Cinéma / LES PREMIERS, LES DERNIERS de Bouli Lanners.

Après les Géants ( 2014) ,  pour son quatrième film derrière la caméra , le cinéaste Comédien nous plonge dans la Beauce désertique et son cadre Westernien dans lequel ont échoué des personnages désespérés , des malfrats et même le personnage mythique de Jésus . Dans un cadre de fin du monde , un superbe récit aux accents noirs où la nature humaine va se confronter à son meilleur et son pire …

l'Affiche du Film.
l’Affiche du Film.

Depuis son passage , aussi, derrière la caméra le comédien – y a inscrit d’emblée un univers très personnel à la fois d’écriture, de références et de mise en scène – dont son nouveau film continue a explorer autour de ses personnages de marginaux , une certain vision du monde qu’il installe dans l’épure des lignes verticales et horizontale , ici , au coeur du paysage hostile d’une plaine balayée par le vent où leurs chemins vont se croiser . Celui de la Beauce et du Nord d’Orléans , une zone de plaine désertique, où ils échouent . Un paysage où subsistent des vestiges ( hangars abandonnés, maisons en ruines , silos vide ..) d’une verticalité qui s’inscrit dans l’horizontalité des lignes d’une plaine glacée par le vent et traversée par les lignes droites des routes et voies ferrées ( dont celle de la séquence qui ouvre le film avec ses personnages errant sur la voie d’essai de l’aérotrain d’Orléans , abandonnée depuis des années…) et une forêt au bout de l’horizon. Un décor et des personnages emblématiques qui vont y inscrire leurs destinées. Deux inséparables chasseurs de primes , Cochise ( Albert Dupontel ) et Gilou ( Bouli Lanners, aussi devant la caméra ), un couple Willy et Esther ( David Murgia / Aurore Broutin ) lancé à la recherche d’un enfant qui a été retiré à sa mère. Une femme ( Suzanne Clément ) qui vit seule avec sa fille dans une bâtisse isolée … un chef des chasseurs ( Serge Riaboukine) , le propriétaire d’une résidence hôtelière ( Michaël Lonsdale ) , un teigneux ( Virgile Bramly ) , un croque-mort ( Maw Von Sydow ) , d’autres individus isolés , un téléphone volé au contenu sensible , et enfin , ce mytérieux Jésus ( Philippe Rebot ) en question , «  le vrai » affirme-t-il en montrant ses stigmates . Le casting réuni, digne d’un western-polar dans un cadre où rien ne manque , ni le bar , ni l’auberge, le motel, et enfin la station service cet abreuvoir moderne des voitures -chevaux…

Albert Dupontel et Bouli Lanners
Albert Dupontel et Bouli Lanners

Construit autour de ces formes architecturales dans lesquelles les personnages se retrouvent confrontés à leurs destinées , le Cinéaste – Comédien qui, comme l’illustre la première séquence du film est parti de cette vision de la rampe de lancement qui traverse le paysage, et y a inscrit ses personnages dont les parcours se confondent ou s’opposent à une certaine logique ( sociale ) de trajectoire établie , «  à partir de cette image , j’ai eu envie d’écrire l’histoire de deux personnages très marginalisés socialement , extrêmement fragiles et qui errent en suivant une trajectoire rectiligne , échappant ainsi a toute logique géographique classique . Sur cette idée sont venus ensuite se greffer tous les autres éléments et personnages du Film.. » , dit-il dans le dossier de presse. Oppositions de lignes, opposition de destinées , qui se déclinent sous les formes qui prennent sens au cœur d’une d’une atmosphère-décor de fin du monde où, les espaces et les lignes du décor et celles des destinées -trajectoire se font écho…et vont finir par faire sens.
Le cinéaste n’a pas son pareil pour inscrire au cœur de ces formes architecturales , sa poésie et l’humanité de ses personnages plongés dans la violence qui les entoure , et peuvent y basculer à tous moment , mais qui   vont y faire face pour tenter de retrouver leur dignité et le chemin de cette lumière dont le « vrai Jésus » ( Philippe Rebot ) , avec ses doutes , les accompagne sur leur chemin de croix . Un Jésus surprenant devant lui aussi faire face à cette violence du monde moderne , qui lui fait « bousculer » ses commandements , et que le cinéaste a voulu «  comme un homme qui doute , comme un homme qui sent bien qu’un destin particulier l’attend , mais qui ne sait pas exactement , où .Un homme qui se sert de son flingue aussi…un Jésus de Western !. Il ne va pas plaire à tout le monde , mais je m’en fous ! » . ajoute ,le cinéaste . Oui , un Jésus qui sort les armes de Shérif pour lutter contre le mal …

David Murgia ( Willy) et Aurore Broutin (Esther)
David Murgia ( Willy) et Aurore Broutin (Esther)

Et il y a même des miracles surprenants dans le film qui finissent par faire irradier de cette fin de monde annoncée , l’espoir . Celui des hommes qu’elle destine qu’elle a être les derniers et a être engloutis par les ténèbres, et qui voient poindre sur leur chemin l’espérance d’une monde nouveau prêt à s’ouvrir à eux . Le vrai Jésus serait-il revenu sur terre plus près des hommes , et quitte à faire des entorses, y faire renaître l’espoir et la justice ?. Le Western devient fable sous la direction de Bouli Lanners qui irradie son film au travers de ses personnages ( y compris le sien ), de cette belle humanité dont le faux -dur qu’il campe avec Gilou , accomplissant sa tâche rémunérée de chasseur de primes , finit par renoncer à son « job » pour accompagner le jeune couple dans sa recherche de l’enfant injustement enlevé à sa mère . Au cœur des intrigues multiples qui irriguent le film , il y aura beaucoup de coup de théâtre en forme de miracles comme celui- là.Bouli Lanners n’a cessé de camper comme comédien ,de beaux personnages remplis de tendresse et d’humanité et ses films comme réalisateur ne font qu’approfondir par ses choix de mise en scène et d’écriture exigeants, dont les formes architecturales qu’elle revêtent  se font l’écho de la thématique qui irrigue la quête de l’autre et de la cellule familiale, thème central de ses films , comme il le souligne : «  Ce qui nous relie aux premiers hommes , nous qui sommes peut-être les derniers , c’est ce désir d’exister à travers le clan familial . Et puis , le premier et le dernier, c’est Dieu. Les premiers hommes à la différence des animaux avaient une conscience et recherchaient le divin. Même si ma foi est cabossée , je suis mpi aussi à la recherche du divin ( …) nous ne sommes pas très différents des premiers » , dit le cinéaste .

Michaël Lonsdale et Max Von Sydow
Michaël Lonsdale et Max Von Sydow

Et cette quête , dans un décor magnifiquement filmé et servi par des comédiens justes et complices, trouve sa belle déclinaison dans des séquences qui la subliment en une sorte de cheminement où la dimension de la fragilité humaine réduite à sa globalité ( sa place dans l’univers infini ) trouve son prolongement dans la prise de conscience de ce regain d’humanité nécessaire, et du « se reprendre en main » , pour contribuer à réajuster le monde . Comme le laisse percevoir le rôle ( de substitut de père? ) des deux vieillards le loueur de chambre d’hôte et le croque- mort ( Micahël Lonsdale et Max Von Sydow) qui font écho , à ceux de Cochise et Gilou et leur servent de guide . Où celui du « vrai Jésus » dont   les mêmes doutes  que ceux des hommes dont il est porteur , peuvent permettre de les faire repartir de l’avant … et faire en sorte que le miracle du rapprochement vers l’autre , chasse cette violence qui gangrène la société … et puisse apporter un peu de chaleur dans cette grisaille ( enfer ) qui entoure , et que le ( beau ) final laisse entrevoir, comme un lumière ouvrant la porte à un possible qu’il faut à tout prix «  vivre à fond , avec , et pour les autres » …

(Etienne Ballérini)

LES PREMIERS , LES DERNIERS de Bouli Lanners -2015-
Avec : Albert Dupontel , Bouli Lanners , Suzanne Clément , Machaêl Lonsdale , Max Von Sydow, David Murgia, Uarore Broutin , Philippe Rebot , Serge Riaboukine …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s