Musique / Ego-dictionnaire de l’art lyrique par Numa Sadoul

Les lecteurs de ciaovivalaculture connaissent bien Numa Sadoul : comme pédagogue et metteur en scène*, comme grand connaisseur de la bande dessinée et auteur de recueils d’interviewes**. Il est aussi metteur en scène d’opéra***.

(photo : Jean-MArc Pau)

Et c’est cette connaissance, cet amour, cette curiosité, cette pratique de l’opéra qui nous vaut la publication de cette « somme » : 40 ans à l’Opéra : Ego-dictionnaire de l’art lyrique. Ce n’est pas seulement qu’une « somme »  sur l’opéra mais aussi –et peut-être surtout ?- sur l’auteur lui-même. Quelque part, une psychanalyse sauvage.
J’avoue que l’opéra n’est pas ma priorité prioritaire (oui, j’ose le truisme). Certes, j’y vais times to times, il m’arrive d’écrire des articles, mais surtout quant à la mise en scène et à la scénographie. Quant à savoir si la soprano Tartempion a aisément poussé son contre-ut au deuxième acte de l’opéra « Trucmuche », perso, je m’en tamponne d’une force….
Et, de fait, il s’agit de tout sauf d’une encyclopédie. C’est avant tout une grande lettre d’amour, c’est un… oui, un roman, presque une autofiction. Analysons le titre. 40 ans à l’Opéra. Ce n’est pas « 40 ans d’opéra ». Le « de » est appropriatif, le « à » montre l’approche de connaissance, d’apprentissage, de cheminement, d’initiation. Puis « égo-dictionnaire » : Ego est un substantif tiré du pronom personnel latin (moi/je). Il désigne généralement la représentation et la conscience que l’on a de soi même. Et soi-même,  chez/pour Numa Sadoul, c’est l’opéra.
Alors, il est vrai que, formellement, « cela » se présente comme un dictionnaire, qui décline depuis « Accessoiriste » jusqu’ à « [La] Wally »****  tout l’univers de l’opéra, ses métiers, les voix, les ouvrages lyriques, les compositeurs (enfin, pour ces deux derniers, ceux qui « parlent » à Numa, rappelons nous qu’il s’agit d’un égo dictionnaire), et tout ce qui peut – à un moment ou à un autre – rencontrer la notion de ce spectacle vivant, trop vivant ? C’est un « je » qui parle à « nous ».
Tout ce qui est « les métiers d’opéra » occupe une large place : Numa, amoureux impénitent de cet art et praticien émérite de la mise en scène d’opéra – une vingtaine de productions en France- sait trop l’importance  de ces « fabricateurs », du moindre à celui en lumière.
Et la plupart des « papiers » sur ces métiers s’accompagnent d’une interviewe, manière de nous rendre plus sensibles ces fonctions. L’interviewe qui entame l’œuvre, sur un accessoiriste, ainsi que l’approche qu’en délivre Numa nous fait toucher du doigt que cette fonction est tout… sauf accessoire. A lire aussi celle de Pierre Boulez quand il parle du « métier » chef d’orchestre.
Mais l’humour, voire une certaine ironie, deux données immanentes de la bande dessinée et du dessin de presse que loue fort cet admirateur se retrouve dans les pages numaliennes. Ainsi, dans  l’entrée sur Anton Bruckner, il se souvient avoir conseillé à un étudiant pour qui ce qui l’ennuyait, chez Wagner, c’était le chant, d’écouter du Bruckner, sûrement trouverait-il ce qu’il cherchait. C’était dans l’année universitaire 1967/1968, et il conclut : « J’étais déjà fan du  Cantor de Saint Florian (1824-1896) et n’ai jamais cessé de l’être. » Derrière l’humour s’avance la passion.
Numa Sadoul est entier dans cet ouvrage, il sait être fin analyste, fruit de sa réflexion et de son connaissement, il sait détester et il sait s’enthousiasmer, il sait être eau froide et eau chaude mais jamais eau tiède, il a des paroles émues lorsqu’il parle de son ami Jacques Karpo (« metteur en scène, décorateur, éclairagiste, acteur, connaissant tout et capable de faire tout dans un théâtre ») étonnant lorsqu’il aborde le mythe Callas entre Elvis Presley et Greta Garbo, bref tout sauf de la langue de bois, c’est du Numa pur sucre.
Que l’on soit amateur d’opéra – ou de théâtre- professionnel d’opéra – ou de théâtre, musicien, ou tout simplement curieux, même si l’on y connait rien en opéra (et peut-être surtout) l’ Ego-dictionnaire de l’art lyrique comblera ceux qui attendent un vrai discours. Mais rappelez-vous : c’est un roman. Numa Sadoul pourrait dire, parodiant Berlioz: « L’opéra est un roman qui m’intéresse beaucoup »*****
Mais j’en veux quand même à Numa Sadoul quand il définit l’opéra comme une « caste à divas »******. Celle-là, j’aurais pu la faire.

Jacques Barbarin

40 ans à l’Opéra : Ego-dictionnaire de l’art lyrique par Numa Sadoul – Edition Dumane

*https://ciaovivalaculture.com/2014/11/08/theatre-et-je-dirais-meme-plus-numa-sadoul-entretien
**https://ciaovivalaculture.com/2014/02/20/livre-cabu-charb-sine-luz-wolinski-passent-a-table/
***http://www.lafauteadiderot.net/Mise-en-scene-et-opera-La-flute
**** opéra de Catalani dont un aria a servi dans la bande son du film « Diva », de Jean-Jacques Beineix
***** « ma vie est un roman qui m’intéresse beaucoup »
****** « Casta diva », air célèbre de « La Norma » opéra de Bellini

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s