Musique / Je me souviens … So long Léonard / Moi, Marianne Ihlen.

Leonard Cohen
Leonard Cohen

So long, Léonard/ Moi, Marianne Ihlen
Moi, Marianne Ihlen, je me souviens t’avoir rencontré dans une épicerie de l’île d’Hydra, en Grèce, dans les années 1960.
Je me souviens que pendant des années, j’ai partagé ta vie en France et au Canada.
Je me souviens que tu m’avais écrit une chanson dont le refrain disait : So long Marianne, it’s time that we began / to laugh and cry and cry and laugh about it all again*
Je me souviens que cette chanson a été reprise par John Cale, Suzanne Nadine Vega (auteur compositeur interprête) et en français par Georges Chelon.
Je me souviens que sur l’autre face du 45 tours où était ma chanson il y avait une surune autre femme, “Suzanne” . Suzanne takes you down to her place near the river, / You can hear the boats go by you can spend the night beside her**
Je me souviens qu’il s’agissait de Suzanne Verdal, la femme du sculpteur Armand Vaillancourt. Tu aurais bien aimé avoir une relation biblique avec elle, mais elle ne fût que spirituelle.
Je me souviens que Judy Collins, Graeme Allwright***, Françoise Hardy***, Nina Simone, Harry Belafonte, Neil Diamond, Joan Baez, Peter Gabriel, Nana Mouskouri***, Sylvie Vartan*** ont repris Suzanne, ainsi que bien d’autres versions, dont une en italien, une en néerlandais, une en finnois.

Marianne Ihlen et Léonard Cohen
Marianne Ihlen et Léonard Cohen

Je me souviens de ta voix grave qui a, comme le dit Verlaine, “l’inflexion des voix chères qui se sont tues”
Je me souviens que tu es né en 1934 à Montréal.
Je me souviens que tu ne touche pas d’argent pour Suzanne : tu t’es lié à un arrangeur qui doit retravailler la chanson, vous ne vous entendez pas et l’arrangeur t’ apprends qu’il a signé les documents pour en posséder les droits.
Je me souviens que la bataille judiciaire dure jusqu’en 1984, et l’arrangeur propose de te revendre les droits au cours d’une rencontre dans un hôtel à New-York.
Je me souviens que le 30 aout 1970, tu chantes lors du Festival de l’Ile de Wight : tu te produis au pied levé, à 4 h du matin, juste après la prestation de Jimi Hendrix
Je me souviens qu’en 1982 tu écris une comédie musicale Night Magic, qui fera l’objet d’un film présenté au festival de Cannes de 1985.
Je me souviens qu’en 1994, à la suite de la promotion de son album The Future, tu te retires dans un monastère boudhiste, le Mount Baldy Zen Center, près de Los Angeles.

oPochette du 45 Tours  Suzanne
Je me souviens que dans un article du New York Times consacré à son retour sur scène, il est mentionné : « Monsieur Cohen est un juif observant qui respecte le Shabbat même lorsqu’il est en tournée. Alors comment peut-il concilier sa foi avec sa pratique continue du zen ? »
Je me souviens que tu répondis : « Dans la tradition du Zen que j’ai pratiquée, il n’y a pas de service de prière et il n’y a pas d’affirmation de déité. Donc, théologiquement, il n’y a pas d’opposition aux croyances juives. »
Je me souviens que, en 2005, tu poursuis en justice ton ancienne manager, Kelley Lynch, pour détournement de fonds (5 millions de dollars US) En mars 2006, il obtient gain de cause pour 9 millions de dollars. Cependant, le jugement est totalement ignoré par Lynch, qui n’a pas répondu à l’injonction du tribunal.
Je me souviens que tu fais ta première réapparition publique dans une librairie de Toronto le 13 mai 2006, chantant So Long, Marianne et Hey, That’s No Way To Say Goodbye.
Je me souviens qu’en 50 ans de carrière tu as sorti 14 albums studio et 8 albums en public.
Je me souviens que Jacques Barbarin voudrais continuer ce « Je me souviens »
Moi, Jacques Barbarin, je me souviens que toi, Marianne Ihlen, tu es née le 18 mai 1935 est décédée le 28 juillet 2016.
Je me souviens que, en fait, la chanson « Suzanne » était sur la face A du 45 tours, « Marianne » étant sur la face B. Mais Marianne Ihlen est une vielle dame, elle peut parfois confondre l’emplacement des choses.

Pochette du Disque " Songs of Leonard Cohen"
Pochette du Disque  » Songs of Leonard Cohen »

Je me souviens que Léonard Cohen, le sujet de cette chronique, a écrit pour son départ ceci : «Nous sommes arrivés au point où nous sommes si vieux, nos corps tombent en lambeaux, et je pense que je te rejoindrai bientôt. Sache que je suis si près derrière toi, que si tu tends la main tu peux atteindre la mienne. Et tu sais que j’ai toujours aimé ta beauté et ta sagesse et je n’ai pas besoin d’en dire plus parce que tu sais tout cela. Je veux seulement te souhaiter un très beau voyage. Au revoir ma vieille amie. Mon amour éternel. Rendez-vous au bout du chemin.»
Je me souviens que Léonard Cohen meurt dans la nuit du 9 au 10 novembre 2016 à 82 ans juste 4 mois après Marianne Ihlen. Il est allé la rejoindre. Allelujah.
« Leonard, les sentiments et les sons qui émanaient de ta poésie et de ta musique n’étaient comme ceux de nul autre artiste. Tu nous manqueras. » (Justin Trudeau)

Marianne Ihlen – Jacques Barbarin.

* Adieu Marianne, le temps vient /Où nous allons rire, pleurer/Et rire, pleurer, puis en rire à nouveau
** Suzanne t’emmène chez elle près de la rivière/ Tu peux entendre les bateaux voguer / Tu peux passer la nuit auprès d’elle
***en français, sauf pour Françoise Hardy en français et en anglais
Illustrations :
Léonard Cohen
Marianne Ihlen et Léonard Cohen
Pochette de « Songs of Léonard Cohen »
Pochette du 45 tours « Suzanne »

Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s