Cinéma / MEDECIN DE CAMPAGNE de Thomas Lilti .

Après Hippocrate ( 2014) le cinéaste médecin de formation , derrière la caméra poursuit sous la forme de la chronique , l’auscultation d’un Univers qu’il connaît bien . Après avoir décrit les difficultés et le quotidien d’un hôpital d’une grande ville , c’est celui d’un  Médecin de campagne ( Cliquer  ici pour voir  la bande  annonce ) qu’il nous invite à suivre et dont le rapport entretenu avec les populations dans ces zones en train de devenir des déserts médicaux , constitue un lien social et de santé , essentiel …

l'Affiche du Film.
l’Affiche du Film.

Jean-Pierre ( François Cluzet) a acquis depuis des années qu’il officie dans ce coin de campagne reculée une sorte de statut de héros indispensable qui ausculte , soigne et aide ses patients par cette approche psychologique et rassurante dont ils ont besoin par sa présence et disponibilité à chaque heure et chaque jour. Il les connaît si bien ses patients , dont les belles scènes qui ouvrent le film avec certains d’entre eux, traduisent à la fois cette complicité et cette confiance qui lui permet même d’en soigner certains avec parfois les seuls mots adaptés et convaincants qui répondent à leurs peurs et angoisses générées par une douleur bénigne sur laquelle , ils focalisent les pires hypothèses. Sa franchise naturelle , sa bienveillance enrobée d’autorité , font mouche envers ses patients qui le connaissent depuis des années et ont pu apprécier ses compétences et les résultats de ses soins,  et savent qu’il ne les trompe pas…y compris ceux qui ont tendance , parfois à jouer un peur la comédie , et se faire bichonner un peu plus !. Jean – Pierre qui est devenu le confident et le soignant de leurs moindres maux physiques a fait de son métier un véritable sacerdoce , et dans ces régions de traditions , il est devenu le pendant de celui en charge des maux de l’âme , le curé de Campagne …

Jean-Pierre (François Cluzet )
Jean-Pierre (François Cluzet )

Thomas Lilti , qui a été médecin avant de faire des films et qui pour traduire l’univers et les problèmes d’un hôpital de la ville , avait puisé dans son vécu des douze années de son apprentissage médical qui lui ont permis d’emmagasiner la matière dans laquelle , pour son Hyppocrate . Il puise encore ici les éléments de son autre expérience «  de jeune interne au cours de laquelle j’ai été amené à remplacer des médecins chevronnés qui m’ont nourri», dit-il  . Et cette nourriture lui a servi notamment à composer avec le réalisme de son vécu le joli personnage de Nathalie ( Marianne Denicourt , épatante ) venue pour seconder Jean- Pierre , dont le « coaching » pour lui permettre de s’adapter à cette vie de médecin de campagne , fait le sel du film dans le jeu « subtil » de la défiance provocatrice, à laquelle le scénario , lui offrant la dimension de la fiction             ( Nathalie est destinée à le remplacer , on vous laisse découvrir les raisons …) , ne manque pas d’offrir un bel écho aux séquences de « bizutage » , comme à celles de la délégation de pouvoir que Jean – Pierre qu’il a bien du mal  à confier à Nathalie . Le jeu subtil , porté par la gravité qui s’y installe , de ce rapport de défiance et de rivalité orchestré habilement pour se muer en un rapport de confiance et de transmission qui n’est jamais dit ou avoué , trouvant dans les non-dits des actes manqués ou ceux de la provocation, les tonalités d’une « complicité » qui finit par s’installer. Un apprivoisement qui , au bout du compte , finit par faire écho à celui du métier de médecin de campagne , qui se doit d’apprivoiser le contexte et ses habitants afin de pouvoir s’intégrer et être accepté dans un milieu difficile , qui ne donne pas sa confiance facilement …

Nathalie ( Marianne Denicourt )
Nathalie ( Marianne Denicourt )

D’ailleurs en dehors de la réticence de Jean- Pierre, Nathalie devra faire face – aussi – à celle des patients de ce dernier dont certains au début lui claquent la porte au nez, et va devoir s’imposer en combattante mais aussi en approches qui traduisent son humanité, sa sensibilité et sa psychologie ( la belle scène de son approche du jeune homme autiste / Johann Goetzman ) , qui finissent par forcer le respect de la communauté , comme l’illustre et symbolise , la scène de la fête « Country » annuelle du village qui se traduisent par les multiples invitation à danser ou témoignages de sympathie , dont elle est l’objet . Nathalie qui finira par s’inscrire dans cette communauté dans laquelle elle est destinée à perpétuer la tradition d’une médecine de campagne dont le cinéaste exprime la nécessité impérieuse de la maintenir vivante . Les portraits qu’il brosse de ces patients suspendus aux lèvres du médecin -sauveur , sont à la fois touchants et révélateurs par les exemples qui l’illustrent . Comme celui de ce jeune homme autiste que nous avons évoqué , ci dessus , et pour lequel aucune structure n’existe pour lui permettre de soigner son cas dont Nathalie décèle qu’il pourrait avec des soins adaptés progresser au lieu courir le risque de voir son état s’aggraver . De la même manière que les nombreux exemples de blessures lourdes nécessitant des interventions rapides traduisent le manque de moyens ( les pompiers qui tardent à arriver …) et peuvent tourner au drame avec un hôpital trop éloigné . L’exemple , encore , de ces patientes enceinte qui s’inquiètent sur leur prise en charge compte tenu de l’éloignement de l’hôpital et de sa surcharge possible , au moment décisif . Cette qualité de soins d’urgence et de proximité nécessaire à laquelle tente de pallier Jean-pierre avec l’exemple de ce vieil homme en fauteuil roulant sous assistance respiratoire qu’ il préfère soigner et garder chez lui entouré de sa famille…

Sur le térrain , Jean-Pierre ( François Cluzet ), soigne un Paysan ...
Sur le térrain , Jean-Pierre ( François Cluzet ), soigne un Paysan …

Thomas Lilti poursuit , ici , ce rapport à un métier dont le premier volet de son Hippocrate décrivait au travers d’un récit d’initiation «  les coulisses d’une micro- société » d’où émergeaient les interrogations sur les conditions de travail , le manque de moyens et le questionnement sur une médecine soumise à une logique libérale de rentabilité. Sa réflexion se complète ici avec ce Médecin Campagne expérimenté lui permettant de la prolonger, en une réflexion globale «  sur la pratique médicale et l’exercice de la médecine ». Avec en toile de fond le personnage du maire et son «  projet de maison de santé »  auquel il est très attaché qui va faire débat et rencontrer des difficultés. Le cinéaste aborde aussi le thème de ce qui est devenu la grand débat de société et politique ces dernières années , dont l’ancrage sociologique dans lequel se déroule son récit lui permet de pointer, les sujets  selon lui , essentiels . Comme celui lui du droit et de l’égalité dans l’accès aux soins, ou , celui du choix de mourir chez soi ( le vieux malade cité ci-dessus ) et des soins à domicile à la campagne ; et encore , celui d’une certaine politique des maisons de santé qui ne soit pas « détournée » de sa vraie destination dont se fait écho la séquence du débat à la Mairie. Le cinéaste pointe enfin les conséquences désastreuses que pourrait avoir l’abandon des campagnes par la médecine « il faut empêcher les déserts médicaux de gagner du terrain et tout mettre en œuvre pour que les médecins de campagne ne disparaissent pas , c’est pour moi un sujet majeur , et j’ai choisi de porter cette problématique au cœur du film », dit-il .

Et, pour le faire , comme pour Hyppocrate il a fait le choix d’un récit simple, direct et émouvant mettant en scène , à la fois, une belle galerie de portraits , un ancrage sociologique et des problématiques et des choix majeurs de réflexions sur un sujet – la médecine de santé – qui concerne tout un chacun , en offrant en supplément au spectateur le plaisir du cinéma , le film fait mouche…

MEDECIN DE CAMPAGNE de Thomas lilti – 2015-
Avec : François Cluzet , Marianne Denicourt , Isabelle Sadoyan, Félix Moati, patrick Deschamps, Christophe Odent , Yohann Goetzman…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s