Cinéma / L’Exil, thème du festival cinéma sans frontières

Le 14ème Festival annuel de Cinéma sans frontières du 18 au 25 mars qui se tiendra au cinéma Mercury à Nice sera consacré au thème de l’exil dans son acception la plus large.
AndaluciaLa programmation sera éclectique, alternant comme comme toujours des films classiques (Andreï Rublev d’Andreï Tarkovsky, Lebenszeichen de Werner Herzog, L’Homme sans passé d’Aki Kaurismaki) à des pépites moins connus (Inland de Tariq Teguia qui fera l’ouverture) ou inédites et accompagnées d’invités. A noter tout spécialement cette année,  la venue de deux jeunes réalisatrices.
Le 19 décembre (20h30), Alessandra Pescetta  présentera son court-métrage Ahlem (Rêves) déjà distingué par le prix du jury au Festival du court-métrage de Nice l’an dernier. Son film de 19 minutes tourné  dans un petit village sur les côtes siciliennes aborde à la fois  la réalité et les rêves de ceux qui viennent d’ailleurs et l’aspect le plus tragique des migrations modernes avec une justesse de ton rarement vu ces derniers temps au cinéma et un sens de la dramaturgie d’autant plus efficace qu’elle se tient loin de tout spectaculaire dans une sobriété exemplaire.
La réalisatrice a également  accepté notre invitation à animer la soirée consacrée à  Exil et identité autour du long-métrage d’Alain Gomis Andalucia (2007). Un film funambule entre rire et gravité sur un sujet particulièrement difficile.  Et c’est toujours passionnant de découvrir le regard d’un cinéaste sur le travail d’un autre réalisateur.
Le même principe s’applique le jeudi 24 mars avec la venue de Béatrice Kordon pour son film Les insensés. Fragments pour un passage. Beatrice Kordon a également participé au montage de Amours et Metamorphoses de Yanira Yariv, adaptation audacieuse des Métamorphoses d’Ovide à la question transgenre, intégrée judicieusement dans la programmation comme un exil dans son propre corps. La productrice de ces deux films, Vanessa Ramonbordes sera également présente,  ce qui permettra évoquer également pendant le débat toute la question de la production de films d’auteurs indépendants, dotés généralement de budgets très limités et de leur diffusion ensuite. Ces deux films n’ont jamais été montrés en salle.
Le film de Béatrice Kordon s’inspire de la très belle citation de Michel Foucault :
« Enfermé dans le navire dont on n’échappe pas, le fou est confié à la rivière aux mille bras, à la mer aux mille chemins, à cette grande incertitude extérieure à tout.  Il est prisonnier au milieu de la plus libre, de la plus ouverte des routes. Il est le Passager par excellence, c’est à dire le prisonnier du passage. Et la terre sur laquelle il abordera, on ne la connaît pas, tout comme on ne sait pas, quand il prend pied quelque part,  de quelle terre il vient. »
AFFICHE FESTIVAL 2016 COUV 4Le film est une très belle mise en image de cette vision de la folie comme exil de soi même avec un travail approfondi sur la lumière  (la réalisatrice exige le noir absolu pour la projection et c’est déjà une expérience forte de cinéma dont nous n’avons plus l’habitude) et sur le son qui donnent un relief singulier aux images.
Le film sera mis en regard avec deux courts-métrages de Sylvain George, Ils nous tueront tous et Les nuées qui nous parlent d’ autres prisonniers de l’impossible passage, ceux qui tentent tous les jours de franchir  des frontières. Les correspondances dans le traitement de ces deux univers qui peuvent sembler au premier abord totalement différents sont frappantes. Et nous aurons le privilège d’entendre le point de vue de Béatrice Kordon sur cette étonnante rencontre esthétique.
J.S.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s