Cinema / Journal de Cannes 2016 ( No.9 )

Au programme de la compétition  hier  deux  cinéastes   habitués  du Tapis rouge  et  aux  univers différents ,  le  Roumain Christian Mungiu  palmé  pour  4 mois 3 semaines  et  2 jours (2007)    présentait  son nouveau  film   Bacalauréat  ,une remarquable réflexion sur  la corruption  et sur  la morale . Xavier  Dolan  dont personna n’ a  oublié  son Mommy  sensation Cannoise  en 2016  est revenu présenter  Juste la fin du  monde , adapté  de  la pièce de  Jean Luc  Lagarce. A la  section Un Certain Regard  c’est  le  cinéasete  Finlandais  Juho Kuosmanen  découvert à la  Cinéfondation qui  présentait  son premier   long métrage The  Happiest Day  in the life , sur le  Boxeur  Olli Mäki Champion du monde  des poids  Plumes .   (  En bas de  page   découvreze ,  le  Photocall du jour …  )

Une scène du film Bacalauréat de Cristian Mungiu
Une scène du film Bacalauréat de Cristian Mungiu.

Bacalaureat de  Cristian Mungiu  (  Compétition ).

Le  cinéaste  Roumain  qui est devenu un des plus importants cinéastes de  incarnant  le  renouveau de   son pays  dont  il s’est fait le scrutateur   des   travers   dont  il fait  un constat  incisif  et sans  détours  dont sa  mise  en scène  trés travaillée   porte  un regard   qui   dit-il :  « accorde de  l’importance  à la réalité et au réalisme »  . Et il en fait  une  illustration  magistrale dans   le récit   d’un père  médecin d’une petite  ville de  Transylvanie  qui  va  mettre tout en oeuvre  pour que  sa  fille Eliza    soit acceptée  dans une  Université  Anglaise  et puisse  se  construire  une  vie  meilleure  que  celle des  compromis et  d’une réalité  Roumaine   qui  a désillusionné  la génération de ses parents .  L’ultime épreuve  qu’Eliza  doit réussir  c’est  son  Bacalauréat , mais  sur le chemin de  l’école  cette dernière se  fait agresser  et  bléssée  au bras doit   pourra-t-elle être  à  l’examen ? .  Le  père qui  voit  son rêve et celui de sa  fille   risquant de s’écrouler ,  va  déroger  à ses principes moraux  et  user de ses  relations ,  entrant dans le  jeu des influences  et  compromissions  pour  que   sa fille  puisse  obtenir   ce précieux examen.   Autour d’un scénario  remarquablement construit  qui  multiplie le regard sur les  différents  aspects   des  événements   déclenchés  par   l’agréssion d’Eliza  (  enquete  policière  , recherche du  possible agrésseur ,   interventions du père   dans l’enquête  via  ses raltions  et   recherche de  ces  fameux  appuis …)  , le cinéaste met  en place  tout  un mécanisme   relationnel  de cette  « complicite »   qui relie  les  témoins et acteurs des  compromissions   ,  et interpelle   sur  ces liens   de dépendance  qui  finissent  par créer des  obligations ( de services rendus )  et engendrer  parfois de la  culpabilité .  C’est la question   de  la droiture morale et de  ce qui est juste  ou ne  l’est pas , ce cercle  vicieux  qui   crée la dépendance   qui rend difficile  de  revenir en arrière .  Dès lors , va se poser  la  question de   la  fin justifie-t-elle les  moyens ? .Et sacrifier  ses  idéaux  au  nom  de celle-ci   en vaut-il la chandelle ? .                                                                                                                                                     Autour de  son personnage principal   et de   son basculement   qui va le faire déroger  à ses pincipes, Cristian Mungiu   construit  un récit  et  une mise  en scène  qui  s’emploient à   en traduire   tous  les aspects et ambiguités  qui  les  font voler  en éclat   avec  une certaine distanciation qui  interpelle le spectateur  à chaque instant  et  puisse  lui permettre de se  faire   son  propre  point de  vue . Une  mise en scène au cordeau  qui , habilement,  installe aussi des  indices  comme par  exemple la situation  du personnage du père   à gauche ou a droute de l’écran  révélatrice du respect de ses principes  où de son  basculement moral .  Habilement  il pointe les  ambiguités  de  La  vie familiale  des parents  qui  sous prétexte de protéger  leur   fille est basée  sur le mensonge : son  père  à une  maîtresse,   Eliza est  mise devant le fait accompli   pour  son examen . De  la même manière que   dans la  rôle de spectateur  nous  sommes  interpelés  sur  toutes  des  tractations   révélatrices des   comportements   ambigus  des uns et des autres  qui  se  justifient  ou   jouent les  hypocrites . Personne  n’est  épargné pas   même  les  enquêteurs  et  leurs investigations sur les trafics d’influences   qui  n’ont que le mot  « respect de la loi »  à la bouche  , mais qui  n’hésitent pas  non plus…  à fermer  les  yeux! . En fait , tout est question   de  point de vue   »  nous ne  nous  voyons pas nous  mêmes , nous sommes au delà  du jugement . On se plaint d’en avoir assez de  vivre   entourés de mensonges , d’états qui trichent . Les abus et les injustices  sont insupportables , masi on ne les dénonce pas , on ne s’y opopsoe pas  . Que peut -bien  faire une personne  seule contre tout  un monde  qui est ainsi fait , et  fonctionne comme ça  ? »   dit  le  cinéaste . A cet égard   la scène finale  de  l’échange de  regards  entre Eliza  et  son père , est significative ….

Uier Dolanne scène de Juste la Fin du Monde de Xav
Une scène  de  Juste la Fin du Monde de Xavier  Dolan;

Juste la fin du monde  de  Xavier  Dolan ( Compétition)

Le cinéaste Québecois  après Mommy  revient  donc  sur la croisette  avec  cette fois-ci, comme il l’avait fait  pour son film  Tom à la ferme , une adaptation théâtrale  . C’est   la pièce de théâtre écrite par le dramaturge   jean- Luc Lagarce    en 1990 ,   sur laquelle il  s’est penché  et qui   à l’évidence est  liée  aux  thémes  qui lui sont chers  .  Celui des  relations familailes   qui  sont au coeur de  la plupart de ses films .  Et les aborder par  le   miroir d’un  autre regard  et  d’un auteur  qui   en décrit  avec acuité  toutes les  nuances   et  les cruautés  qui  s’y cachent  et qui sont  finalement autant de   « jets »  d’amour  irrépréssibles  qui ne  savent plus  se dévoîler .  Après  Douze ans   d’absence  pour   raisons de  carrière et de succès  littéraire , Louis  (  Gaspard  Ulliel )  décide  de  revenir dans  son village  natal et retrouver   les  membres de sa  famille  pour leur annoncer  sa  mort prochaîe .  C’est  la  décision  et le dilemne   que  révéle  la scène  d’ouverture  du film    qui laisse  déja  entendre  que Louis va devoir  affronter  les éternelles  « disputes »  qui  en sont le quotidien .  Et ça ne va pas manquer  dès  son arrivée  , les  mots   sous-entendus  ou les reproches directs fusent    tout aussi vivaces qu’il y   a  douze ans . Bonjour l’ambiance! . On se demande  d’emblée  s’il  va pouvoir   annoncer  cette triste  nouvelle  .  On  ne lui en laissera  pas  le temps , mais  on devine   dans tout ce qui se  dit ,  et  surtout dans  l’intensité  et la vivacité des  échanges, que,  peut-être  on subodore   et que  l’on retarde   volontairement l’aveu , qu’on ne suporterai peut-être  pas  . l’émotion sous -tendue est  là  .   Dans ces   mots   qui ne sortent pas ou ont  du mal   , dans ces  coléres  ou  ces  flots verbaux  qui  ne laissent pas la place  à l’autre .    Soeurs, frère  et mère  sont là  qui  , s’engueulent   pour lui   ou contre lui , Louis  est balloté  et   subit  les  coups de  colére  (  la scène   dans la voiture avec son frère / Vincent Cassel )  , ou  trouve   un peu  de compréhension  du côté de  Catherine ( Marion Cotillard ) la plus    réservée  et  qui a  du mal à s’exprimer .   «  Je  voulais que les mots de Lagarce  soients dits tels  qu’il las avait écrits . Sans  compromis . c’est dans cette langue que repose  son patrimoine  et c’est à travers  elle que  son euvre a trouvé la postérité. l’édulcorer aurait été  banaliser Lagarce »  dit   le cinéaste  dans le  dossier de  presse.     Le défi de  Xavier  Dolan était de restituer  cette  texture  si  particulière de  l’écriture  de  Lagarce ,  et  il a fait  le choix de la faire ressortir  par  une approche  des personnages  filmés quasiment  tout au long  de  leurs échanges , en gros plans. L’approche des  visages et des corps   au plus près  ,  fait sourdre  la « vérité »  des  mots   et  la singularité et la personnalité de  chacun .   C’est la réussite de son pari  qui n’était pas gagné d’avance   et la théatralité respectée  de ce  huis – clos familail  entrecoupé d’aérations  musicales  .  C’est du beau travail …

 

Une scène du film The Happiest Day in the life of Olli Maki de Juho Kuosmanen
Une scène du film The Happiest Day in the life of Olli Maki de Juho Kuosmanen.

The  Happiest Day  in the Life  of  Olli Maki  de  Juho Kuosmanen . (  Un Certain Regard )

Le premier long métrage du cinéaste  Finlandais   est l’ocacsion  d’illustrer le travail  de   fond  de la  Cinéfondation   dont le but est  de  révéler  des  ciénaste d’avenir .   Joho kuosmanen qui  en  avait été   une des laureats  en  2007  et 2010   avec  ses  courts métrages primés  ,  a  vu  finalement   son travail   trouver  écho et se concrétiser  par  cette première ouvre  dont  la  cinéfondation a réservé   la   sélection   de  son premeir  long métrage dans  le  section Un certain Regard . Et c’est  un joli  travail qu’il nous a présenté avec ce  récit  consacré  au Boxeur   Finlandais  , Olli Maki , qui en 1962   tente de dcrocher le titre  de champion du monde des  Poids plumes .  Un événemenst que pays  tout entier  va suivre avec passion .   Le cinéaste   en  fait  un portrait d’autant plus attachant que  son héros   est un personnage  singulier  , étranger au  monde de  la  communication et de la Starisation .  Et  il va découvrir que  ce monde  n’est pas  le sien .  Le  héros  et  la  Star  que veulent en faire  les  responsables  de  la  boxe  et   les  documentristes chargés d’en faire le  portrait . Et  c’est justement confronté  à  cette  situation  qu’il  va prendre  conscience   de sa  particularité   et de sa  différence  dans  un  Univers de   la Boxe  professionelle   qui  voulait  en faire une machine à Show  Business.  S’il aime   cette disciplne , il s’en  singularise   par  le fait  qu’il n’en   fait pas  sa  priorité et qu’il   y a  pour  lui ,   une vie  en dehors  et d’autres prioriétés . Et l’une d’entr’elle  il la découvre au moment  où justement tout s’agite autour de lui avec  ce  combat historique , elle  a un nom : Raija;   une  fille dont il est  tombé   amoureux .  S’il se prépare  et s’entraîne sérieusement , il  ne peut   se défaire de   l’idée  de concrétiser  cet  amour    dont l’achat de  la bague de fiançailles  le  jour du combat  est  révélateur  du  double défi  à relever  .  Peu  importe pour  lui la défaite  ce jour   là  en 1962  face à Donney Moore ,  il   relèvera d’autres défis   ( champion d’Europe  en 1964 )  et gagnera d’ autres  combats  au cours d’ une carrière  qui a duré jusqu’en 1973.   Selon le cinéaste   il avait même  une   certaine éthique  » il refusait de mettre  son adversaire  KO   s’il n’y avait pas de raison de le  faire  et que le combat  semblait déja  gagné »  .                                                                     Le  jeune cinéaste a  concoté  un joli portrait de ce  boxeur  assez  singulier , resté dans le coeur des  classes populaires dont  il est  issu et a vulu surtout montrer les coulisses  de la boxe   et  des  choix de vie  d’un athlète   »  je  voulais montrer la  boxe  comme faisant partie de la vie quotidienne , ne pas la placer   au dessus  comme une chose  symblique  ou plus importante  » . l’histoire  avec  Raïja  et  la restitution  d’époque des  années  soixante     (  mode  vestimentaire , coiffures , voitures objets  ,  la  fête  foraine …)  sont    soignées  et relévées  par  le choix d’une photographie en noir  et blanc   d’époque , volonté   du cinéaste de   retrouver  la « tésssiture »  particulière de l’ image , objet de recherches poussées  qui  lui  ont permis de retrouver   des  supports péllicule d’époque  ( la  Kodak  Tri X  ) ,  offrant à  son film  le rendu  de ceux des  années  Soixante . Une belle réussite .

(Etiene Ballérini)

Les  films  du jour Vendredi   20 Mai 2016:

– The Last Place  de  Sean Penn  ( Compétition)

The  Neon Demon de   Nicholas  Winding Refn ( Compétition)

La Larga Noche de  Francisco Sanctis  de  Francisco Marquez et Andrea  Testa   ( Un Cerratin Regard )

La  Tortue Rouge  de  MichaPel Dudok  De Witt (  Un Ceratin Reagrd )

Projection des Films  Primés de la Cinéfondation ( Salle Bunnuel , 16 h 30 )


Le  Photcall du Jour  par Philippe Prost :

équi Xavier Dolan pe du film Juste La Fin du Monde de
équipe du film Juste La Fin du Monde de Xavier  Dolan.
l'équipe du Film Bacalauréat de Cristian Mungiu
l’équipe du Film Bacalauréat de Cristian Mungiu
Jean Pierre Leaud pour La Mort de Louis XIV d'Albert Serra
Jean Pierre Leaud pour La Mort de Louis XIV d’Albert Serra.
Annie Cordy y pour Le cancre
Annie Cordy  pour Le cancre
Publicités

Un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s