Cinéma / Echos du Festival de Cannes 2017 (N°4 – Samedi 20 mai)

Je me souviens…

La trilogie de Barbet. Barbet Schroeder Le vénérable W, un documentaire tourné en Birmanie sur un moine bouddhiste extrémiste. Je me souviens qu’il a présenté à Cannes les deux premier volets d’une trilogie entamée avec Général Idi Amin Dada (1974) et L’avocat de la terreur (2007).

Adèle n’est plus une inconnue. Adèle Haenel est à nouveau en compétition officielle avec 120 battements par minute de Robin Campillo. Je me souviens qu’elle est venue à Cannes en 2016 pour La Fille inconnue des frères Dardenne, mais aussi pour L’Appolonide de Bertrand Bonello et La Naissance des pieuvres de Céline Sciamma.

Impitoyable, 25 ans déjà. Je me souviens que Unforgiven (Impitoyable) de Clint Eastwood date de 1992. A l’occasion de son 25e anniversaire a été projeté ce jour dans sa version remasterisée dans le cadre de Cannes Classics en présence de son réalisateur.

Ils ne sont pas là. Je me souviens qu’il se murmurait que Pablo Berger, Kathryn Bigelow, Leos Carax, Xavier Dolan, Albert Dupontel, Guillaume Gallienne, Jean-Luc Godard, Noémie Lvovsky, Christopher Nolan, Alexander Payne, Steven Soderberg, Joachim Trier ou encore Wim Wenders pourraient venir à Cannes présenter leur nouveau film. Il n’en est rien. Les tuyaux étaient percés.

Eternelle jeunesse. Agnes Varda, 88 ans, Vanessa Redgrave, 80 ans, Clint Eastwood, 86 ans, André Téchiné, 74 ans, sont (ou vont venir) à Cannes et pas pour faire de la figuration. « La jeunesse est un naufrage » comme disaient Châteaubriand et Bernadette Chirac. Ils ont tout faux

Cannes connaît la musique. Avec Barbara, je me souviens que plusieurs films cannois ont été inspirés par, Billie Holiday (Lady Sings The Blues de Sidney J. Furie), Amy Winehouse (Amy de Asif Kapadia), Liberace (Ma Vie avec Liberace de Steven Soderbergh), Charlie Parker (Bird de Clint Eastwood), Sid Vicious (Sid & Nancy de Alex Cox ), David Bowie, d’Iggy Pop et Lou Reed (Velvet Goldmine de Todd Haynes), Kurt Cobain (Last Days de Gus Van Sant ), Ian Curtis (Control d’Anton Corbijn).

L’année Clouzot. Cannes Classics a projeté la version restaurée 4K du Salaire de la Peur d’Henri-Georges Clouzot. Je me souviens que le film, qui réunit Yves Montand, Charles Vanel, Peter Van Eyck et Folco Lulli, avait obtenu le Grand Prix du Festival de Cannes en 1953. 2017 marque le 110e anniversaire du cinéaste et “l’année Clouzot” se prolongera jusqu’en juillet 2018.

La photo souvenir

CiaoViva- Cannes 2017 Rétro 04 - Haenel
L’Appolonide avec Adèle Haenel  – (c) Philippe Prost

Des mots pour le dire…

 « Il y a long­temps que la télé­vi­sion a envahi la Croi­sette. J’ai connu le Festi­val de Robert Favre Lebret, celui de Maurice Bessy. Le dernier des Mohi­cans étant Gilles Jacob. Aujourd’­hui, le fric prend toute la place, on est loin du cinéma. » Gérard Depardieu (Entretien Nice-Matin du 16 mai 2016).

« D’avoir été invité au Festival de Cannes  avec ce premier film (Cendres et Sang) c’est comme une glace qu’on donne à un enfant. » Fanny Ardant (20 Heures – France 2 – 21 mai 2009).

« Vous voyez des centaines de films et c’est Ken Loach qui aura la Palme » Laurent Gerra (à Thierry Frémaux, Lyonnais comme lui, lors de l’annonce de la sélection du 69e Festival de Cannes – Avril 2016)

« Ce n’est pas de la faute du festival si les meilleurs films sont toujours signés par les mêmes metteurs en scène. L’idée est évidemment de confirmer les metteurs en scène moins connus et de découvrir des nouveaux venus » Gilles Jacob  – Télérama – Tchat avec les Internautes – 24 avril 2009.

« Le seul critère des sélectionneurs – et je l’ai fait pendant 28 ans – est la recherche de la qualité, de l’invention et de la créativité, du progrès de l’écriture cinématographique. Le festival est là pour faire progresser le cinéma, et non pas pour suivre des modes ». Gilles Jacob  – Télérama – Tchat avec les Internautes – 24 avril 2009.

De bonnes pages pour un scénario

Un beau soleil de Claire Denis est une adaptation libre, coécrite avec Christine Angot, de Fragments d’un discours amoureux de Roland Barthes. Le Salaire de la peur d’Henri-Georges Clouzot est tiré du roman homonyme de Georges Arnaud.

Les photos du jour

120 BATTEMENTS 01

L’équipe de 120 Battements par minute de Robin Campillo – (c) Philippe Prost

120 BATTEMENTS 02

Adèle Haenel – Nahuel Pérez Biscayat – (c) Philippe Prost

THE SQUARE 01
L’équipe du film The Square de Ruben Ostlund – (c) Philippe Prost
HIJAS DE APRIL 02
L’équipe du film Las Hijas de Abril de Michel Franco – (c) Philippe Prost
HIJAS DE APRIL 01
Emma Suarez et Michel Franco – (c) Philippe Prost

(Philippe Descottes – Crédit photo : Philippe Prost)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s