Cinéma / IN THE FADE de Fatih Akin.

L’ Allemagne, un attentat plonge une femme dans le drame de la perte de ses proches . Le deuil, le procès et le sentiment d’injustice, la tentation de la vengeance , au cœur du récit du cinéaste. Prix d’interprétation pour Diane Kruger au Festival de Cannes 2017, et, récemment, désignée meilleure comédienne aux Golden Globe Awards 2018.

Le cinéaste est né et vit en Allemagne de parents émigrés Turcs et ses films (Head On/ 2004, Soul Kitchen/ 2009 ,The Cut/ 2014) reflètent entre  autres les thématiques ( émigration, intégration , choc culturel , rapport au passé et coutumes, racisme ..) , lies à son vécu. Il s’est fait une belle réputation internationale avec des films forts sur ces thèmes  qu’il explore. Son nouveau film en est l’exemple qui se fait l’écho de cette situation de tensions , inter -communautaires et d’amalgames entraînant des violences racistes et attentats meurtriers en Allemagne, commis par des membres d’un groupuscule Néo-Nazi clandestins revendiquant son allégeance au Parti National Socialiste Hitlérien. Interpellé par la recrudescence de cette violence   » j’ai senti le besoin de faire le film après les meurtres commis en Allemagne contre des personnes d’origine Turque » explique le cinéaste qui s’est inspirés de fait réels, dont un qui s’est déroulé dans le quartier d’Altona à Hambourg , ou il habite. Et de l’enquête et du procès qui a eu lieu dont il s’est procuré les compte-rendus des audiences. Situé donc dans ce quartier à majorité Turc de Hambourg , y vivent Katja ( Diane Kruger , bouleversante ) elle Allemande, son mari Turc et leur jeune fils. Mariés depuis une dizaine d’années, leurs vies mouvementées se sont rangées, l’amour aidant . Mais le quotidien de Katja va basculer : un attentat terroriste lui enlève son fils et son mari . La vie de cette  dernière qui bascule dans l’horreur , et le long chemin d’une enquête et d’un procès qui prolongera- encore un peu plus- celui du deuil à faire …

Katja ( Diane Kruger ) retenue par les policiers sur les lieux de l’attentat -Crédit Photo : Pathé Distribution-

Les hésitations d’une enquête qui fera scandale et va engendrer polémiques et malaise en se penchant sur le passé du mari , qui jadis, a fait un court passage en prison, mais  s’est réinséré depuis sans difficultés. L’enquête hésitante qui explore d’abord la piste des règlement de comptes liés à la Mafia Turque, est menée comme visant cette communauté « L’enquête a fait scandale, parce que la police a d’abord soupçonné les victimes elles-mêmes  : celles-ci étaient forcément impliquées dans le trafic de drogue, ou dans des salles de jeu clandestines, ou dans d’autres activités criminelles. Les meurtres ne pouvaient être que des règlements de compte de la mafia turque… », explique Fatih Akin. De fait, tout s’est révélé être  faux , les témoignages et indices recueillis sur le lieu du crime , vont faire apparaître le lien   à la mouvance d’un  groupuscule Néo-Nazi et à leurs activités terroristes et racistes. Le procès qui a lieu , finalement au regard d’un « doute » qui subsiste ( l’empreinte non identifiée , d’une autre personne ..sur le lieu de la fabrication de la bombe …) vis à vis des coupables présumés. Le jugement va les innocenter !. Le deuil, que Katja avait réussi à surmonter en se battant pour obtenir justice ( superbes séquences ..) , remis en cause lui revient, en plein cœur comme une douleur insupportable. La justice, la loi et ses limites. Pour Katja le calvaire continue. Découragée , elle refusera de faire appel comme le souhaite son avocat ( Denis Moschitto ) et décidera … de se faire justice elle même !.

Katja ( Diane Kruger à au procès aux côtés de son avocat ( Denis Moschitto) – Crédit Photo: Pathé Distribution-

Le cinéaste par la radicalité de la démarche de vengeance de Katja ( œil pour œil… ), en saisit l’occasion d’interpeller sur cet inexorable engrenage auquel peut entraîner ( et sans doute est-ce un but recherché ?…) le plan des terroristes en créant le chaos, et ce type de réflexes  de vengeance. «  La perte, le deuil et la vengeance ne sont pas des notions qui varient selon la culture ou la nationalité. Elles appartiennent au genre humain tout entier », explique-t-il. Ajoutant que le cinéma ( thrillers, western et autres drames ) se fait régulièrement écho de cette thématique , et pas toujours avec le sens de la réflexion et du recul voulu . Et ici , il lui donne une dimension qui fait sens et écho  avec le passé et l’histoire Allemande , puisque c’est une femme Allemande qui décide de poursuivre les membres du groupe Néo- Nazi , auteur du crime raciste envers son mari et son fils. Par le biais du parcours de vengeance de Katja , pour retrouver les commanditaire  qui va l’emmener en Grèce , il saisit aussi l’opportunité de dénoncer les activités des «  groupuscules violents fonctionnant en réseau à travers l’Europe …tous ces mouvements sont liés», dit-il . S’appuyant sur cette scène du procès réel où un groupe portant le sigle  « Aube Dorée » de l’extrême -droite Grecque, un jour pour faire pression, est venu s’immiscer dans le public ! . Et  Fatih Akin déplore : « on fait peu de films sur les groupes racistes Allemands Néo-Nazis ,aujourd’hui ( …) bien sûr, on tourne encore d’innombrables films sur la Seconde Guerre Mondiale. Personnellement, je n’en peux plus!. Parce que les nazis en Allemagne, c’est aujourd’hui qu’on les trouve ! », constate-t-il .

Katja( Diane Kruger face au père ( Ulrich Tucur ) de l’un des terroristes – Crédit Photo: Pathé Distribution-

Alors au cœur de son récit aux accents de thriller avec la première partie de l’enquêtes et son atmosphère pluvieuse, puis de film «  à procès » dans la seconde où il est question du poids de la justice et ( ou ) de l’injustice. Enfin, ce questionnement final sur la «  pulsion » de vengeance de son héroïne qu’il explore, sans intention de la justifier , mais comme une réalité existante : «  Cela fait longtemps que je voulais tourner un film de vengeance, parce que moi-même, comme spectateur, j’en vois beaucoup. La vengeance est une pulsion très ancienne, déjà présente dans la Bible. À titre personnel, je ne suis pas pour la peine de mort », ajoute-t-il. Il renvoie d’ailleurs à cette pulsion de vengeance  cette magnifique,  et d’autant plus forte scène qui reprend les mots mêmes prononcés au procès par le père ( Ulrich Tikur ) de l’un des accusés n’hésitant pas à le dénoncer comme criminel  et à soutenir Katja dans sa douleur en lui présentant ses condoléances et sa compassion, pendant l’audience. Fatih Akin réussi un film très fort qui n’hésite pas à nous bousculer et à nous interpeller sur l’un des thèmes qui ne cesse de peser et de faire débat dans notre monde contemporain : celui de la violence terroriste et raciste. Celle dont les germes contenus dans l’oeuf du serpent ne cessent d’éclore ici où là , comme le rappelait déjà en 1977 le grand Ingmar Bergman dans son film L’oeuf du serpent où il évoquait la période de Novembre 1923 sous la république de Weimar , où chômage , misère et désarroi avaient généré un climat délétère de violence et d’intolérance , ayant engendré des troubles favorisant la montée du nazisme …

La force du film In the fade , tient autant à la volonté du cinéaste de le construire sur des bases réaliste objectives qui lui permettent de développer questionnements et thèmes qui lui sont chers . Ainsi qu’à celle de les inscrire dans des genres cinématographiques dont le cinéphile qu’ il est, connaît les éléments dramatiques qui permettent de toucher le public. Tout en refusant de « jouer » sur l’ adhésion  de celui-ci , préférant l’appeler à la réflexion , à un certain constat et état des lieux . En ce sens, son film fait mouche …

(Etienne Ballérini )

IN THE FADE de Fatih Akin – 2017- durée : 1h 46.
Avec: Diane Kruger, Denis Moschitto, Johannes Krish, Samia Chacrin, Numan Acar, Ulrich Tucur …
LIEN : Bande-Annonce du film In the Fade de Fatih Akin.
Crédit Photos : Pathé distribution…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s