Cinéma / 35e Arte Mare (Bastia / 4)

Mercredi c’est… non pas ravioli, mais le jour des enfants où, plus exactement, celui du jeune public et s’il y avait de « bon »matin des zombies, des vampires, des loups garous et d’autres monstres sur le grand écran c’était ceux du parc d’attractions d’épouvante de Zombillénium, le film d’animation français d’Arthur de Pins et Alexis Ducord qui faisait écho à celui présenté la veille Le Voyage de Ricky, co-production belgo-germano-luxembourgeoise de Toby Genkel et Reza Memari. Le jeune public, mais aussi les adultes étaient ensuite invités à s’envoler pour Istanbul. Dans le cadre du Panorama méditerranéen, Kedi, des chats et des hommes de Ceyda Torun offrait un portrait touchant de la société stambouliote à travers les péripéties de sept chats.

ARTE MARE - Kedi
Kedi, des chats et des hommes de Ceyda Torun (Crédit photo : DR)

Dans la soirée, avant la projection de En attendant les hirondelles (5e film de la Compétition) de Karim Moussaoui, en présence de l’actrice Hania Amar, qui posait un certain regard sur l’Algérie d’aujourd’hui, a eu lieu la présentation du Jury présidé cette année par Edouard Waintrop. Dernier film de la journée avec l’avant-première de Diane a les épaules de Fabien Gorgeart, avec Clothilde Hesme, sur l’histoire d’une mère porteuse. Ce premier long métrage a été précédé d’une hommage sur scène à Jean-Jacques Beineix.

ARTE MARE - La Foret du Niolo
La Forêt du Niolo d’Adama Rouamba (Crédit photo : DR)

Jeudi aura été marqué par la projection de 37°2 le matin, suivi de la rencontre du public avec Jean-Jacques Beineix. Une journée particulière, aurait estimé le regretté Ettore Scola, avec la découverte de La Forêt du Niolo d’Adama Rouamba, film 100% burkinabé. Une histoire de corruption politique et de cupidité qui vire au drame social tout en évoquant la liberté de la presse. Inspiré de faits réels, ce long métrage de 2016 correspondait parfaitement à la thématique de cette 35e édition : « Arte Mare fait la Une ! ».
6e film de la Compétition, Abracadabra représentait l’Espagne. Une « comédie noire fantastique » (ou « hypnotique ») signée Pablo Berger, le réalisateur du très beau Blancanieves, interprété par Antonio de la Torre (vu dans Amours cannibales, La colère d’un homme patient et Que Dios nos perdone) et Maribel Verdu. La 6e soirée d’Arte Marte s’est terminée par un grand moment de cinéma avec Au revoir là-haut d’Albert Dupontel adapté du roman de Pierre Lemaître, Prix Goncourt 2013.
A suivre…

A voir :
La bande annonce de Abracadabra de Pablo Berger (VOSTA)
La bande annonce de Au revoir là-haut d’Albert Dupontel (Gaumont)

Rendez-vous sur le site officiel d’Arte Mare

Philippe Descottes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s