Cinéma / LA VIE TRES PRIVEE DE MONSIEUR SIM de Michel Leclerc.

Après Le Nom des Gens (2010) et Télé Gaucho (2012 ) , le cinéaste nous propose un Road movie initiatique en forme de seconde chance, autour d’un personnage qui a raté sa vie et recherche le bout du tunnel. Adapté du Roman de Jonathan Coe, le récit mêle avec bonheur souvenirs d’enfance, critique sociale , humour, errance, et quête de soi et de l’autre …

l'Affiche du Film.
l’Affiche du Film.

Un homme s’installe pour la première fois sur son siège d’avion en première classe et commence à débiter sa vie à son voisin de passager qui ne peut arrêter le flot de paroles et finit par avoir un malaise !. Ce passager prolixe c’est Monsieur Sim ( Jean-Pierre Bacri, épatant  ) en période dépressive qui a perdu à la fois ses amis , sa femme et son travail. Monsieur Sim comme pour se donner un but encore suspendu en l’air et à la vie sur son siège d’avion , s’en va retrouver son père dans le sud de l’Italie. Mais le cœur n’y est pas , c’est à peine s’il va  échanger quelques mots avec son père , et le repli sur soi fait surface. Monsieur Sim est persuadé qu’il n’est plus personne… jusqu’à ce qu’une proposition inattendue de travail vienne le secouer , le sortir de sa torpeur et lui redonner un peu d’espoir. S’investissant à fond dans son nouveau job de vendeur représentant d’une nouvelle marque de Brosses de dents destinées à révolutionner «  l’hygiène bucco – dentaire », le revoilà parti la fleur au fusil sillonner les routes de France dans sa jolie voiture de fonction hybride équipée de GPS , prêt à (se ) prouver qu’il est à la hauteur et à se retrouver sur la plus haute marche du podium du meilleur vendeur. Destination vers le sud de la France secteur qui lui a été attribué , on va voir ce que l’on va voir !. Et le Road movie qui commence va nous révéler quelques bonnes surprises et rencontres ( avec les futurs clients ) sur le chemin des écoliers dans lequel Monsieur Sim nous entraîne , avec ses souvenirs en bandoulière qui lui reviennent en mémoire … dont son odyssée sur les routes de France finit par faire écho à celle de ce navigateur solitaire Britannique des années 1960 , dépressif lui aussi , qui s’était lancé le défi de monter sur le podium …

Monsieur Sim ( Jean-Pierre Bacri ) sur la photo de famille des représentants de brosse a dents écoligiques ...prêt au départ
Monsieur Sim ( Jean-Pierre Bacri ) sur la photo de famille des représentants de brosse a dents écoligiques …prêt au départ

C’est la belle idée du récit et du film que d’inscrire en parallèle les deux défis de ces deux individus qui tels des Don Quichotte modernes s’investissent dans des «  combats » perdus d’avance dans une société moderne à laquelle ils se retrouvent confrontés aux paramètres d’un certain fonctionnement économique  dans lequel ils ne se retrouvent pas … et qui va les conduire à trouver des « parades » pour tenter d’y échapper . Des « ouvertures » vers lesquelles ils vont se précipiter au risque de se perdre peut-être encore plus , mais qui constituent une manière de forcer son propre destin : «   Sim annonce a qui veut l’entendre qu’il est en pleine dépression , comme s’il disait «   j’ai adoré ce que j’ai mangé ce midi ». Il a une vraie candeur et une franchise qui me bouleversent . Par ailleurs il y a une vraie évolution dans le roman de Jonathan Coe qui commence dans un registre de comédie sociale pour parvenir à une dimension plus métaphysique. C’est un roman sur le désir de fuite, la tentation de Venise. On a tous envie de s’évader , de quitter la civilisation pour aller vers des contrées désertes . D’être confronté au vide , à la nature , à son destin », explique le cinéaste dans le dossier de presse . Et cette idée d’approchée partagée avec l’auteur du roman à suscité son          «désir de cinéma » dans lequel son récit nous entraîne, via la belle rencontre de Sim avec le personnage de Samuel ( Mathieu Amalric) qui,  détectant l’état de solitude de Sim , lui offre  comme possible bouée de sauvetage et d’espoir , l’histoire de la dérive en mer de ce navigateur Donald Crowhurst qui ne peut que lui renvoyer le miroir de la sienne… et  susciter  sa réaction. 

Jean-Pierre Bacri en réprésentant sur les riutes de Frabce
Jean-Pierre Bacri en réprésentant sur les riutes de Frabce

Le « fil rouge » que constitue les deux « dérives » tenu tout au long du récit jusqu’à la scène finale ( l’épave du bateau ) , tisse un lien d’autant plus efficace qu’il retrace la vraie histoire du navigateur ( les images d’archives de la BBC ) , construisant et proposant dès lors un parallèle assez étonnant , offrant  à la fois une ampleur  dramatique très forte aux deux parcours , dont les « raisons » qui expliquent les conséquences de leur « défis » à la vie et à la société , prennent dès lors une toute autre dimension. C’est ce qui selon nous s’ inscrit en filigrane au coeur  du récit ,  et tout en nuances saupoudrées d’humour et de nostalgie , sur le  sens a donner à sa vie . Une vie qui n’a cessé de lui échapper à l’image de ses aventures amoureuses d’hier et d’aujourd’hui , ou à celles de sa vie familiale qui s’est liquéfiée au fil du temps ( son ex- femme , sa fille.. ) , comme l’a été également celle de son parcours de travail qui a fini par le mettre sur la touche… jusqu’à ce que se présente cette nouvelle opportunité lui permettant de se remettre en selle …

Jean- Pierre bacri et valéria Golino
Jean- Pierre bacri et valéria Golino

La seconde belle idée du film, c’est de nous proposer sur le chemin de Sim de belles rencontres et des personnages à la fois hauts en couleurs qui renvoient un bel écho d’humanité à une société du repli sur soi , et ( ou )  de la «  sur-communication » publicitaire , se révèlant  être une double piège : à la fois rassurant et anxiogène .

Et Sim ne manque pas se se laisser prendre à celui de la toile qui est tissée , le lui renvoyant par tous ses attraits . Le GPS qui devient un compagnon de voyage avec qui Sim dialogue, mais aussi se dispute avec et à qui il fait perdre le sens de l’orientation !      ( belle scène) . Sim qui se focalise sur ses « habitudes » pour retrouver les marques repères ( produits , hôtels , restaurants …) qui rassurent , mais qui sont «  source d’uniformité et d’angoisse » . Et qui se tourne alors vers ses souvenirs d’enfance et d’adolescence pour y trouver quelques réponses . Y défilent son jeune père , Jacques ( Vincent Lacoste ) et son ami , Francis (Félix Moati ) le poète-rêveur anarchiste ,  puis , ses amis et rêves d’adolescent avec Lino ( Victor Belmondo ) et la belle Luigia ( Lucile Krier ) dont il est secrètement amoureux . Des Flahs-Backs qui apportent un éclairage nouveau a ce personnage taciturne et solitaire qui se cache derrière un débit de parole « mortel » . Et  que viennent compléter ces jolis personnages,  dont Michel Leclerc a le secret ( souvenez-vous de Le nom des Gens / 2010 ) , sortes de «  bonnes fées » qui viennent s’ajouter  à  celui de Samuel . Comme celui de la belle Luigia son amie d’adolescence désormais casée et mariée ( Valéria Golino ) , ou encore son ex- femme , Caroline    ( Isabelle Gélinas) qui , toutes deux ont gardé à son égard une certaine bienveillance , prêtes à lui permettre de sortir la tête de l’eau . Comme l’illustre , aussi , le personnage de Poppy( Vimala Pons ) qui, elle ,  lui ouvre l’espoir et lui tend la main,   en le mettant en contact avec Samuel …

Ils offrent la belle tonalité au film servi par une distribution en parfaite osmose et un beau travail à l’image ( et ses  espaces) de Guillaume Desfontaines , complété par celui de la bande-son musicale en délicatesse elle aussi , signée Vincent Delerm. On vous invite à y goûter…

(Etienne Ballérini)

LA VIE TRES PRIVEE DE MONSIEUR SIM de Michel Leclerc-2015-
Avec : Jean-Pierre Bacri, Mathieu Amalric, Valéria Golino , Isabelle Gélinas, Vimala Pons , Lucie Krier , Vincent Lacoste, Félix Moati….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s