Cinéma/ Echos du Festival de Cannes 2017 (N°11 – Samedi 27, dimanche 28 mai)

Je me souviens…

Délibérations. Je me souviens que depuis le milieu des années 1990 le jury délibère dans la villa Domergue, située dans le quartier de la Californie, sur les hauteurs de Cannes. Cette maison a été conçue par le peintre Jean-Gabriel Domergue dans les années 1930 sur le modèle d’un palais de Florence, en Toscane.

 Caméra ou Palme d’Or ? A ce jour, aucun premier film de la Compétition officielle n’a obtenu la Caméra d’Or… mais je me souviens qu’en 1979, la Palme d’Or fut attribuée à Sexe, mensonges et video, le 1er long métrage de Steven Soderbergh. Il en sera encore de même cette année puis qu’aucun 1er film ne figurait en Compétition.

Palme Dog pour Netflix. Producteur de deux films de la compétition, Okja et The Meyerowitz stories, que les cinéphiles de France et de Navarre ne pourront pas voir dans les salles de cinéma, le géant de la VOD  ne repartira pas bredouille pour autant de Cannes. En effet, le chien Bruno, vu dans The Meyerowitz stories, a remporté la prestigieuse Palme Dog. Je me souviens que Marvin, du film Paterson de Jim Jarmush, et Uggie, de The Artist de Michel Hazanavicius, l’ont obtenue ces deux dernières années.

Manif pour personne. Dans les cadre des mesures de sécurité prises pour le Festival, toute manifestation sur le fronton de mer a été interdite. Je me souviens que les zombies de Troma, distributeur de séries Z au Marché du film, avaient l’habitude de défiler dans les rues de Cannes. Ils n’ont pas pu le faire.

Soleil sur Cannes. En dehors d’un bref pipi de mouette (ou de goéland) un matin, cette 70e édition aura été placée sous le signe du soleil. Je me souviens qu’en 1964, le Festival àa présenté Cent mille dollars au soleil d’Henri Verneuil avec Lino Ventura et Jean-Paul Belmondo. En 2013, Cannes Classics a présenté une version restaurée et inédite de Plein Soleil de René Clément avec Alain Delon.

Tout commence par une chanson. Je me souviens d’un moment magique et émouvant en 1995, lors de l’ouverture du 48e Festival. Vanessa Paradis entame Le tourbillon de la vie… qu’elle termine en duo avec Jeanne Moreau, présidente du Jury.

La Palme d’Or. Le prestigieux trophée a été dessiné en 1998 par Caroline Scheufele, coprésidente de Chopard, le joaillier suisse partenaire officiel du Festival. La palme en or 18 carats repose sur un coussin de cristal de roche de 1 kg taillé en forme de diamant et toujours unique. Sa valeur est estimée à plus de 20.000 euros. Depuis la première édition du Festival, je me souviens qu’elle n’a été attribuée que 56 fois.

Retrouvez l’histoire du Festival, ses palmarès, ses anecdotes dans Cannes Memories 70 festivals de Cannes
Collectif. Préface de Monica Bellucci  – Ed Media-Business Et Partners (Edition bilingue anglais-français – 304 pages – photos N&B et couleurs)

Les photos souvenirs

CiaoViva- Cannes 2017 Rétro 10 - Dunst - Binoche
Kirsten Dunst – Juliette Binoche – (c) Philippe Prost

Des mots pour le dire

« Je révère les vieilles statues et le Festival me serait encore objet de tendresse si dans ce vieil aquarium ne barbotaient de jeunes cons. Les joyeux dynamiteurs de Mai 68, que l’on retrouve aujourd’hui en jabot, mendiant des récompenses. » Michel Audiard, France Soir, mai 1976

« Paresse d’invention, vulgarité du dialogue et idéologie ultraréactionnaire » Pierre Billard, à propos de Cent mille dollars au soleil, Cinéma 64, mai 1964

« Faire de la critique, c’est exercer et poser une pensée, ça ne se résume pas à 140 signes écrits à la fin du générique. À Cannes, pas sûr que les réseaux sociaux fassent du bien à l’esprit général « . Thierry Frémaux. Entretien Le Film Français, le 5 juin 2015

« On peut donner un prix aux vaches qui donnent du lait, ça on peut le mesurer » Kirk Douglas, Membre du Jury en 1970.

« Ce n’est pas de la faute du Festival si les meilleurs films sont toujours signés par les mêmes metteurs en scène. L’idée est évidemment de confirmer les metteurs en scène moins connus et de découvrir des nouveaux venus » Gilles Jacob, Télérama – Tchat avec les internautes, le 24 avril 2009

« Le seul critère des sélectionneurs – et je l’ai fait pendant 28 ans – est la recherche de la qualité, de l’invention et de la créativité, du progrès de l’écriture cinématographique. Le festival est là pour faire progresser le cinéma, et non pas pour suivre des modes ». Gilles Jacob, Télérama – Tchat avec les internautes, le 24 avril 2009

« J’aimerai tellement m’offrir un Cannes anonyme, en jean et tee-shirt, une casquette sur la tête. Je serais toute la journée en projection ! Vivre de cinéma et de rêves de cinéma, comme à 18 ans, ce serait génial ! » Isabelle Adjani – Entretien avec Stéphane Joby, le JDD du 14 mai 2017

« Mon premier festival de Cannes, c’était en 1983. Je suis allé au Palais voir Identification d’une femme d’Antonioni et L’Argent de Bresson. Je me suis installé très loin de l’écran, dans les derniers rangs de la corbeille, mais j’en ai énormément profité. J’étais heureux. Je me sentais au paradis » Pedro Almodovar, AFP, le 10 mai 2017

« Vous savez, trouvez le film à qui l’on décerne la palme d’or, c‘est comme ouvrir un cadeau de Noël » George Miller – Président du Jury en 2016, Le Figaro du 11 mai 2016

« Un de mes meilleurs souvenirs, c’est bien sûr la Palme d’or que j’ai partagée (Missing en 1982) avec le réalisateur turc Yilmaz Güney (Yol, la permission). Il y a eu un grand silence dans la salle. Je ne sais pas si les gens se demandaient ce qu’il allait se passer entre un Grec et un Turc. Et puis on s’est embrassés, et ça a été un grand moment« . Constantin Costa-Gavras AFP, 11 mai 2017.

De bonne pages pour un scénario
Transit d’Anna Seghers fait l’objet d’une adaptation pour le cinéma. Si l’action se déroule toujours à Marseille, le réalisateur allemand Christian Petzold (Barbara, Phoenix) l’a transposée des années 1940 à nous jours

 Les photos des derniers jours

Cannes 2017 - D'après une histoire vraie
L’équipe de D’après une histoire vraie de Roman Polanski – (c) Philippe Prost
Cannes 2017 - D'après une histoire vraie 02
Emmanuelle Seigner et Roman Polanski – (c) Philippe Prost
Cannes 2017 - RAMSAY - joaquin-phoenixlynne-ramsayekaterina-samsonov
L’équipe de You were never really here de Lynne Ramsay – (c) Philippe Descottes
Cannes 2017 - RAMSAY - joaquin-phoenixlynne-ramsayekaterina-samsonov 02
Joaquin Phoenix et Ekaterina Samsonov – (c) Philippe Prost
Cannes 2017 - Palme d'Or
Palme d’Or The Square – (c) Philippe Prost
Cannes 2017 - Grand Prix
Grand Prix  120 Battements par minute – (c) Philippe Prost
Cannes 2017 - Prix d'Interprétaion
Prix d’Interprétation – (c) Philippe Prost
Cannes 2017 - Caméra d'Or
Caméra d’Or – (c) Philippe Prost


A l’année prochaine !
🙂

(Philippe Descottes – Crédit photo : Philippe Prost)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s