Cinéma : Echos de la Croisette n°3

Cannes souvenirs

Des anges au pape. Wim Wenders avait tutoyé les anges de fort belle façon avec les magnifiques  Ailes du désir et Si loin, si proche ! Après  Le sel de la Terre en 2014, coréalisé avec Juliano Ribeiro Salgado, la Palme d’or 1984 est de retour à Cannes en séance spéciale. De Paris (Texas) à Berlin, via Los Angles, tous les chemins menaient à Rome semble-t-il. Après L’Ami Américain, Wim Wenders a rencontré François, le pape, suite à une demande du Vatican. Présenté en avant-première, son nouveau documentaire, Le pape François : un homme de parole, sortira dans les salles le 12 septembre.

Interdiction (1). En 1960, La Dolce vita reçoit la Palme d’or mais choque le clergé. L’Osservatore Romano, journal du Vatican, publia des articles virulents contre le film. Les catholiques étaient même menacés d’excommunication. Ce n’est qu’en 1994, quelques mois après la mort du réalisateur Federico Fellini, que l’Église leva l’interdiction. En Espagne, le film est resté interdit jusqu’à la mort de Franco en 1975.

Interdiction (2). Assigné à résidence comme Kirill Serebrennikov (Leto), Jafar Panahi, en compétition avec Trois visages, n’a pas pu venir défendre son film à Cannes.

82/1645. Il ne s’agit pas d’un décret, mais des 82 femmes qui ont monté les marches samedi « pour les 82 films réalisés par des femmes invitées en compétition depuis la première édition du Festival », soit moins de 5 % en 70 ans d’existence, par rapport aux plus de 95%, les 1645 films, tournés par des hommes invités en compétition par le Festival.

Palmes d’or au féminin. Jane Campion est la seule femme à avoir reçu une Palme d’or, en 1993 pour La leçon de piano, ex aequo avec Adieu ma concubine de Chen Kaige. Agnès Varda a reçu en 2015 la Palme d’or d’honneur.

Femmes présidentes. Douze femmes seulement ont été présidentes du jury du Festival de Cannes. Olivia De Havilland fut la première en 1965. Vinrent ensuite Sophia Loren (1966), Michèle Morgan (1971), Ingrid Bergman (1973), Jeanne Moreau (1975, 1995),  Françoise Sagan (1979), Isabelle Adjani (1997), Liv Ullmann (2001), Isabelle Huppert (2009), Jane Campion (2014), Cate Blanchett (2018).

On a perdu la Présidente ! En 1966, Présidente du Jury du 20e Festival de Cannes, Sophia Loren avait prévu de s’absenter afin de rejoindre Londres, le 8 mai, pour tourner les dernières séquences de La Comtesse de Hong-Kong sous la direction de Charlie Chaplin. C’était prévu avec les responsables du Festival qui lui concoctèrent un programme de rattrapage. Mais l’annonce de sa présence à New York le 17 mai, à l’occasion d’une exposition que lui consacrait le Museum of Modern Art (… « la libre concurrence  artistique » !) fit l’effet d’un coup de tonnerre, le Festival se terminant le 20 mai ! Face à l’incertitude, selon la rumeur, la solution de lui trouver un remplaçant fut envisagée. Heureusement un télégramme rassura tout le monde et Sophia Loren honora ses fonctions avec professionnalisme.

Citations cannoises :

Cate Blanchett et Agnès Varda : « Les femmes ne sont pas une minorité dans le monde, et pourtant notre industrie dit le contraire. Nous voulons que ça change. […] Nous sommes solidaires des femmes dans toutes les industries. Nous mettons au défi nos institutions pour organiser la parité et la transparence dans les instances de décisions et partout où les sélections se font. […] Il est temps que toutes les marches de notre industrie nous soient accessibles. » – Festival de Cannes – Samedi 12 mai.

Jane Campion : « (…) je suis un étrange mélange de timidité et d’introversion, tout en étant par certains côtés extravertie… L’impératif glamour attaché à Cannes peut être très intimidant. J’ai peur de ne pas être au niveau (rires). Puis, j’y ai repensé à deux fois et réalisé combien ce festival comptait pour moi, comme pour tous les cinéastes du monde j’imagine ». Libération – 14 mai 2014

Jane Campion : « Aujourd’hui, mon discours adressé aux femmes est simple : vous voulez faire des films ? Allez-y ! Pleurer dans son coin ne sert à rien. Au contraire, c’est gaspiller son énergie. Alors qu’il en faut tellement pour faire un film. » Elle – 6 novembre 2013

Catherine Deneuve : « La devise de Cannes, c’est « Être, paraître et avoir l’air ». 1984 – Fort Saganne – Studio Magazine

Catherine Deneuve : « Très jeune, ce n’est pas le Festival de Cannes qui me faisait rêver, mais plutôt les films. J’ai toujours eu un sentiment mitigé à l’égard du Festival, aussi bien au niveau des impressions que des souvenirs. C’est toujours une épreuve importante. » 1964 – Les Parapluies de Cherbourg – Studio Magazine – N° 235 –  Juin 2007

Les photos du jour

_00011
82 Femmes en action – Crédit photo : Philippe Prost
_00006
82 Femmes en action – Crédit photo : Philippe Prost
_00003
Les deux comédiennes de Trois visages de Jafar Panahi – Crédit photo : Philippe Prost
_00005
La montée des matches de Leto de Krill Serebrennikov – Crédit photo : Philippe Prost

Philippe Descottes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s