La part du colibri

 

Selon une légende amérindienne, un jour, il y eut un immense incendie de forêt. Tous les animaux terrifiés et atterrés observaient, impuissants, le désastre. Seul le petit colibri s’active, allant chercher quelques gouttes d’eau dans son bec pour les jeter sur le feu. Au bout d’un moment, le tatou, agacé par ses agissements dérisoires, lui dit : « Colibri ! Tu n’es pas fou ? Tu crois que c’est avec ces gouttes d’eau que tu vas éteindre le feu ? »
« Je le sais, répond le colibri, mais je fais ma part ».

C’est cette légende, rapportée par Pierre Rabhi*, qui sert de « statement base » au spectacle éponyme qui achevait le cycle « Réveillons-nous ! » au TNN. Et, dés la rentrée dans la salle Michel Simon, on sentait bien qu’il y avait avoir là quelque chose de différent.
En effet, les ¾ des sièges étaient « neutralisés ». Ne restaient pour s’assoir que les deux premières rangées, donc les plus rapprochées de la scène, auxquelles avaient été rajoutées devant deux rangées de coussins. Ce qui nous faisait une jauge, à la louche, d’une centaine de personnes. Il y avait donc du public tout autour de l’espace scénique, espace scénique qui lui, était en forme de cercle. Plus qu’à une représentation théâtrale au sens traditionnel du terme, nous allions être plongés dans un conte.
Voyons le « pitch », comme on dit en français.
L’action se déroule en 2051, sur une île imaginaire. Le jeune Yaël n’a jamais connu d’animaux, car il est né après le “grand exode”. Il encourage sa sœur Anah à partir à l’aventure sur la Grande Terre pour réaliser son rêve : voir enfin des animaux.
Mais suite à une erreur d’aiguillage, les deux enfants se retrouvent parachutés en 2073, sur une terre morte, peuplée d’animaux empaillés sous des cloches en verre. La voix de Pierre Rabhi décrit le désastre, et Yaël à son rôle à jouer dans cette affaire. Comment faire pour que la terre tourne rond à nouveau, pour que la vie revienne ?

La part du Colibri A.Mellon
La part du Colibri
A.Mellon

Ce que nous dit le conte, c’est que l’on peut toujours améliorer sa situation, aussi dramatique soit-elle, en faisant ici et maintenant les petits pas qui sont à notre portée. Quant au spectacle, il a été écrit d’après les textes de Stéphane Jaubertie Yaël Tautavel ou l’enfance de l’art, de Françoise Du Chaxel La Terre qui ne voulait plus tourner et les écrits de Pierre Rabhi.
Il s’agit d’une fable écologique au propos clair et au langage simple et elle nous touche autant qu’elle fascine les enfants, pour autant que j’aie pu m’en apercevoir ce 11 décembre. Elle vient vers nous avec simplicité et non avec simplisme. Les textes de Jaubertie et Du Chaxel ne sont à aucuns moments pesants, ils sont plein de pétulance et immédiatement appréhensible. « Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement… »
Ce texte est épaulé par la joliesse de jeu de
Flore Grimaud et Carlos Martins, la scénographie précise et lumineuse d’Olivier Thomas. Avec justesse Alexandra Tobelaïm met en scène. Il faut noter qu’il s’agit d’une production de la Compagnie Tandaim, de Cannes, qui nous avait régalé la saison dernière d’un jubilatoire Italie-Brésil 3 à 2. Avec en aide à la production le Théâtre Joliette – Minoterie de Marseille, avec le soutien de la Ville de Cannes et de la région Paca. Voilà une compagnie à continuer d’aider.

Jacques Barbarin

« La part du colibri »
TNN – Nice Samedi 12, 15h30 et 20h30 – Dimanche 13, 15h30 et 18h – Durée 55mn
Théâtre Liberté – Toulon 17 et 18 décembre

*Pierre Rabhi est un agriculteur, écrivain et penseur français, aujourd’hui reconnu expert international pour la sécurité alimentaire. Il a participé à l’élaboration de la Convention des Nations Unies pour la lutte contre la désertification. Il défend un mode de société plus respectueux des hommes et de la terre et soutient le développement de pratiques agricoles accessibles à tous et notamment aux plus démunis, tout en préservant les patrimoines nourriciers.

Illustration :
La part du colibri – Photo Agnès Mellon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s