Livre / « Per camins » de Joan-Pau Creissac

Au festival du livre de Mouans Sartoux, tu en veux des livres, toi ? Ô pécaïre, y en a un moulon* ! Un stand m’aguiche l’œil : celui des éditions Jorn. « Jorn », ça veut dire Jour, en occitan**. Au fond, cela s’accorde bien avec le thème du festival: « Vivre ». Et que je te regarde les livres, et que je te les ouvre…

L’un m’arrime, m’accroche : « Per camins » Cheminements. Cheminer, c’est ce que je fais, tiens. J’ouvre. Un livre de poésie. Dés la première ligne, j’ai senti le choc. A la fois ça gouleye et ça rocaille. L’occitan – à fortiori la poésie occitane – c’est fait pour être lu à voix haute, que l’on sente le caillou qui roule et le ruisseau que dévale. Vous vous voyez dire les premiers vers de Miréio*** « cante un chato de prouvénço/ Dins lis amour de sa jouvenço » sans l’articuler à haute et intelligible voix ? Cela a une autre gueule que « Je chante une jeune fille de Provence/Dans les amours de sa jeunesse ».

Joan-Pau Creissac
Joan-Pau Creissac

La quatrième de couverture m’apprend que l’auteur, Joan-Pau Creissac, est vigneron. Voilà qui me le rend sympathique : je sens que je vais boire ses vers. Vigneron à Montpeyroux, dans l’Hérault, village en piémont**** du Causse du Larzac. Et nous avons un point commun : nous sommes tous deux des païs, natifs de Montpellier que nous sommes.

Donc la poésie occitane. La littérature occitane rassemble l’ensemble du corpus littéraire composé en langue d’oc**. Chronologiquement ce corpus s’étend sur plus de mille ans depuis le Moyen Âge jusqu’à l’époque contemporaine et rassemble géographiquement des écrivains originaires de plusieurs pays de langue d’oc (tels que le Limousin, l’Auvergne, la Guyenne, la Gascogne, le Languedoc, le Rouergue, le Béarn,  la Provence, le Vivarais, Nice, les vallées occitanes d’Italie) mais également (et ce depuis le Moyen Âge) des écrivains d’outre-mer ou issus d’une diaspora occitane ; de plus, certains écrivains totalement étrangers de naissance à la langue d’oc l’ont adoptée par la suite.

Mise à l’écart du système littéraire français, la littérature occitane d’aujourd’hui est pourtant l’une des plus riches et intéressantes parmi les littératures en langue minoritaire d’Europe. Héritières d’une longue tradition qui remonte au Moyen Âge des troubadours, certains poètes occitans ont marqué la création littéraire du XXe siècle par des œuvres fortes et originales.

Et me voilà à arpenter les pages de ce recueil. C’est le livre d’un marcheur, d’un chemineur, d’un achemineur qui nous prend par la main afin que nous l’accompagnions dans son périple avec ses mots, ses paures mots (pauvres mots), comme il l’écrit,  ses mots « tranquilles comme mon chien qui dort » (Léo Ferré).

per-camins-cheminements-couvertureJean Claude Fôret (Agrégé de lettres, enseigne la langue et la littérature occitanes à l’Université Paul Valéry de Montpellier, où il publie des textes en occitan) en parle mieux qu’avec mes pauvres mots : « Vigne du bas pays ou pelouses du Causse, le poète marche dans sn pays et tente d’exprimer l’émotion de l’instant, la sensation éphémère, le sentiment qui se trouve trop à l’étroit dans le cœur et le dilate aux dimensions de l’infini. Le titre nous en avertit : la marche, condition et image de l’écriture, est le fil conducteur de ce recueil.  Or toute marche est quête. »

C’est une quête de l’humilité, de la plongée tranquille dans la beauté des choses, une quête de la simplicité des mots que la poésie fait scintiller : « Ce n´est pas le mot qui fait la poésie mais la poésie qui illustre le mot » (Léo Ferré)

Un veire de vin à la man/ Nos prenèm a esperar la réconciliacion/Entre nostras vidas abocinadas (Un verre de vin à la main/Nous espérons réconcilier/ Toutes nos vies éparpillées)

Per camins – Cheminements Joan Pau Creissac édition bilingue (poèmes traduits de l’occitan par l’auteur et Jean-Guilhem Rouquette) Editions FEDEROP – collection Paul Froment

 

Jacques Barbarin

*beaucoup, en occitan

** L’occitan, ou langue d’oc est une langue romane parlée dans le tiers sud de la France, les Vallées occitanes et Guardia Piemontese en Italie, le Val d’Aran en Espagne et à Monaco. L’aire linguistique et culturelle de l’occitan est appelée l’Occitanie.

*** Mireille, de Frédéric Mistral

**** vaste plaine située au pied d’un massif montagneux

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s