Cinéma / Disparition …Je me souviens de Michèle MORGAN.

Je me souviens qu’entre ton lieu de naissance (Neuilly sur Seine) et ton lieu de décès (Meudon) il y a juste 12 km.
Je me souviens qu’entre ces deux distances il y a eu 96 ans de vie et, de 1935 à 1990 et plus de 60 films (grosso modo 1,3 par an).

t'avais de beaux yeux tu sais....
t’avais de beaux yeux tu sais….

Je me souviens que ta filmographie compte parmi les grands réalisateurs français et américains de ces cinq décennies, dont Marcel Carnet, Marc Allégret, Jean Grémillon, Michal Curtiz , René Clément, Claude Antant-Lara, André Cayatte, Jean Delannoy, Henry Decoin, Henri Verneuil, Michel Deville, Claude Chabrol, Claude Lellouch avec des partenaires tels Raimu, Jean Gabin, Charles Vanel, Humphrey Bogart, Gérard Philippe, Bourvil, Michel Piccoli, Alain Delon.
Je me souviens que tu es la première actrice à recevoir au premier Festival de Cannes en 1946, le Prix d’interprétation féminine pour ton rôle de Gertrude dans le film La symphonie pastorale, de Jean Delannoy.
Je me souviens que, toi dont on disait que tu avais les plus beaux yeux du cinéma, tu y jouais le rôle… d’une aveugle.
Je me souviens, à propos de ton regard, d’un bleu limpide, un peu énigmatique et lointain, parfois comparé à celui de Greta Garbo, (Son regard est pareil au regard des statues, a dit Paul Verlaine). Il a inspiré à Jacques Prévert l’une des répliques les plus célèbres du cinéma dans ce film où le personnage joué par Jean Gabin lui murmure : « T’as d’beaux yeux, tu sais »

JJean Gabin et Michèle Morgan dans Quai des Brumes  de
Jean Gabin et Michèle Morgan dans Quai des Brumes de Marcel Carné

Je me souviens que cette phrase est dans Quai des brumes que réalise en 1938 Marcel Carné.
Je me souviens que le titre de tes mémoires publiés en 1977 y fait également référence : Avec ces yeux -là.
Je me souviens que, en 1999, ton compagnon Gérard Oury, élu à l’Académie des Beaux Arts l’année précédente, demande au graveur et sculpteur Pierre-Yves Trémois de graver cette même phrase sur son épée d’académicien.
Je me souviens que, avec Gabin, tu auras tourné, outre Quai des brumes, 4 films : Le récif de corail (1938) de Maurice Glayze, Remorques, (1939) de Jean Grémillon, La minute de Vérité (1952) de Jean Delannoy, Napoléon (1954) de Sacha Guitry.
Je me souviens que, le 3 septembre 1939, la guerre éclate, Jean Gabin est mobilisé à Cherbourg dans la marine nationale et qu’il obtient une permission exceptionnelle pour terminer le film Remorques.

l'affiche du film Remorques de Jean Grémillon
l’affiche du film Remorques de Jean Grémillon

Je me souviens que vous partez tous les deux pour Hollywood.
Je me souviens que, en 1942, tu tournes un bout d’essai pour le rôle principal de Soupçon, le film que prépare Alfred Hitchcock ; tu n’es pas retenue à cause de ton anglais insuffisant.
Je me souviens que, pressentie pour Casablanca , tu es convoquée et auditionnée mais, ton agent ayant réclamé un cachet beaucoup trop élevé, le rôle t’échappe.
Je me souviens, que, en compensation, tu reçois le rôle de Passage to Marseille, de Michael Curtiz (1944), que tu joue avec Humphrey Bogart et Peter Lorre.
Je me souviens même qu’en 1949, tu as tenu le premier rôle dans un péplum d’Alessendro Blasetti, Fabiola, aux cotés, entre autres, de Michel Simon, d’Henri Vidal et de Gino Cervi.
Je me souviens que, en 1955, tu formes un couple avec Gérard Philippe dans Les grandes manœuvres de René Clair.

Une scène de Fabiola  d'Alessandro Blasetti
Une scène de Fabiola d’Alessandro Blasetti

Je me souviens que, en 1957, tu tournes Retour de manivelle, de Denys de la Patellière, film qui marque un tournant dans ta carrière: jouant jusqu’ici principalement des héroïnes fragiles, tu y joue une femme fatale de série noire.
Je me souviens que tu es ignorée par les cinéastes de la Nouvelle Vague qui jugent les acteurs d’avant-guerre trop chers mais aussi trop intimidants (seul Claude Chabrol fait appel à toi en 1962 dans Landru)le rôle principal étant tenu par… vous brûlez… Charles Denner.
Je me souviens que tu dois à Michel Deville une belle occasion de rappeler ta sensualité en interprétant une comtesse rouée dans Benjamin ou les mémoires d’un puceau en 1967.
Je me souviens que tu présides le jury du Festival de Cannes 1971, où seront récompensés entre autres Le Messager de Losey, Mort à Venise de Visconti, Johnny got his gun, de Dalton Trumbo….                                                          Je me souviens, à propos de récompense, que tu obtiens en 1992 un César d’Honneur pour l’ensemble de ta carrière, et en 1996 à Venise  un  » Lion d’Or  à la carrière », en hommage à ta contribution au cinéma.

Humphrey Bogart et Michèle Morgan dans Passage  to Marseille  de
Humphrey Bogart et Michèle Morgan dans Passage to Marseille de Michaël Curtiz

Je me souviens, en outre, que tu es grand-croix de la Légion d’honneur, grand-croix de l’ordre national du mérite, et commandeur de l’ordre des Arts et des lettres.
Je me souviens que, en 1975, Claude Lelouch te fait revenir à l’écran dans Le chat et la souris.
Je me souviens que tu joues, en 1997, dans le téléfilm Des gens si bien élevés, écrit par Danièle Thompson, fille de Gérard Oury et que tu annonces la fin de ta carrière en janvier 2001.
Je me souviens que, née le 29 janvier 1920, tu meurs le 20 décembre 2016 : « Dans sa 97e année, les plus beaux yeux du cinéma se sont fermés définitivement ce matin, mardi 20 décembre », annonce ta famille.
Je me souviens que tu restes et resteras dans l’imaginaire collectif– même si tu ne voulais pas laisser que cette image- comme un  « regard ». Mais il peut y avoir de l’intelligence dans un regard, j’en doute qu’il y en ait dans d’autres éléments du corps qui, à l’instar des yeux, vont aussi par deux.
Je me souviens que je reste, Michèle, Morgan(e) de toi.
Jacques Barbarin

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s