Cinéma / 35e Arte Mare (Bastia / 3)

Après les péripéties de Fortunata, Mama de la banlieue romaine, pour élever seule sa fille, vivre dignement et essayer de trouver le bonheur, brève escale en France ce lundi. Cette fois pour suivre dans Tous les rêves du monde de Laurence Ferreira Barbosa (2e film de la Compétition), Paméla, une jeune portugaise née en France, empêtrée dans ses contradictions, ses échecs et l’amour absolu pour sa famille, qui retourne au Portugal avec ses parents à l’occasion des vacances scolaires et après avoir raté encore une fois son bac.
Moment d’émotion sur scène dans la soirée pour saluer la mémoire de Jean Rochefort, décédé le matin même à l’âge de 87 ans. Un hommage lui a été rendu par Christophe Bourseiller qui a eu l’occasion de tourner avec lui dans les films d’Yves Robert, notamment Nous irons tous au paradis... Mais « le spectacle continue » et les spectateurs du théâtre de Bastia ont eu l’occasion de découvrir en avant-première, dans la sélection panorama, le second long métrage réalisé par Guillaume Gallienne, Maryline, un film bien différent de Les Garçons et Guillaume à table !, même si l’on retrouve certains thèmes comme le rapport théâtre/cinéma, et qui s’intéresse à une jeune femme simple et modeste, magnifiquement interprétée par Adeline d’Hermy, qui fuit l’isolement, l’alcoolisme et la violence d’une maison familiale en province pour « monter à Paris » et tenter de devenir comédienne.

ARTE MARE 02 - Maryline
Maryline (Adeline d’Hermy) – Crédit Photo : DR

A la violence engendrée par l’incommunicabilité des taiseux dans leur confrontation à un monde extraverti et impitoyable, succède celle, « plus ordinaire », d’un couple en plein divorce dans Jusqu’à la garde (3e film de la Compétition). Devant la juge, Miriam demande la garde exclusive de Julien, 11 ans, pour le protéger de son père qu’elle accuse d’être violent. Le mari obtient une garde partagée. L’enfant est pris en otage entre ses parents. Présenté comme un « thriller conjugal », le premier long métrage réalisé par Xavier Legrand se distingue par la qualité de la mise en en scène et de l’interprétation des trois comédiens principaux, Léa Drucker et Denis Ménochet, mais aussi le tout jeune Thomas Gioria, une révélation. Le film a ébranlé les spectateurs.

ARTE MARE 02 -JUSQUE LA GARDE
Léa Drucker et Denis Ménochet (Crédit photo Haut & Court)

Dans la dernière escale de la journée, c’est encore un enfant qui est au cœur de Brooklyn Yiddish de Joshua Weinstein (4e film de la Compétition), un drame qui nous emmène non pas de l’autre côté de la Méditerranée, mais de celui de l’Atlantique et à New-York, à Borough Park, le quartier juif ultra-orthodoxe de Brooklyn. Suite au décès de son épouse, Menashé, un modeste employé d’une épicerie de quartier, tente difficilement de joindre les deux bouts et doit se battre pour obtenir la garde de son jeune fils, Ruben. La tradition hassidique lui interdit en effet de l’élever seul.
A suivre…

A voir :
Extrait de Maryline. Entretien avec le réalisateur et la comédienne (France 3)
La bande annonce de Jusqu’à la garde de Xavier Legrand (Haut & Court)

Rendez-vous sur le site officiel d’Arte Mare

Philippe Descottes

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s