D’or à Cannes ) , l’addiction sexuelle et ses dérives violentes  dans Shame (2011) et la violence de l’esclavage des noirs dans l’Amérique des Années 1840 dans 12 Years Slave (2013 ). Ces multiples facettes de la violence humaine dont il ausculte les mécanismes, c’est ici via la forme du thriller Urbain qu’il a choisi de l’analyser en décryptant à la fois les formes , les clichés et la dimension politique dans laquelle elle déploie son venin . Et c’est là, où le cinéaste continue son approche originale des « démons »  de celle-ci qui finissent par contaminer toutes les strates d’une société multiraciale, prise dans le cercle vicieux. Celui-ci insufflant les réflexes de survie individualistes brisant toutes les barrières d’appartenance à une communauté et ( ou ) à une famille. A l’image de ce couple multiracial : Véronica ( Viola Davis ) la femme noire d’Harry ( Liam Neeson) l’homme blanc dont l’amour fusionnel qu’ils vivent,  sera emporté par le tourbillon de la tragédie. L’habileté du récit librement inspiré de la série Anglaise Widows , et transposé dans le Chicago d’aujourd’hui , est de multiplier les zones d’ombres et de retournements de situations générant au delà du suspense, la noirceur d’un constant où l’autre ne semble plus compter et sera sacrifié à l’avidité ambiante…

Les Braqueuses ( Elizabeth Debicki, Viola Davis, Michelle Rodriguez,Cynthia Erivo ) – Crédit Photo : Twentieth Century Fox-

Nous garderons donc le secret du suspense afin de ne pas vous gâcher le plaisir ,dont le cinéaste s’évertue et s’amuse par ailleurs ,lui , à vous perdre dans les enjeux individuels pour mieux vous retourner ensuite !. On vous dira donc, et ce n’est pas un secret ,que les veuves entraînées par Véronica, vont faire fi de leurs différences et intérêts afin d’échapper aux dettes de leurs maris que leur réclament de dangereux individus prêts à tout. Le « quatuor »va se mettre en marche pour récupérer le butin libérateur … s’organisant et n’hésitant pas à employer les même moyens que leurs harceleurs. Muées en braqueuses adoptant les comportements masculins et embrassant la même rage distante pour arriver à leur fins, le cinéaste se plait visiblement à composer un quatuor féminin, qui n’a rien à leur envier ! . On vous laisse déguster le cocktail . De la même manière qu’il compose un portrait acerbe d’une corruption qui déstabilise toutes les strates de la société. Personne n’échappant au scalpel du portrait qu’en fait , Steve McQueen n’hésitant pas à bousculer les a-priori et fustigeant ce repli sur soi tout crin, qui ne permet plus de faire crédit à quiconque !.
L’aveuglement sous toutes ses formes se distille en miroir du réalisme avec lequel le cinéaste analyse le contexte d’une corruption galopante dont il décrit «  à vif » et sans détours , la face cachée de l’image publique qu’elle se donne. En pointant surtout là où ça fait mal et les certitudes basculent, comme s’en fera écho le « duel » entre les deux candidats concurrents aux élections : Jack Mulligan ( Colin Farrell) le blanc, et son rival noir , Jamal (Bryan Tyree Henry ) qui avec ses hommes de mains et tueurs , se révélera encore plus corrompu et violent  que son  adversaire!. D’autant qu’en coulisse veille le père ( Robert Duval , génial )  de Jack Mulligan  figure de l’extrême droite , qui lui a légué sa succession ! . Et dans les coulisses tous les cupides qui profitent de la situation avec le seul souci en tête de s’enrichir en jouant des influences sur les communautés, ou et surtout ,  faisant chanter ceux qui refusent de céder  à leurs  désirs…au cœur du braquage d’ouverture du film et son final tragique , ce sont des millions de dollars qui étaient en jeu, destinés à un homme politique… …

l’homme de l’ombre ( Robert Duval ) – Crédit Photo : Twentieth Century Fox-

La noirceur au cœur du récit mené tambour battant et semé d’embûches et des retournements de situations dont personne ne pourra sortir indemne , les veuves tenteront pourtant de prendre les risques afin de faire basculer leur destin . Au cœur de ce jeu de dupes et d’influences où la mort se retrouve souvent au bout, elles trouveront la force de faire face, et surtout de faire fondre la glace de leurs différences , pour tenter d’y parvenir. Le pourront-elles ? , on vous laisse la surprise du suspense !. La force du film est dans la manière dont le cinéaste au cœur de sa mise en scène, ses cadrages et ses mouvements écrits comme une partition musicale , nous immerge au cœur du chaos, y faisant éclore le venin de la violence primitive, celle qui va engendrer tant de vies et destins brisés et la perte de la dignité , et surtout l’inévitable soumission à la force et au pouvoir des entreprises criminelles  » qui sommes nous dans ce monde  qui nous met à genou? » est-il souligné dans une scène du film. . Steve McQueen , nous offre un thriller sombre et fort, qui fait mouche et n’hésite pas à défier les clichés …on peut y voir aussi en sous texte,  le portrait de  l’Amérique de Donald Trump …

( Etienne Ballérini )

LES VEUVES de Steve McQueen – 2018- Durée : 2h 09

AVEC : Viola Davis , Michelle Rodriguez , Elizabethy Debiki, Cynthia Erivo Colin Farell, Daniel Kuluuya, Bryan Terre Henry , Liam Neeson …

LIEN : Bande-Annonce du film : Les Veuves de Steve McQueen .

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s