Théâtre et 1968 / le théâtre des opérations 1ère partie

Sur les vieux écrans de soixante-huit,
vous étiez Chinoise, mangeuse de frites
Ferdinand Godard vous avait alpaguée
De l’autre côté du miroir d’un
café

Ces paroles sont celles de la chanson d’Yve Simon, « Au pays des merveilles de Juliet ». Juliet, c’est Juliet Berto. Ferdinand Godard, c’est bien sûr  Jean Luc Godard. Ferdinand, c’est l’allusion au personnage de Ferdinand dans « Pierrot le fou ». La mangeuse de frites,  c’est Juliet Berto dans « La chinoise »…. Projeté en avant-première dans la cour d’honneur du Palais des Papes en 1967
Yves, Juliet, Jean-Luc, ce sont trois figures, trois aventures, trois scripteurs de culture qui me renvoient à l’image de Mai 1968. « Magie » est l’anagramme de « image »  En 1972, sort un film de Robert Altmann, « Image ». Dans ce film, ce mot a le sens de « fantasme »

Décors de Roger Hart…

Donc, Mai 68. Oh ! Point de pleurnicherie, de« quelle époque magnifique »… de nostalgie, point. C’est au théâtre vers lequel nous tournerons notre regard : du théâtre de la rue, du théâtre à l’Odéon, de l’occupation de l’Opéra, de Jean Vilar, du festival d’Avignon… Nous ne ferons pas que cela, bien entendu, mais certains rappels ne sont pas  inutiles.
Entre le 12 mai où la plupart des professionnels des théâtres s’associent aux protestations contre la répression policière menée contre les étudiants et au mot d’ordre de grève générale lancé pour le 13 mai, à Paris et en province, et le mois de décembre où au TNP, La Passion du général Franco de Armand Gatti est répétée puis interdite, il y a pratiquement quelque chose chaque jour, si ce n’est plusieurs fois par jour.
Et pendant ce temps-là, la télévision française programme imperturbablement « Au théâtre ce soir » Le 17 mars 1968, la première chaîne diffusait « Monsieur Le Trohadec saisi par la débauche» de Robert Manuel, avec évidemment décor de Roger Hart et  costumes de Donald Campbell ; le  28 novembre 1968, « La coquine »d’André Roussin avec nos deux compères.
Au théâtre ce soir est une émission de télévision diffusée en alternance entre la première et deuxième chaîne de télévision puis sur TF1 (après l’éclatement de l’ORTF) de 1966 à 1986. L’émission consiste à diffuser à la télévision des pièces de théâtre préenregistrées  (les programmes de divertissement appellent ce genre  télé théâtre) en deux ou trois jours, au cours de représentations publiques au Théâtre Marigny, sur les Champs-Élysées, ou parfois au  Théâtre Edouard VII.
Théâtre de divertissement : surtout de pas faire réfléchir. Boulevard, vaudeville, même pas de la comédie, celle-ci châtie les mœurs en riant, châtier les mœurs, pensez donc !  Et toujours le même décor, et peu ou prou les mêmes costumes, tout doit concourir à l’uniformité idéologique.
Que se passait-il en France ? 5 jours après le17 mars, voilà le mouvement du 22 Mars, fondé dans la nuit du vendredi 22 à la faculté de Nanterre. Il réunit des anarchistes, des situationnistes des trotskistes.  Daniel Cohn Bendit  en est la personnalité la plus médiatisée. Et en décembre, répétitions puis interdictions de la pièce d’Armand Gatti.

Représentation gratuite du Théâtre Gérard Philippe le 26 mai 1968 pour les ouvriers en grève de l’usine Citroën à Balard en grève.

Revenons en mai 68. Le 14 mai, À Avignon, Paul Puaux organise à la MJC une conférence pour présenter le Living Théâtre aux Avignonnais. Le 15 mai, le comité qui prépare l’assaut de l’Odéon tente de rallier les bastions étudiants à son projet. Jean-Louis Barrault, prévenu, demande des consignes au ministère des Affaires culturelles. Ordre lui est donné d’ouvrir les portes et d’entamer le dialogue.
Le 16 mai, le drapeau noir et le drapeau rouge flottent désormais au fronton de l’Odéon, encadrant une large banderole « Étudiants-Ouvriers, l’Odéon est ouvert ». Dans la journée, Daniel Cohn-Bendit fait une brève intervention pour soutenir les occupants. Barrault accuse le coup et déclare : «Jean-Louis Barrault est mort, mais il reste un homme vivant. Alors qu’est-ce qu’on fait ?»

La rentrée de l’usine Wonder en 1968

Le 18 mai, à Paris et en province, le monde du spectacle rallie peu à peu le mouvement de contestation. Les équipes des théâtres populaires de la banlieue parisienne organisent des spectacles et/ou des animations dans les usines occupées. En province, dans les maisons de la culture et les centres dramatiques, comédiens, metteurs en scène, techniciens et animateurs se réunissent et se constituent en comité de grève et d’occupation.
Le 20 mai, personnel du TNP se met en grève et occupe les locaux. Le Cabinet d’André Malraux donne l’ordre aux membres du personnel de l’Odéon d’évacuer les lieux. Ils s’exécutent à contrecœur puis reviennent sur les lieux avec Jean-Louis Barrault pour protéger leur outil de travail. Le 21 mai les directeurs des théâtres publics et des Maisons de la Culture se réunissent au Théâtre de la Cité, dirigé par Roger Planchon à Villeurbanne et décident de se constituer en comité permanent pour débattre des problèmes de la profession.
Le 25 mai, signature de la déclaration de Villeurbanne par 23 directeurs des maisons de la culture et des théâtres populaires qui prônent un théâtre politisé. Elle traite également de la notion de «non-public» proposée par le philosophe Francis Jeanson qui anime le Théâtre de Bourgogne avec Jacques Fornier (La Décentralisation théâtrale, Les Années Malraux, 1959-1968, Actes-Sud Papiers, coll. « Théâtre, éducation », cahiers n°6, Arles, 1993)
Aujourd’hui encore, la Déclaration de Villeurbanne reste un document fondateur de la réflexion sur l’accès à la culture. La volonté d’aller à la rencontre du « non-public », c’est-à-dire toute cette frange de la population qui ne se rend pas dans les lieux culturels, la mise en place d’une véritable action culturelle, qui ne soit pas de l’animation socio-culturelle, l’intégration du théâtre pour enfant comme théâtre à part entière, la revalorisation du budget national consacré à la culture, etc., toutes ces revendications restent d’actualité. Cependant, les divergences entre les différents metteurs en scène directeurs d’institutions ont peu à peu pris le dessus, délaissant la solidarité des rencontres de Villeurbanne.

Jean Vilar et Maurice Béjart Avignon 1968.

Le 12 juin Jean Vilar déclare dans le Nouvel Observateur vouloir, avec l’accord de la municipalité, « transformer Avignon en un lieu de contestation que la présence de nombreux jeunes pourrait rendre internationale. »
Le 14 juin au matin le préfet Grimaud fait procéder à l’évacuation de l’Odéon, qui a lieu sans violence. Jean-Louis Barrault, très abattu, refuse toute déclaration.
17 juillet : début du Festival d’Avignon.
18 juillet Gérard Gélas informe l’administration du Festival de l’arrêté préfectoral du Gard visant à interdire, sur tout le département, les représentations de La Paillasse aux seins nus par sa troupe locale Le Chêne Noir. Jean Vilar, Paul Puaux, Maurice Béjart et Julian Beck organisent aussitôt une réunion. Maurice Béjart et le Living Theatre annulent leurs représentations de la soirée. Un débat est organisé au Théâtre des Carmes auquel participe Jean Vilar.

19 juillet : la représentation de Messe pour le temps présent est interrompue par quelques contestataires.
20 juillet : les spectacles de Béjart et du Living se déroulent sans incident. Julian Beck a intégré en arrière-plan, durant toute la représentation d’Antigone, les comédiens du Chêne Noir, immobiles, la bouche fermée par du sparadrap. Le spectacle se termine par une procession dans la rue.
28 juillet à 18h30 : Beck lit publiquement une déclaration en 11 points. Le Living exprime son désaccord avec la municipalité et déclare quitter le festival. À Avignon, la compagnie de Béjart joue À la recherche de… Des protestataires défilent dans la rue aux cris de « Vilar, Béjart, Salazar ! »
31 juillet : à la demande de la municipalité, le Living est expulsé des locaux du lycée par les forces de police. Accouru sur les lieux, Vilar tente, en vain, de s’interposer pour négocier un délai. Nouvelle manifestation de protestation en faveur de la troupe dans les rues d’Avignon.
3 août : par voie de presse, l’équipe du festival invite le public du XXIIe Festival à débattre au Verger de 17h à 19h. Dans la soirée, Vilar répondra à la fois aux contestataires et aux Avignonnais scandalisés.
Après sa mort en 1971, la continuité de l’héritage de Jean Vilar fut assurée par son disciple Paul Puaux, qui ouvre la cour du Palais de Papes à la génération des Benno Besson, Marcel Maréchal, Ariane Mnouchkine et Bob Wilson. À partir de 1980, se produisit une vraie évolution avec l’arrivée aux commandes de Bernard Faivre d’Arcier (1980-1984 puis 1993-2003) et d’Alain Crombecque (1985-1992). Le festival d’Avignon, sans renier son âme, est devenu une vaste entreprise culturelle, une association loi 1901 subventionnée désormais par tous les acteurs institutionnels (ce qui n’était pas le cas du temps de Vilar). Il professionnalise sa gestion et accroît sa réputation internationale.
Et à Nice ?

 

A SUIVRE…

 

Jacques Barbarin 

 

 

Publicités

Un commentaire

  1. les multiples fautes en général, et sur les noms propres en particulier, nuisent grandement à la lecture de ce texte, au demeurant très intéressant… dommage.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s