ZULFIKARPASIE… Appelez moi Bojan Z

Même lui a du mal parfois à prononcer son nom d’où Bojan Z, un peu pointilleux, le pianiste franco serbe aime que l’on prononce comme il faut son nom de scène en articulant bien « Boy – Ane – Zed. Rapidement, il a été récompensé par des prix et, très vite, il a été très courtisé par de nombreux musiciens de la planète jazz, dont le saxophoniste Julien Lourau, un duo qui depuis 1992 tourne un peu partout,Ils étaient à Nice , invités par la Ruche Production et Nice Music Live.

Julien Lourau et Bojan Z
Julien Lourau et Bojan Z

 

Les yeux de Bojan ne reste pas fixés sur ses touches de piano, sans cesse il regarde son compère Julien. Depuis plus de 20 ans, il sait que le saxophoniste aussi habile que lui a changé de tonalité et ne doit pas le surprendre et il donne même l’impression que c’est presque une relance et là, Bojan Z fait des éclats, il s’accroche à son piano comme dans Mr. Waits, un moment époustouflant. Il faut rappeler que des instants fracassants comme avec Julien, Bojan Z en a eu avec d’autres musiciens comme l’incomparable compagnon presque son mentor, le contrebassiste Henri Texier, l’un des musiciens français le plus reconnu dans le monde du jazz international depuis les années 60 où il a commencé à accompagner Bud Powel, Kenny Clarke ou Johnny Griffin. Sa rencontre avec Bojan Z est beaucoup plus tardive dans les années 90 quand il forme le groupe Azur, ce sera aussi un séjour à New York avec un enregistrement Transpacicifik. Ce diable de Bojan a d’autres cordes musicales à tendre ou détendre pourrait-on dire quand il se lance en jouant de deux instruments : son piano et un xénophone de son invention où tout est trafiqué, on pourrait dire en plaisantant qu’avec son bric-à-brac d’instrument électronique aux nombreuses pédales, que cette situation ne l’empêche pas d’être à l’aise avec ses instruments.

Bojan Z
Bojan Z

Bojan Z :

Au début, c’était difficile, ce n’est pas facile de jouer simultanément avec deux pianos, deux pédales. Cette sensation de mélange avec le son acoustique du piano et le son électrique de mon Fender Rhodes me donne l’impression d’une force musicale que je n’ai pas avec un seul instrument, ça passe plus vite dans mon cerveau que si j’attendais le même son qu’un musicien pourrait me donner, d’ailleurs, cette envie que j’ai eu de trafiquer mon électrique est venu dans ce sens, la rapidité d’un son tellement différent

JP L :

Depuis plusieurs années, c’est avec le saxophoniste Julien Lourau que vous aimez vous produire, pour quelle raison ?

Bojan Z :

Depuis notre rencontre, il y a plus de 25 ans, on s’est rendu compte qu’on ne sait pas ce qu’on veut mais on sait ce qu’on ne veut pas, c’était déjà franchement un bon début…çà, c’est trop jazz rock, çà c’est trop…et çà ne nous intéresse pas. On a  reconnu tout de suite les sensations de rejet chez tous les deux par rapport à une certaine manière de faire de la musique, donc, en fait, on s’est rencontré dans les choses qu’on n’aimait pas et…ce qu’on aime, il a fallu le découvrir avec çà, j’ai beaucoup d’amitié avec Julien car depuis mes débuts, il m’a ouvert, il a commencé à m’amener des informations sur des musiciens des Balkans, me passant même l’album du clarinettiste bulgare Yves Papasso et moi, je lui ai fait écouter du funk de mon pays…depuis, à chacune de nos rencontres, on essaie de se surprendre et puis, on dépasse le stade de la musique, on est devenu de véritables amis. Il était à mon premier mariage, puis au second. En voyageant ensemble, on découvre tout dans chaque pays, on se balance des cassettes, des livres et des bouteilles de vin innombrables (rires) ce qui nous permet de fonctionner pour faire de la musique dans un niveau qui est déjà d’ailleurs, il faut juste que l’on soit dans un état de forme mais, je ne suis pas maître de la situation en permanence, on se dit chouette, c’est là, au lieu de le rejeter, j’essaie de donner du sens aux choses qui sont là à ce moment là.

JP L :

On vous sent hésitant quand on vous demande votre expérience après avoir joué avec des musiciens américains, qu’en pensez vous ?

Bojan Z :

J’ai tiré une expérience, j’ai tiré ma révérence, ils sont formidables, les gens voient l’heure de la gloire quand on est sur scène mais ce que les gens ne voient pas, c’est 23 heures qui nous restent sur la route et là, il vaut mieux être avec des gens avec qui on est bien, avec qui on peut être relax. J’ai eu la chance de travailler avec des musiciens dont j’ai beaucoup appris, là, je citerais Henri Texier, Michel Portal. J’ai passé 11 ans avec Texier, disons que c’est définitivement lui qui m’a présenté la France, ça a été positif. Je ne crois pas que ce soit nécessaire de se lier avec un musicien américain pour faire de la bonne musique.

JP L :

Que faites vous en dehors de la musique ?

Bojan Z :

J’ai pas mal d’autres centres d’intérêt, tous plutôt hédonistes , je lis aussi bien sûr. Disons que j’ai compris assez tôt que la musique ne peut pas se nourrir par la musique pendant très longtemps. Moi, je préfère nourrir ma musique de la vie et d’autres découvertes artistiques que des gens ont fait. Pour moi, respirer, voir un bon film, voyager ou visiter un pays, il n’y a pas mieux que çà…Ah oui, j’aime aussi le bon vin !

En attendant, malgré leurs nombreuses années de scène ensemble, Bojan Z et Julien Lourau vont enregistrer leur premier CD, ce sera pour le printemps 2016. On retrouvera sur cet enregistrement quelques titres entendus au concert de Nice comme Zevzn – The Others – Grana – El Gato. Ce mois de décembre jazzique devrait s’achever les 17 et 18 décembre, ce sera au Théâtre de Grasse avec l’enfant du pays l’accordéoniste Richard Galliano en compagnie du guitariste Sylvain Luc. Thème du récital « La vie en rose » chère à Edith Piaf, ce qui est surprenant, c’est que depuis quelques temps, de nombreux musiciens de jazz touchent au répertoire de l’immense chanteuse. On peut juste évoquer que la nouvelle année commencera également très bien avec un concert du pianiste Jacky Terrasson dans la salle de Mandelieu-La Napoule dans les Alpes Maritimes.

Jean Pierre Lamouroux

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s