Cinéma / THE SQUARE de Ruben Östlund.

Le cinéaste qui s’est illustré par un  regard original et non conventionnel porté sur des sujets faisant débat, comme ici , celui des valeurs confrontées à l’ idéalisme , au cynisme et à certains lâchetés qu’elles révèlent. Dans son  dernier  film The Square , via, le trait comique du grotesque et de l’absurde , son superbe portrait du Directeur de Musée d’Art contemporain qui va y être confronté, fait mouche !. il a remporté  la Palme d’Or au Festival de Cannes 2017.

Les invités et la « performance » qui provoque . Au  centre : Terry Notary ) – Crédit photo : Bac Films –

Dans les premières séquences on y voit les travaux de la préparation fièvreuse de la prochaine Exposition, dont Christian (Claes Bang) le Directeur -conservateur du Musée d’Art Contemporain , veut mettre en valeur au travers de ce « carré » symbolisant un espace à l’intérieur duquel, prévaudraient pour chacun, de manière inconditionnelle les idées d’égalité et d’altruisme. Une exposition  destinée selon son souhait , à interpeller le public sur  l’importance de sauvegarder les valeurs humaines et les devoirs envers le prochain. Fustiger le Capitalisme et la «  globalisation » , en tentant par le biais de la création artistique d’abolir certaines frontières et rétablir cette « confiance » dans une société où le clivage entre les riches et les pauvres ne fait que s’accentuer… et entraîner, le repli sur soi . Voilà le défi . La forme de la fable qui s’y inscrit et va le porter au long des séquences … qui vont finir par « détruire » la belle utopie, en la confrontant à la complexité de la réalité d’un état des lieux, pointant les paradoxes… et les contradictions. Celles qui, sous les formes multiples vont faire apparaître au grand jour les limites du «  concept » idéaliste sujet de l’exposition , confronté au réel. Ainsi que les limites d’une certaine transgréssion dont les formes de la provocation ( gratuite?) fnissent par altérer, la finalité souhaitée. Celle sur laquelle le cinéaste , faisant écho à son film Play ( 2011) sur le Racket des enfants,  dont le travail de préparation l’avait confronté à des faits réels constatés au cours desquels «  les adultes n’ont pas réagi alors qu’ils se déroulaient sous leur yeux » . Il en reprend l’idée, ici, dans deux scènes fortes ( celle du happening simiesque provocateur , et celle du sans- abri sous la pluie dans la rue) créant volontairement le malaise chez le spectateur, l’interpellant sur l’apathie « des témoins »  , et sur « la dilution de la responsabilité et la cohésion sociale », en danger …

Christian ( Claes Bang ) le directeur du Musée – Crédit Photo : Bac Films- 

Plein de bonnes intentions le maître des lieux donc , va se retrouver confronté à toute un série d’événements qui vont le déstabiliser et, aussi , mettre en lumière ses propres contradictions. D’une certaine manière , il est le prolongement du père de famille de Snow Thérapy ( Force Majeure / 2014 ) où  ses enfants sont témoins de sa culpabilité , concernant  le réflexe  de fuir l’avalanche , oubliant de protéger sa famille . Comme lui,  Christian , ici , se montrera incapable de faire face aux responsabilités dévolues à son statut d’autorité morale qu’il represente , tant sur le plan de gestionnaire de l’institution , que sur le plan personnel et familial . Et sa démission ( séquence remarquable , face aux journalistes ) , ne sera que la conséquence d’une défaillance , dont le prolongement dans la sphère de sa vie privée , ne fera qu’amplifier le chaos. Celui , révélateur et emblématique d’une société qui en est imprégnée dans tous ses rouages. Le « carré », refuge -protecteur mis en avant par la dimension artistique contemporaine , devient dès lors une «  abstraction » de la réalité de la rue et du monde extérieur . A la différence que la «  protection » que lui confère cet espace intérieur est en totale contradiction avec celui  de l’espace public où … comme tout un chacun, Christian s’en libère. La responsabilité confrontée aux instincts des rapports de forces dominatrices, constituant le danger majeur de s’y laisser aveugler . Christian va devoir s’y confronter à ses dépens et le chantage qu’il devra subir, n’en est par sa virulence … que le « retour de bâton » !, qui va le forcer à la remise en question . A l’image de cette scène de la pyramide de chaises menacées d’écroulement par des secousses mystérieuses , ou de cette œuvre d’art détériorée par un fâcheux accident , il va  subir les conséquences  de ses manques , et devoir faire face …

le petit garçon qui demande justice ( Elijandro Edouard ) – Crédit photo : Bac Films-

Les « couacs » , comme signes annonciateurs qui commencent dès les travaux de mise en place de l’exposition ( la statue qui s’effondre lors de la pose sur le piédestal, …le tas de cailloux disposé méthodiquement en oeuvre d’art symbolique , victime du passage de la machine à nettoyer le sol….) , la vidéo de la campagne de communication utilisant maladroitement pour la promotion de l’exposition une jeune mendiante ,  qui va faire scandale . La conférence de presse qui tourne en fiasco par les interruptions ( superbe     scène )  d’un handicapé accepté comme « invité »  par le musée et sa direction , comme une forme d’ouverture destinée à combattre les préjugés et l’intolérance . Toute une série d’événements inattendus dont les tournures comiques  des situations de certains, font penser  aux  « situations -gags », des  films de  Jacques Tati , où le rire se fait déclencheur des contrastes et contradictions . Rétablir le contact entre l’art et le public , la mission dont « l’altruisme et les devoirs envers le prochain » , est au centre , va mettre en avant le travail qui reste à faire et interpellent sur le thème , dont l’exposition est l’enjeu . Christian au centre de celui-ci dont l’individualisme , laisse  poindre une certaine forme de supériorité et d’orgueil de classe qui subsiste malgré les bonnes intentions ( comme le lui rappelle une de ses conquêtes …) , abus de pouvoir , comportement de caméléon , «  ses faiblesses en font un Monsieur tout le monde » souligne le cinéaste . Le constat en sera fait  , via,  le  fil – rouge complétant ce qui a été souligné ci-dessus,  avec le vol de son portable et des ses documents dont il sera victime et la méthode employée pour les récupérer qui en sera le déclencheur. Poursuivi par cet enfant ( Elijandro Edouard ) qui dit avoir été accusé à tort … et promet, s’il ne s’ excuse pas « de faire de sa vie un chaos » ! .Un film passionnant , à ne pas manquer …

(Etienne Ballérini)

THE SQUARE de Ruben Östlund – 2017 – Plame d’Or Cannes 2017 – Durée : 2 h 25 .
Avec : Cloes Bang , Elisabeth Moss, Dominic West , Daniel Hallberg, Martin Sööder , Elijandro Edouard …
LIEN : Bande-Annonce du film , The Square de Ruben Öslund .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s