Cinéma / LA CHAMBRE D’ EN FACE de Michael Noer.

La Chambre d’en face est le troisième long métrage de fiction du cinéaste Danois Michael Noer, dont on a pu voir précédemment R et Norhtwest. Différent, en apparence, des deux précédents, le film est une histoire d’amour particulière. Il nous permet de voir ou de revoir une comédienne éblouissante, Ghita Nørby.

Les mystères de la distribution cinématographique dans l’Hexagone, ont fait que Northwest, le second long métrage de fiction du réalisateur Danois Michael Noer a été programmé dans les salles françaises à partir d’octobre 2013. Soit quelques mois avant la sortie, en janvier 2014, du premier, R, co-réalisé avec Tobias Lindholm en… 2010. L’un traitait de la délinquance et du banditisme dans une banlieue de Copenhague, l’autre de son pendant, l’univers carcéral. Avec La Chambre d’en face, il change de registre, mais en apparence seulement.

L'Affiche du Film.
L’Affiche du Film.

Lily, magistralement interprétée par Ghita Nørby, et Max, joué par Jens Brenaa, sont mariés depuis plus de 50 ans. Ils vivent désormais tous les deux dans un établissement spécialisé, car Max, victime de plusieurs attaques cérébrales, est dans un état végétatif qui nécessite une assistance médicale permanente. Même si le personnel assure les soins et se charge de la toilette de son époux, Lily, toujours très aimante, a mis ses envies de côté et ne ménage pas sa peine pour s’occuper de son mari. Elle le fait manger, l’habille, le sort dans son fauteuil roulant et va même jusqu’à effectuer quelques pas de danse avec l’aide des infirmières au cours d’une séquence émouvante. Erik (Sven Wollter), surnommé « Le Pilote » en raison de ses années passées au service de la compagnie aérienne SAS, emménage dans la chambre d’en face. Il est atteint de la Maladie de Parkinson. Lily ne tarde pas à tomber sous le charme de cet homme du monde et noue avec lui une relation amoureuse, ce que n’accepte pas, non seulement les autres pensionnaires, mais aussi sa fille.

Max ( Jens Brenaa ) et Lily (
Max ( Jens Brenaa ) et Lily ( Ghita  Norby )

Bien qu’il passe de la jeunesse à la vieillesse, La Chambre d’en face n’est pas totalement éloigné des deux premiers films du cinéaste. Même en confiant les deux rôles principaux à des comédiens de métier, ô combien expérimentés, il fait également appel, comme dans les précédents, à des non-professionnels, et intègre ici le personnel et les résidents d’une maison de retraite. Par ailleurs, si l’environnement est différent, Lily est prisonnière de sa vie avec Max. Elle finit par chercher à s’évader de sa prison invisible.
« La vieillesse est un naufrage » écrivait Chateaubriand et pendant longtemps la société l’a considérée comme tel. On l’honorait, mais elle faisait peur. Lentement le regard sur les personnes âgées a évolué. On parle même désormais de quatrième âge. Le cinéma a également été le témoin de ce changement. Pourtant, évoquer les histoires d’amour ou la vie sexuelle des personnes âgées demeurait un sujet tabou. Des films comme, Trop jeunes pour mourir de Park Jin-pyo, Septième ciel d’Andreas Dresen ou Amour de Michael Haneke l’ont depuis brisé.

Erik ( Sven Wollter ) et Lilly ( Ghita Norby )
Erik ( Sven Wollter ) et Lilly ( Ghita Norby )

Cependant, La Chambre d’en face n’est pas un film coup de poing, ou provocateur, ni même dérangeant. Par moments, si l’immersion dans la maison de retraite et la présence du personnel soignant et des patients donnent au long métrage une dimension documentaire, malgré quelques scènes de sexe, que l’on qualifiera de « soft », il est avant tout une chronique amoureuse dont les protagonistes n’ont plus 20 ans, ni même 50.
Plutôt que la réalisation, assez conventionnelle, on retiendra principalement l’intérêt du sujet et l’habileté du scénario à laisser au spectateur son libre-arbitre. Il lui appartient ainsi d’apporter ses propre réponses et de savoir si, par exemple, Max se rend compte de la situation, ou si, Lily, parviendra ou non à mener à bien sa quête vers un nouveau bonheur. Mais le point fort du film est sans conteste la qualité de la prestation des deux interprètes principaux, Sven Wollter, acteur suédois peu connu même s’il a tourné sous la direction d’Andreï Tarkovski, de John McTiernan et de Bille August, et, bien sûr, Ghita Nørby. Surnommée « la première dame du cinéma danois » , on a pu la voir, au cinéma, dans Les meilleurs inentions de Bille August, La nouvelle vie de Monsieur Horten de Bent Hamer, où récemment, dans Jauja de Lisandro Alonso, et à la télévision, notamment dans la série dirigée par Lars von Trier L’hôpital et ses fantômes. A 80 (ans, et dans tous les plans du début jusqu’à la fin, la comédienne est éblouissante. Elle parvient à faire passer la plus large palette d’émotions, de la joie à la tristesse. On comprend que le réalisateur tenait à elle pour le rôle principal.
« L’important c’est d’aimer », même si nous sommes au crépuscule de notre vie, nous dit Michael Noer. Que vous en soyez convaincu ou non, nous vous invitons malgré tout à pénétrer dans La Chambre d’en face, ne serait-ce que pour y rencontrer Ghita Nørby.

La Chambre d’en Face (Danemark – 2015 – 93 minutes) de Michael Noer, avec Ghita Nørby, Sven Wollter, Trine Pallesen et Jens Brenaa.

(Philippe Descottes )

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s