Cinéma / MIDNIGHT SPECIAL de Jeff Nichols.

Après Take Shelter et Mud , le nouveau film du cinéaste poursuit l’exploration de ses thèmes favoris , et notamment celui de la filiation, ici, au cœur d’une cavale familiale dans une Amérique profonde . Un road – movie sous influence qui joue avec les codes du genre  (science -fiction )  , où l’enfant aux pouvoirs surnaturel cherche sa place , entre le monde réel , rêvé et ( ou ) invisible . Imaginaire , poésie , inconnu et mystère au rendez-vous  . Passionnant . ..

l'Affiche du Film.
l’Affiche du Film.

La scène d’ouverture de Midnight Spécial ,  nous entraîne d’emblée dans le mystère avec cet enfant de huit ans , Alton (Jaeden Lieberher) ) plongé dans la nuit d’une chambre , caché sous un drap entre deux lits , et agité de soubresauts d’un cauchemar, dont les rayons de lumière aveuglants sortant de ses yeux évoquent au spectateur une sorte de « possession » et une dimension surnaturelle , que les lunettes noires ( protectrices ) semblent destinées à vouloir cacher son regard du monde et des dangers qui l’entourent . Pendant ce temps les actualités T.V diffusent une annonce d’enlèvement d’enfant , Alton est-il l’enfant en question ?. Le doute est rapidement évacué par le récit car la « piste » de l’enlèvement cache une réalité bien plus complexe . En effet ce dernier enlevé par son père               ( Michaël Channon, émouvant , acteur fétiche du cinéaste ) aidé par un ami policier ( John Edgerton) , l’a été afin de  le  soustraire  à  une « secte » religieuse ( nommée le Ranch) dans laquelle il vivait jusque là . Secte sous surveillance des autorités ( F.B.I , N.S.A …) dont témoigne la scène- étonnante – de l’interception de tous les membres amenés dans un gymnase , pour interrogatoire . Des autorités alertées par des messages codés secrets intégrés dans les discours du chef de la secte et qui semblent avoir une relation , avec un possible danger terroriste visant la sécurité nucléaire du Pays . Alton  dont les « pouvoirs » supposés sont considérés par la secte qui le retenait comme « l’élu » devant les conduire à la découverte de cet autre monde supérieur …dont la scène d’ouverture citée ci-dessus laisse entendre qu’il est, pour l’atteindre , le « lien » ( guide ?) possible entre les deux mondes : le monde réel ( physique ) et cet autre monde , invisible ( imaginaire?) au dessus de nous…

Alton ( Jaeden Lieberher ) se protége des l'extérieur
Alton ( Jaeden Lieberher ) se protége de l’extérieur

Un monde avec lequel , La Rencontre du Troisiéme Type et de l’enfant de E.T de Steven Spileberg , est un référence revendiquée par Jeff Nichols . La situation rapidement mise en place et sans détours au long de la cavale en forme de Road- movie qui va s’ensuivre entre les poursuivants ( Secte , autorités ) et la famille d’Alton à laquelle se joindra en cours de route,  la mère ( Kristen Dunst ) retrouvée du couple séparé depuis la détention de l’enfant par la secte . Une cavale qui va révéler bien des mystères sur ce « lien » invisible entretenu par Alton  ( manipulé par  la secte ?) et ses pouvoirs de communication entre les deux mondes, qui s’inscrivent sous la forme de ruptures de récit et de tonalités , au cœur du road-movie de la famille d’Alton , le conduisant à ce rendez-vous mystérieux , que les autorités veulent empêcher , et dont on vous laissera la surprise du magnifique final auquel il aboutira . L’échappée et la poursuite étant pour le cinéaste , le cadre ( comme celui de La Ballade Sauvage de Terrence Malick , un de ses films préférés… ) qui lui permet d’intégrer au cœur de celle-ci , sa réflexion sur les thèmes qui l’obsèdent et dont sa filmographie est habitée depuis le début ( Shotgun Stories /2007 ) . Celui d’une violence du monde de laquelle il faut chercher à se préserver et se protéger par la fuite et la quête d’un autre possible . Celui-ci passant, ici ,  par une émancipation dont la différence d’Alton est sans doute porteuse , et qui pourrait lui permettre de trouver sa propre voie . Quitte à ce que celle-ci se fasse , comme dans Take Shelter (2011 ) ou dans Mud (2012 ) , dans la douleur et l’angoisse , ici , pour des parents qui doivent apprendre à se résoudre à devoir couper le cordon ombilical. C’est , l’un des aspects les plus passionnants du film auquel le père et la mère d’Alton , sont confrontés . Jeff Nichols qui inscrit au cœur du chaos cette démarche lui offre une belle dimension tragique , qui , dans le contexte va permettre aux parents de trancher dans le vif , face à quelque chose qui les dépasse … le seul objectif, étant cet acte d’amour par lequel il passe , de la séparation salvatrice …

la face à face entre Alton ( Jaeden Lieberher ) et l'agent du FBI ( Adam Driver à gauche )
la face à face entre Alton ( Jaeden Lieberher ) et l’agent du FBI ( Adam Driver à gauche )

Le cinéaste n’est jamais aussi à l’aise que dans l’introspection des individus, qu’il s’agisse de comprendre leurs blessures intimes ou les mystères qui les accompagnent . Dans le registre des mystères , il y a celui qui l’obsède des rapports père -fils dont il propose encore ici une plongée au cœur de l’insondable qui s’y ajoute avec ce fils enlevé à la secte , dont il n’a pas eu la maîtrise de l’éducation et dont il va devoir comprendre l’état dans lequel il se retrouve ( autiste ou ayant des pouvoirs surnaturels? ) et pour lequel il n’y a pas d’autre issue que de laisser s’en aller… vers son véritable monde            ( destin )  . La beauté par laquelle Jeff Nichols traduit ce « passage » est dans la manière dont il trouve ( ou apporte ) la réponse, par de magnifiques idées de mise en place de scènes ( ou mouvements de caméra ) qui en traduisent l’évidence . Ainsi , celle du plan décisf ,  cadrant et saisissant d’abord  le visage du père admirant le lever du soleil , puis réunissant ce dernier et son fils dans le plan suivant et dans l’évidence, du choix qui a  été fait. De la même manière que c’est en petites touches ( ou détails… ) que le personnage de l’ami policier qui aide la famille , prend forme et finit par devenir un membre à part entière de celle-ci , et assisteta  impuissant à sa  séparation . On relèvera encore la subtilité avec laquelle Jeff Nichols inscrit le face à face entre l’agent spécialiste « en communications » du F.B. I  ( Adam Driver ) et le jeune Alton , lorsque ce dernier refuse  de parler  aux autorités  et   n’accepte de négocier qu’avec lui, dont il a compris qu’il était le seul à savoir le comprendre et ne pas le traiter en ennemi, comme il le  lui prouvera par la suite…

au centre : Aldon ( Jaeden Liberher ) avec sa famille protectrice de gauche à droite : Joël Edgerton , Michaël Shannon et Kristen Dunst : c avec sa famille proteedon ( Je
au centre : Aldon ( Jaeden Liberher ) avec sa famille protectrice de gauche à droite : Joël Edgerton  , Michaël Shannon et Kristen Dunst.

Comme dans Take Shelter où le héros, atteint de surdité était assailli de troubles délirants , de visions ( tornades ) et de rêves de dangers et de violences contre lesquels il devait  protéger sa famille , dont la mise en scène traduisait les obsessions psychologiques par une introspection à laquelle le spectaculaire ( les nuages d’étourneaux …) venait se faire le miroir du désordre de l’esprit .                                         Ici , le spectaculaire qui offre son miroir aux troubles d’Alton et aux angoisses de ses parents, trouve dans le genre de la science -fiction et l’imaginaire spectaculaire  auquel elle se réfère , les éléments qui permettent de traduire au cœur de ces scènes nocturnes l’emblématique et chaotique parcours de l’enfant  et de sa famille . Ce dernier, usant  ici, de ses pouvoirs surnaturels pour se protéger ( les images des écrans  multiples de la NSA , les explosions de lumière , les secousses de tremblements de terre , la spectaculaire chute du satellite sur la station -service…) , afin de sortir de cette nuit qui l’enferme derrière ses lunettes noires , et pouvoir enfin regarder  et affronter ,  serein , la lumière salvatrice…

(Etienne Ballérini )

MIDNIFGT SPECIAL de Jeff Nichols -2016-                                                                                                                                                           Avec : Michaël Shannon , Jaeden Lieberher , Joël Edgerton , Kristen Dunst , Adam Driver,   Sam Dhepard …

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s