Cinéma / EL PRESIDENTE de Santiago Mitre

Le sommet des chefs d’état Latino -Américains, rapports de forces et enjeux économiques et politiques au cœur d’un récit aux beaux  accents de « comédie de mœurs politique » …pas si innocente que ça !. Sélection Un Certain Regard Cannes 2017 .A voir …

Le Chili est en effervescence, il se prépare à accueillir un sommet rassemblant l’ensemble des chefs d’état Latino-Américains dans un lieu isolé et bien gardé de la Cordillère des Andes. A ce sommet  destiné a prendre d’importantes décisions économiques qui vont modifier les rapports de forces et les enjeux politiques  Nord-Sud .Des négociations qui ont déjà eu lieu en préparation laissent percevoir de forces  divergences notamment en ce qui concerne  celles  avec le Continent du Nord ( celui de l’oncle Sam),  avec lequel il devra être décidé  dans quelle mesure se feront les négociations sur les futurs enjeux Politico-économiques , destinés à changer la donne des rapports de forces, ( et )  ou  de dépendance , avec le puissant voisin du Nord …que certains voudraient associer aux états du Sud . Quelques pays ( Brésil , Mexique ..) pourraient y gagner en influences locales, avec leurs voisins du Sud . jeux de pouvoirs et de forces , tractations tous azimuts,  vont s’intensifier en coulisses . Au cœur de celles-ci ,  le président Argentin Hernan Blanco  (  Ricardo Darin, excellent ) , va se retrouver au premier plan. Le cinéaste poursuit son investigation de l’engagement politique dont El Estudiante ( 2013), était une première approche de l’apprentissage à celle-ci  d’une jeune homme , et poursuivie  dans  Paulina (2016 ), portrait sensible de l’engagement en politique d’une femme dont le vie est bouleversée par un événement tragique . Et complétée ( provisoirement?) ici, par le portrait d’un homme dont la politique est le métier , et dont l’influence sur les affaires du continent Latino-Américain est majeure ….

Sommet Latino -Américain : Photo de groupe des participants ( Crédit Photo : Mémento Films distribution)

 

Celui donc qui sera sollicité, lors de ce Sommet – tenu dans un Hôtel isole de la Cordillère des Andes- réunissant l’ensemble des chefs d’état Latino -Américains. Il y a , ceux qui veulent le rapprochement avec l’oncle Sam, et ceux qui y sont opposés parce qu’il est resté le « vieil ennemi » dont la puissance jusque  là , à interféré et provoqué bien des troubles . Hernan Blanco ,  le nouveau Président Argentin  fraîchement élu  qui n’a pas une « aura » particulière au niveau du continent va se retrouver au centre du jeu  des influences des camps opposés . Ces  derniers , vont chercher à se servir de lui ,  pour tenter de changer la donne .Tandis que l’envoyé des Usa ( Christian Slater , machiavélique à souhait ) , va- lui – y prendre sa part en y mettant d’emblée… le poids des Dollars Us  ! . Hernan Blanco qui a fait carrière en revendiquant une « normalité »  ordinaire dont il a fait un argument payant de campagne électorale . Un homme qui se dit « proche du peuple ». Vie politique et personnelle contrôlée et passée irréprochable !. Santiago Mitre s’amuse   ( et nous aussi …) à nous plonger au cœur de ces tractations où habilement il fait du spectateur , son témoin-complice . il y ajoute même pour pimenter les enjeux : un scandale qui menace le Président Argentin  ( et  notamment sa fille… )  au coeur d’ une sombre affaire de corruption passée, et familiale , réveillée opportunément pour la circonstance . L’ a-t-elle été pour l’affaiblir au niveau National, ou pour dynamiter sa possible influence sur le sommet Latino-Américain ?. Lorsque sa fille débarque au sommet pour lui demander de l’aide , il sait que tout ce que jusque là , il a réussi à construire peut s’effondrer …ce que vont confirmer les événements qui s’enchaînent dévoilant petit à petit, le vrai visage ambigu qui se cache derrière la normalité affichée de ce dernier …

Hernan Blanco ( Ricardo Darin) , au coeur du jeu des influences ( Crédit Photo: Memento Films Distribution)

La donne va dès lors  changer . Celui que certains fustigent et appellent « le président invisible » dont chaque camp veut se servir pour précipiter l’échec du camp adverse, va devenir un paria et susciter la méfiance . On ne « négocie » plus avec lui de la même manière , à l’image du jeu de dupes qui s’installe avec le Négociateur Américain . Le cinéaste en profite pour installer à cette occasion au cœur de sa fiction, une belle réflexion sur les multiples « influences » politico- économiques ( en forme de constat sur un état des lieux réel du continent Sud-Américain… ) , qui se jouent dans les coulisses de ce sommet destiné à   « réunir les pays d’Amérique Latine afin de fortifier leur influence dans le monde »  . Le « duel » au sommet donc qui -après cette révélation de  corruption  -va s’installer entre lui et son nouveau rival et  devenu homme fort : le Président Mexicain , est d’autant plus passionnant que ce dernier  peut faire basculer les négociations dans  l’autre camp . Au cœur de cet hôtel, de ses couloirs et chambres où les rencontres secrètes se multiplient, l’atmosphère y est étrange, soutenue par une partition sonore ( signée Alberto Iglésias) qui bascule du minimalisme , à l’Opéra  Bouffe ! . Le cadre, en a été aménagé de manière précise, explique le cinéaste : « … les routes qui mènent à l’hôtel devaient être tout en courbes et virages à l’image des personnages. Cette sinuosité participe à donner au film des allures de construction mentale », dit-il . Une atmosphère dans laquelle notre politicien qui s’avère corrompu , va finir par la la jouer « très fin », et surprendre  tout son monde . Valeurs  morales et éthiques en questions , Devoirs et stratégies ,  manipulation  et ambitions , trahisons …

Le réalisateur apprécié de  El Estudiante et de  Paulina , signe avec El Présidente , une jolie comédie politique aux accents étranges …. qui n’est pas si innocente qu’elle peut le laisser paraître , en s’habillant de l’apparence dite « invisible » de son héros symbolique aussi impénétrable , qu’insondable …

(Etienne Ballérini)

EL PRESIDENTE de Santiago Mitre – 2017- Durée : 1h 54
Avec : Ricardo Darin , Dolores Fonzi, Erica Rivas,Elena Anaya, Daniel Jimenez Cacho, Alfredo Castro, Gerardo Romano, Leonardo Franco . Avec la présence exceptionnelle de : Paulina Garcia ( Paula Scherzon , Présidente du Chili) et de Christian Slater ( Dereck Mc Kinley )

LIEN : Bande-Annonce du Film : El Présidente de Santiago Mitre .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s