Cinéma / NOS BATAILLES de Guillaume Senez.

Présenté en séance spéciale à la Semaine de la Critique en mai dernier au Festival de Cannes , le film sort sur les écrans cette semaine . On vous remet en ligne la Critique du film qu’en avait fait notre correspondante. C’est un très grand film qu’il faut voir absolument ….

Le  Nord de la France et la Belgique ont en commun d’avoir été des  terres d’industrialisation précoce au XIXème siècle  avec  les mines et les filatures. Et donc aussi des terres de luttes  et d’ancrage  syndical. Il leur est resté une fibre sociale que l’on retrouve aujourd’hui encore dans le cinéma de ses  régions. Les films des frères Dardenne en sont sans doute l’exemple le plus connu et le plus fort. Le film de Guillaume Senez ( révélé avec Keeper / 2015 ) présenté en séance spéciale à la Semaine de la critique s’inscrit clairement dans cette filiation…

Romain Duris ( Olivier) et Laetitia Dosch( Sa soeur ) – Crédit Photo : Haut et Court Distribution –

Nos batailles annonce la couleur dès le départ, son titre claque  comme un étendard.  Se battre,  c’est précisément ce que font les personnages du film tous les jours de leur vie.  Nul misérabilisme . Pas d’apitoiement larmoyant non plus. La vie est âpre. Un point,  c’est tout. Nous sommes de plein pied avec Olivier, ses collègues de travail , sa femme et ses enfants.
La qualité du film repose à la fois sur la densité du scénario  et la sobriété de la mise en scène. Le scénario est très bien ficelé,  dans un aller-retour  constant entre vie à l’usine ( un entrepôt géant à la Amazon )  et vie à la maison. Laura est vendeuse dans une boutique de vêtements.  Olivier  est chef d’équipe,  à l’interface donc avec la DRH. Au cas où nous l’aurions oublié,  la lutte de classes existe bel et bien en  ce début de XXIeme siècle,  surtout dans  ces nouveaux secteurs en plein essor.  Et la lutte y est tout aussi inégale qu’au temps des Charbonnages. Le film le dit sans emphase, mais le constat est  néanmoins sans appel. Cadences inhumaines,  gestion du personnel sans état d’âme , chaque scène apporte une touche supplémentaire au tableau.s
Mais Nos batailles ne se contente pas d’être une fiction au plus près du réel dans sa dimension sociale. Il explore tout autant la dimension émotionnelle  et affective des personnages. En effet, après quelques scènes d’exposition,  Laura disparaît sans crier gare. Le personnage a à peine eu le temps d’exister. Mais sa présence quasi muette et ses regards en disaient long quant à la frustration qui était la sienne. Là aussi sobriété vaut mieux que longs discours. Et le hors champ envahit alors paradoxalement l’écran.
Avec la disparition de la mère, commence une deuxième partie où le père et les enfants vont devoir s’apprivoiser mutuellement. C’est bien sûr quelque chose qu’on a déjà vu souvent au cinéma, mais Nos batailles réussit à être juste en toutes circonstances. Que ce soit dans la légèreté : les céréales pour le dîner ou les vêtements de seconde main, comme  dans  le tragique : la fugue des enfants pour essayer de retrouver leur mère.

Laetitia Dosch en compagnie des enfants de son frère – Crédit Photo Haut et Court distribution-

Nos batailles est un film de facture classique, mais d’une grande intensité. Le montage assure un  rythme sans temps faible qui  crée une grande proximité avec les personnages. Les rôles secondaires ont eux aussi toute leur place et contribuent à densifier l’intrigue. Le passage de la soeur d’Olivier permet au réalisateur de poser en miroir les relations entre frère et soeur d’une génération à l’autre,  avec l’ombre du père elle aussi très présente au fil des conversations.
Enfin, un mot sur les acteurs, tous très justes. Un Romain Duris sous une facette qu’on ne lui connaît guère. Et les enfants, très présents à l’écran dans un  contre -point finement observé par rapport  au regard des adultes. Guillaume Senez , signe avec ce film une œuvre forte,  plus complexe qu’il n’y paraît.

(Josiane Scoleri).

NOS BATAILLES de Guillaume Senez – 2018- Durée : 1h 38.
AVEC : Romain Duris, Laetitia Dosch, Laure Calamy , Lucy Debay, Basile Grunberger, Dominique Valadier, Sarah Le Picard
LIEN : Bande-Annonce du film , Nos Batailles de Guillaume Senez .
Haut et court Distribution , Crédit Photos .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s