Cinéma / Disparition : Giuseppe Ferrara , grand cinéaste italien engagé ….

Le cinéma Italien est  à nouveau en deuil ,  le cinéaste  Giuseppe Ferrara  auteur d’une longue filmographie   et de   films engagés   (  Cent Jours   à Palerme    et  Il Caso  Moro  )  est décédé  à  l’hopital Polyclinique de  Rome  des  suites  d’un arrêt cardiaque  , il  avait  84  ans. s’il était  moins  connu hors de  son pays que   les cinéastes  qui  ont  écrit   les  grands pages  du cinéma  politique italien  comme Francesco Rosi  ou  Elio Petri , il  n’en a pas moins   été  une figure importante    consacrant  une grande partie de sa  filmographie   à ausculter   la   société Italienne  et   a  dénoncer les  dérives  politiques et mafieuses ….  

Giuseppe Ferrara
Giuseppe Ferrara

Né  à Castelfiorentino dans la Province de  Florence en   1932 ,  étudiant en lettres , il  s’intérresse  très rapidement  au cinéma  et    consacre une thése  au  Cinéma Néo-réaliste  Italien ,  fonde aussi  une  ciné -club  où   il  fera une programmation tès  centrée sur le nouveau cinéma Italien  . Puis   se rendra dans  la capitale  Romaine pour   y poursuivre   sa  pasion et  y    décrocher  un  diplôme de  Réalisation.   En même temsp qu’il   continue de  se  passionner   pour  ce    Cinéma Italien  engagé   auquel le  mouvement Néo-rélaiste  de l’après-guerre a  donné  naissance et ouvert des perspectives  nouvelles .   Admirateur de  Cinéaste comme  Rossellini  ou De Sica  ,  il   se  consacre aussi  à   des   écrits   au début des années  1960  sur les oeuvres  de  Luchino Visconti   et  Francesco  Rosi. C’est aussi  à  cette période  qu’il se tourne vers   la réalisaton de    documentaires            (  près d’une centaine tout  au long  de sa carrière )  sur des thématique sociétales et Politiques  .  S’il s’y réfère  à l’histoire proche et au passé   avec par  exemple son film  sur la résistance ( Brigata partigiana ) , il  se  fera aussi dénonciateue de  l’omertà  mafieuse  en Sicile (Le Streghe  a  Pachino / 1965  )  ou  plus largement  sur   les affaires   liées   au rôle  et à l’ingérance de la CIA  dans  les  affaires politiques   des pays étrangers .  Confronté  à  la   difficulté   de  réaliser et produire  de telles oeuvres polémiques  et alternatives   , il  fondera  en  1969  la Coopérative  Ciné 2000  destiné  à réunir  des fonds  et  à les promouvoir …

l'Affiche du Film Cent Jours à Palerme
l’Affiche du Film Cent Jours à Palerme

Ce sera aussi la  possibilité pour lui, de passer  à  la réalisation  de longs métrages   et   c’est   avec  Il Sasso  in Bocca ( 1969 ) qu’il  s’y  collera  dénonçant avec   vigueur   , via  la forme  du docu-fiction   mélangeant    reconstitution  et imagfes  d’archives , la  naissance et la pontée  du pouvoir Mafieux en  Italie .   Une  oeuvre  qui   va  lui permettre  de poser les jalons de  sa   future  filmographie  de  dénonciation citoyenne .  Et aussi  de   l’élargir   à   une réflexion sur   la  politique internationale    dont  Faccia  di Spia  ( Visage d’espion )  en  1975   ouvre  la réflexion    on l’a  dit  sur le Rôle de la CIA . Dans le cadre de  ce travail collectif  Giuseppe Ferrara    avec la collaboration de  Césare  Zavattini  , figure mythique di  cinéma  Italien  ,  va  pouvoir   concrétiser  son projet  d’investigation de  la réalité . Et  se pencher sur  de  nombreux  sujets  à résonnance nationale  ( le « suicide »  de  L’anarchiste  Giuseppe Pinelli   , la  politique  intérieure  italienne et la Mafia )  , mais aussi  les  sujets de politique internationale  ( l’assassinat de  Kennedy , Le régime des  Colonels Grecs , le  coup d’état  au Chili … )  .  Un travail   de  réflexion   à la fois   cinématographique  sur les  formes  (  du  documentaire et de la fiction  ) mais aussi  sur le  fond  :  trouver  et offrir  une  réponse   alternative à  la   politique d’information du (  des )  pouvoir (s)   en place…

Gian Maria Volontè dans Il Caso Moro
Gian Maria Volontè dans Il Caso Moro

C’est  avec  son long métrage  Cent Jours à Palerme (1984 )   qu’il  va  connaître  la  reconnaissance en dehors de  son pays . le   film  qui  est  centré  sur  son théme  de  prédilection , la  dénonciation du  pouvoir Mafieux en  Italie,  raconte  les  événements qui se sont déroulés dans la Ville Sicilenne  et ont   conduit à l’assassinat  du Général  Carlo Alberto Della  Chiesa .   Le  film   s’appuyant sur  une  distribution   Italo-Française   et des comédiens de  qualité  et aimés   du grand public  (  Lino Ventura , Giuliana De Sio , Adalberto Maria Merli …)   est un  succès  national  et  international . Le  Cinéaste qui  a  bénéficié   pour le porter à son terme  de  l’auppui de  nombreuses  associations  culturelles , trouve  aussi  dans   son approche de la  fiction,   la  tonalité  de  la mise  en scène   plus  classique   qui  ,  tout  en lui  offrant  une  approche  plus  immédiate ,  ne  s’éloigne pas des  objectifs    qui  jusque  là  on guidé  sa  volonté   de  permettre   une approche  et  une  réflexion   sur  cette  « gangrène »  mafieuse   qui  ne  cesse  de  peser sur  la  société .  Et lui permet de porter un regard  sans concéssions , sur   la face  cachée , celle  de la violene  qui  pèse de plus en  plus  sur  le quotidien  de  son pays , entraînant  une sorte de   surenchère  dont  se  fera l’écho significatif  le meutre d’Aldo Moro  (  Il caso Moro / 1986 )   dont il  retrace   huit ans  après les  événements qui ont secoué la  républque  Italienne  , l’adaptation du  récit  fait par  Albert  katz  qui participera à l ‘écrture  du film.  Interprété par  le  Grand  Gian Maria  Volonté  et  construit  avec  une rigueur  exemplaire  où le spectaculaire est exclu,  retraçant  les  55  jours de  l’enlèvement  (  avec le recours  aux lettres  de  ce dernier écrites durant sa détention  )    jusqu’à  final tragique. …

Une scène du film Giovanni Falcone
Une scène du film Giovanni Falcone

Giuseppe Ferara  ,  ne  surfera pas  sur le succès  et continuera  à tracer sa  route   en  se   plongnat à  nouveau dans   l’exploration documentaire  du réel, se trouant vers  l’actualité mondiale  comme  par  exemple    son portrait  du Nicaragua  après la  Dictature de  Somoza   (Contra-diction , il caso Nicaragua / 1988 )  et  son avenir   pris  entre  les feux  de  la politqiue  extérieure  Américaine   de  Robald Reagan   appuyant  la  guérilla des  « contras » . il se penchera aussi  sur  la  Colombie et  le trafic  de  Stupéfiants  ( Narcos / 1992 ) . Revenant  encore  et toujours  sur  la société italienne , consacrant  un  documentaire  sur la Loge  P2 à la télévision Italienne et  un  film   au Juge  Falcone ( Giovanni Falcone/ 1993 ) assasiné par  la mafia , ou,  sur  le   scandale de  la Banque  Ambrosiano  (Les banquiers de  dieu – les cas  Calvi / 2002  ) qui défia  la Chronique où se retrouvèrent impliqués  le  monde   de  la Finance  Milanaise  , le  Vatican , la loge Maçonnique P2 , les services secrets   Italiens  et Anglais .  Consacrant  son dernier  long métrage  au  syndicaliste   qui défia les  brigades  Rouges  (  Guido  ché  sfido le brigate Rosse / 2007 )   qui sera mené à terme après avoir connu des péripéties  de  psot-production   et preduit pa r la RAI  qui ne le   programmera …qu’ne 2009 !.  Celà ne l’empêchera pas  de rester  actif   participant  au  film  collectif  ( All Human Rights  for  All / 2008 )  et de   travailler  à  une Mini-série Télévisée  , Roma  Nuda  ( 2013 )   restée  à ce jour inédite .

Giuseppe  Ferrara  aura   eu  un parcours  singulier  et profondément  engagé   qui a  laissé  une empreinte   profonde dans le cinéma Italien   qu’il  aura  contribué  à  sortir de certains carcans .  Son oeuvre   , peu  ou mal  connue , hors de  son pays   mériterait d’être redécouverte.

(Etienne Ballérinin)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s