Cinéma / Journal de Cannes 2016 ( No.10 )

Déceptions  hier  en Compétition offcielle avec les entrées  en  lice de Sean Penn  et de  Nicholas  Winding Refn . La plongée dans  les  conflits   d’un couple   travaillant dans l’humanitaire   de  The last Face ,   peine  à rouver  son rythme  et  son éfficacité malgré Charlize  Theron et Javier  Bardem. Tandis que  l’univers   stylisé  , ampoulé   et saupoudré de   références  vampiriques  de  The  Néon Demon ,  se perd dans les  métaphores .  A la section Un certain Regard  La  longue  nuit de Francisco Sanctis  de l’argentin Francisco Marquez  réussit à créer une ambiance  inquiétante ,  et le  Déssin animé   La  Tortue Rouge de Michaël Dudok De Witt    co-production Française avec Les  studios  Ghibli , a  ravi par sa poésie…

Une scène de The last face de Sean Penn
Une scène de The last face de Sean Penn.

The  Last face  de   Sean Penn ( Compétition)

Elle  est  la  fille  du  créateur de  Médecins du  Monde  et   elle   va prendre sa  succéssion et se plonger   dans  l’aide  Humanitaire sur  les  multiples terrains  où les  conflits   font rage  , une  difficile succession   pour cette  jeune femme   médecin  Wren Petersen               ( Charlize  Theron) pas  forcément expérimentée  au terrain et qui va devoir se faire  accepter . Mais sa  volonté va  lui permettre de  surmonter  les  épreuves. En pleine  guerre  au Libéria   elle    rencontre  le  Docteru Miguel Leon ( Javier  Bardem )   et tous les  deux  vont tomber  follement amoureux  . Mais au coeurd des  conflit et au  fil des ans   la passion  qui se trouve  confrontée  au  térrain et  aux   décisions  à prendre  dont les  choix des   méthodes  et  les politiques    à  mener  vont les  diviser .  et créer des  tensions . Au coeur du Chaos  qui les entoure   vont-ils pouvoir   remonter  la pente? . Inscrite  dans   l’actualité brûlante des événements   au  fil  du temps , l’intimité  du couple  s’y dégarde   en paralélle  du chaos  des événements qu’ils sont aménés  à affronter   et   des décisions   à prendre. Si le sujet  est en  lui même intérressant de  confronter  le chaos  du  couple au chaos  des  conflits dans  lesquels  il est  plongé, là  où la  bât blesse c’est  dans  son traitement   qui ne réussit jamais  à créer l’osmose  voulue . Sans  doute  le  choix de l’inscrire  en épisodes et flash-backs  au  fil des années   ne réussit-il pas  à créer  l’intensité  voulue d’un   vécu    relationnel qu’ils  ont  du mal  à maîtriser  emportés  par  les  événemts  et les contraintes   de  l’une  et de l’autre   qui  parfois semblent  surchargées   dans  l’intensité  du vécu intime   face aux   horreurs des  tragédies  qui les entourent . Le  hic est  peut-être là   dont  se fait écho dès le début du  film  la  voix  off qui   insrit le chos  du  couple  come l’équivalent de celui des  conflits  roire  , comparaison un peu  exagérée ! . Mais  quand   vient  s’y ajouter  au long  des  conflits  (  Soudan , libéria  et autres évoqués )    et  dont  à  la fois  les  raisons des  violences  et  lea  conséquences  sont  montrées  et   pointées d’une  politique et des  responsabilités ,  et que  la  dénonciation voit  son traitement   surchagé par   une mise  en image  qui   parfois se  laisse  aller  du côté du déjà  vu  et de la  surenchère des  Blockbusters .  Le résultat décevant   compte tenu aussi  de la qualité des oeuvres  du  comédien- cinéaste  réalisées jusqu’ici , et  nous  amène  à nous intérroger  du fait  du coût de la production , si  ce  dernier  a été  totalement libre et  eu le contôle   de  son  film …

Une scène de The Neon Demon de Nicholas Winding Refn
Une scène de The Neon Demon de Nicholas Winding Refn.

The Néon Démon de  Nicholas  Winding Refn (  Compétition )

Dans Only God  Forgives  du  Cinéaste Danois  présenté  à Cannes  en 2013  , celui-ci  avait   montré un visage  plus  radical  et esthétisant de  son cinéma   qui avait  surpris et divisé    le  public  et ses  admirateurs  par  une certain propension esthétisante   ampoulée  qui  semblait tourner  à vide . On  lui a  fait   le même  reproche dans  les  commentaires   à  chaud  à la sortie de la salle  de projection pour la presse   de  Neon Démon,   où admirateurs et  sceptiques  s’opposaient  . les seconds   s’ils reconnaissaient  la qualité  du travail esthétique   de  la mise  en scène ,  la trouvaient   aussi vaine et prétentieuse dans ses   surcharges  .  Ici  donc , le   cadre  de  la ville de  Los Angeles   et  du rêve   que  l’on veut   accomplir  de devenir  mannequin   à  16 ans  comme la souhaite la  belle Jessie. Son ascension fulgurante dans le milieu et les jalousies suscitées   qui  vont  conduire  à  toutes  les dérives  pour  lui  voler sa beauté . Voilà   le « pitch »  du  récit  et  point de départ  qui va permettre au cinéaste de  construire  son film  sur   cette « obsession »  de la beauté  et de  son « pouvoir »   qui peut conduire   à la folie  , mais entrainer aussi  les inimitiés   et jalousies . Le  cinéaste   qui s’isncrit son cinéma  dans les  codes des genres  pour les  revister  à sa  manière,   s’y  glisse  ici  dans  ceux de l’horreur et  du vampirisme  ( la scène de sexe  morbide  avec le cadavre ) .  Esthtétisant   à l’extrême par   les  effets , les  couleurs  , la mise  en place des objets  et décors , l’atmopshère ( lumière , son)   pour  y inscrire  ensuite   la   dégradation    des  rapports   et    aussi  des  corps    jusqu’à la destruction    par  la   jalousie  et ( ou ) la violence  ( vampirisme  )  . Et puis cette  profusion de  symboles ; de rituels ,de  références  métaphysiques  .  La  surenchère  est  là  qui devient une sorte de passage  obligé de la même manière que  les clichés  (  le  « gourou »  photographe  )  et   les  effets de  mode  ( vestimentaire )  les  excès  (  de tous genres )  qui  s’y attachent .  tout  y passe  et   se veut faire  référence , le  clinquant et le  bling- bling  s’affichent .  Les personnages se croisent et disparaissent sans raiosn  parfois   comme celui du jeune homme qui fait  connaisance de  Jessie à  son arrivée   et  la drague  puis deveint son copain  , et disparait sans que l’on sache pourquoi .   A force de trop  vouloir en faire  et   ce malgré  une évidente  qualité plastique, le  vide  s’installe …

Une scène de La longue Nuit de Francisco Sanchez de Francisco marquez
Une scène de La longue Nuit de Francisco Sanctis  de Francisco marquez.

la longue  nuit de  Francisco Sanctis de Francisoco Marquez  et Anna Testa (  Un Certain Regard )

C’est  le premier long métrage du cinéaste Argentin adapté  du roman Homonyme de  Humberto Constantini  qui se déroule  en 1977   à Buenos  Aires  sous la Dictature .  Si on  est d’emblée  mis en présence d’une  famille  ordinaire  avec   un couple et ses  deux enfants   dans  la maisonnée  autour  du repas  et  où  l’on discute  du quotidien et  puis   un peu  du travail du maître de maison  au bureau  où   s’il est apprécié par  ses chefs   il  espère  depuis de mois  un promotion. Reçu par  ces derniers  , c’est  un   » cadeau » d’entreprise   qu’il se voit  offrir pour la qualité de son tarvail…mais pas de promotion en vue  «  on verra  lorsque les restructurations auront lieu   » lui  dit-on .  Puis un coup de fil  reçu au bureau d’une vieille amie qui  veut le voir  pour  lui demander quelque chose d’important .  Francisco se rend au rendez-vous de  cette amie , ancienne  compagne de  luttes  etudiantes  qui lui confie la tâche d’aller prévenir  un  couple  de militants  qu’ils  vont être arrêtés  dans la nuit . Francisco  qui  n’a plus  milité depuis des années  et  que la Dictature  est  en place ,   se  fait réticent  mais  préocupé par cette mission  qui le responsalise  . Retour au domicile, repas  et enfats  couchés , il trouve    un prétexte pour sortir   et  tenter de remplir sa mission . Son érrance dans  la  nuit  avant d’arriver  au but   et  une fin ouverte. Dans  cette  nuit  Argentine   superbement filmée, le cinéaste construit  une  sorte de suspense  étouffantnt où le moinde bruit   devient une menace  , ou les rencontres fortuites  révèlent les   désillusions  et les peurs ,  avec cet ami retrouvé  au bistrot  et le rappel du  bon temps militant  et  une invitaion  à se revoir  ( mais  sera-t-elle  tenue ?)   ou la rencontre de  ce jeune homme    fils de parents amis  à qui Francisco aimerait bien   confier le  message  …  et  ce derneir tremblant  de  peur  qui refuse  et  s’éclipse .  La  marche qui  continue dans la   longue nuit  et  cette peur qui  rythme  les pas de  Francisco  qui   semble vouloir  se perdre dans les  rues  pour semer   d’éventuels poursuivants   et  une pesante inquiétude  qui s’installe . Le  poids de la Dictature  est  là  qui sème  la  peur  et  la crainte de  se faire arreter .  Encore  un peu plus appuyée par un final   laissé en suspens , l’adresse  trouvée  , Francisco    qui  a  vu  quekque temps auparavant  une patrouille  dePolice , arrivera-t-il  temps…

Une scène de La Tortue Rouge de Michaël Dudok De Witt
Une scène de La Tortue Rouge de Michaël Dudok De Witt.

La  Tortue  Rouge de  Michaël Dudok De Witt (  Un Certain Regard )?

Co-Produit par  les  Studios  Ghibli  devenus mytiques et  par  la  France  , le   film d’animation  de   Michael Dudok De Wiit  est  une grande première  qui  réunit  la  collaboration de  l’animation Japonaise  et  Française  autour d’une esthétique qui a  fait leurs   qualités respectives    dans le travail sur l’image animée  traditionnelle .  Le  réalisteur  qui s’est re,du célèbre par  ses  courts métrages  : Le  moine et le poisson  réalisé par les  studios Folimage des  Valence  ( César 1996  et Nomination aux oscars  )  et Father  and Daughter  ( 2001 ,  Grand prix d’Annecy ,  d’ Hiroshima  et   oscar )  ,  fait la rencontre  à Hiroshima d’Isao Takahata   et une correspondace  va naitre qui  se  concrétisera par  le projet de  collaboration . La  Tortue  Rouge  est née   ,  et  l’histoire  de ce naufragé  à la suite d’une tempête   sur une île déserte tropicale  peuplée  seulement de  crabes , de  tortues  et d’oiseaux   . Le  naufragé qui va   construire  un radeau pour quitter l’île  va   devoir renoncer  attaqué  à plusieurs reprises  et son radeua détruit  .  La tortue  Rouge raconte dès lors l’histoire de  son  « adaptation »  à   cette terre inconnue dans laquele  il va  construire  une  vie   d’homme  et  une descendance. La tortue  mystérieuse  qui  fait basculer le radeau , est  un des « liens » (  le mystère )  qui s’inscrit dans la continuiét des  films des  studios  Ghibli.  Le  film  sans dialogues   utilisant uniquement les bruits et les  sons   et le mystère  fait partie  de l’intigue   comme les comportements des personnages   et des animaux ,  La  tortue , qui   (  vous verrez  comment … ) va  apporter la vie   qui  permet  de  faire  repartir  le  cycle de la vie , après  l’attente  du  héros   face  à la mer  . Le  cyvle de celle-ci   qui pourra repartir   accompagné de  la belle idée  du  suivi par  les  animaux  curieux ( notamment les petits crabes …) , l’enfant   réprendra les   gestes de ses parents    et    devra affronter les  mêmes dangers  (   forêts , rochers  , crevasses  où l’on  tombe ) , et la nature   son cycle  ( pluie , tempête , soleil )  , de  la même manière que les animaux   qui déroulent leur rytme prédatif  :  le poisson mort  nourrit la mouche  qui va être mangée par  l’araignée …                                                                                                                                                                    La poésie , la beauté  du dessin , le  récit  simple décrivant l’histoire de l’homme et  de  la nature  et le cycle de la  vie  et de la mort . la musique  qui  enveloppe  les  images . on se  laisse  emporter ,   du beau travail .

(Etienne Ballérini)

La programme  du Jour  20 Mai  2016 :

Elle   de  Paul Verhoeven ( Compettion)

Le  Client  d’Aasghar Farhadi ( Compétition )

Les courts metrages en compétition  ( Théâtre debussy , 11 hOO  et 16 h OO) 

Cloture de  la Secton Un Ceratin Reagrd et Projection du Prix  Certain Regard .( Salle  Debussy , 19 h oo )


Photocall  du  20 mai  , Par Philippe Prost :

 

équipe du Film The Last face de Sean Penn
équipe du Film The Last face de Sean Penn.
The Last face de Sean Penn .
The Last face de Sean Penn .
équipe du film The Neon Demon de Nicholas Winding Refn
équipe du film The Neon Demon de Nicholas Winding Refn

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s