Cinéma / LE PONT DES ESPIONS de Steven Spielberg.

C’est un épisode de la guerre froide qu’illustre  le cinéaste, après son Lincoln , qui explore ici un épisode plus récent de l’histoire Américaine. Et qui revient aussi , après Munich et La Liste de Schindler en Allemagne,  théâtre de cette autre tragédie de l’histoire que fut la construction du mur de Berlin symbole de la tension entre l’Est et l’Ouest  dont témoignent  les échanges sur ce pont du titre. La maestria de sa mise en scène qui marie divertissement, réflexion sociale et  politique , au cœur de la fresque Historique et du film d’espionnage, fait mouche. Un grand Spielberg.

l'Affiche du Film.
l’Affiche du Film.

Dans un appartement assez modeste, un homme assis devant une toile et un miroir dans lequel se reflète son visage dont il peint les détails. Un peu plus tard dans la rue , à la lumière du jour, le même homme face à une nouvelle toile peint un paysage et se penche vers sa boîte à couleurs où est caché un microfilm. En deux séquences quasi muettes , Steven Spielberg installe un personnage dont on va découvrir la double activité qui va déclencher aussitôt l’attirail d’une intervention policière des services secrets Américains . Arrêté et accusé d’être un espion au service de l’Urss ,  il va être traduit devant un tribunal . Aussitôt , se déchaîne la « paranoia » Anti-Communiste dans l’Amérique de l’année 1957 qui a déjà fait exécuter trois ans auparavant  les époux Rosenberg, accusés d’avoir fourni des secrets d’état à l’ennemi Soviétique. Mais la démocratie Américaine qui veut montrer au monde qu’elle est équitable, via ses service secrets et d’état, va permettre à l’accusé d’être défendu par un avocat. C’est à Jim Donovan ( Tom Hanks , dans ce qui est sans doute son meilleur, et plus beau rôle ) spécialisé dans les assurances et qui n’y est pas préparé , que la tâche va revenir. Mais ce dernier s’y coltine et va même , prendre les choses au sérieux « titillé » par les réflexions du président du tribunal laissant entendre que la sentence pour lui ne fait aucun doute. Donovan   refuse  de se faire  à l »idée  d’une procès dont l’issue est  décidée d’avance , considérant qu’il s’agit  de  la mise  en scène  d’ un « déni de démocratie ».

La quéitude de la vie familaile pour Donovan ( Tom Hanks ) avant le procès...
La quéitude de la vie familiale pour Donovan           ( Tom Hanks ) avant le procès…

Commence alors une première partie délicate pour notre avocat devant faire face à tout un contexte qui va tenter de le déstabiliser et cherche à faire de lui «  le traitre » qui va défendre cet ennemi de la patrie qui mérite la peine de Mort ! . Face aux multiples pressions ( de la presse , de l’opinion publique , des instances judiciaires…) auxquelles s’ajoutent -celles- professionnelles concernant son cabinet d’assurances qui pourrait en souffrir , et celles sa famille qui est montrée du doigt et qui a peur . Jim tient bon. Mais voilà qu’une autre affaire vient encore compliquer un peu plus les choses : l’avion d’un pilote-espion Américain envoyé au dessus de l’Urss est abattu et le pilote est fait prisonnier . La tension qui monte encore un peu plus donne à penser que l’on est proche d’un conflit inévitable. Et Steven Spielberg en profite pour brosser un portrait de l’Amérique profonde ce cette période là , multipliant les exemples de scènes de tensions et de manifestations violences qui se déchainent . La maison de Jim visée par des jets de pierre et même des tirs d’armes à feu , doit être protégée . En même temps que l’on prépare l’opinion publique à un possible guerre nucléaire . Le cinéaste glisse à ce sujet dans le récit ses souvenirs personnels . Il  y  a  celui  de l’échange  en questions  dont le père  du cinéaste lui  a  raconté  avoir  réellement participé à un échange  de ce type , lors de la guerre  froide  . Et  puis  le souvenir  du cinéaste -enfant,  concernant les exercices que l’on apprenait à l’école aux élèves  pour se protéger  en ces  circonstances , illustré par cette belle scène de jim rentrant à sa demeure trouvant son fils qui a préparé la maison ( salle de bain et baignoire comprise!) à la protection maximum  conseillée!. Le décalage de l’humour qui s’inscrit dans les séquences et ce réflexe de protection du fils de Jim, renvoie à celui dont Stanley Kurbrick habillait,  la folie paranoïaque de son Docteur Folamour...

Donovn ( Tom Hanks ) et Rudolf ( Mark Rylance ) lors du procès ...
Donovn ( Tom Hanks ) et Rudolf ( Mark Rylance ) lors du procès …

Et Spielberg , comme son héros avocat , ne va pas s’arrêter là lorsque l’affaire du pilote de l’avion abattu , va permettre à Jim de démasquer au cœur du jeu de dupes qui s’est installé entre lui et ses interlocuteurs , la réalité des enjeux qui sont désormais au cœur de l’affaire dont il va devenir le meneur des négociations . En effet, la connaissance du dossier et de l’homme qu’est Rudolf Abel ( Mark Rylance , Magistral ) dont il s’est évertué , contre tous, à défendre l’intégrité va être un atout dans les négociations dont les autorités Américaines ne peuvent pas se passer pour faire aboutir l’échange d’espions avec l’Urss . Seule solution qui permette de ne pas basculer dans l’inévitable !. Et la belle idée du film,  c’est d’opposer à ses détracteurs qui seront obligés de la reconnaître, l’intégrité de Donovan. Intégrité et grandeur morale de Donovan qui ne cesse d’en appeler aux valeurs et aux convictions qui doivent guider l’homme dans son quotidien de citoyen . Cette Honnêteté et cette même conviction et intégrité qui fait aussi que Rudolf , n’est pas le traître ( à ses valeurs , à son pays ) villipendié  , et qui le rend respectable . Le face à face Donovan / Rudolf , est un des moments forts du film,  via le portrait que Steven Spielberg fait de ces deux hommes que tout devrait séparer et qui tout simplement remplis  d’une belle et profonde humanité , vont affronter l’adversité .  Qu’est l’homme pris au piège des  intérêts   de  statégie politique et  des  relations   internationales  ? . Steven Spielberg ne fait pas  de ses espions des super-  héros de cinéma , il en fait des héros ordinaires dont les convictions ne les empêchent pas de douter … ou de se résoudre au constat : «  est-ce que cela aiderait ? », ne cesse de dire Rudolf pour chasser la peur ( celle du procès qui peut le conduire à la chaise électrique , puis , celle du sort   qui pourrait lui être réservé après l’échange et son retour en Russie  …) , lorsque Donovan envisage telle ou telle solution pour  tenter de le sortir de l’impasse .

En URSS , le procès du pilote ( Wes McGee ) de l'avion Amérivain
En URSS , le procès du pilote ( Wes McGee ) de l’avion Amérivain

La mise en scène est toute au service du récit et organise tout aussi bien le suspense ( de l’échange) que l’intensité dramatique qui participe à la paranoïa anti-Communiste ou celle du débat d’idées et des stratégies qui opposent l’avocat Donovan aux autorités , y compris lorsqu’elles se servent de lui pour mener à bien des négociations dont ils cherchent à vouloir tenir les ficelles.  Habilement Steven Spielberg y intégre  même  , lorsque la situation  et les négociations se  compliquent –  avec cet étudiant  Américain arrêté  par  les  Allemands de l’Est qui imposent leur point de vue   en rivalité avec  les Russes ,  et voudraient peser  eux aussi dans les   négociation. Dans cet exercice , les   tentatives de duperie hypocrites  et  les préssions  de  chaque  camp , vont se heurter à l’infaillible conviction d’un Donovan fin stratège  qui  ne  cède pas d’un pouce, et qui , à l’issue  du succès de sa mission ,  sera renouvelé  par  les autorités  du  contre-espionnage de  son pays  pour  mener d’autres  « échanges »  du même type.  Steven Spielberg , avec les frères Coen à l’écriture du scénario, offrent à cette empoignade sous tension de paranoïa et de guerre froide, une dimension étonnante saupoudrée  d’une belle ironie ( le manteau volé à Donovan dans un Berlin sous la neige coupé en deux par le mur ,  l’habileté toute  en nuances  de Donovan à  jouer des  rivalités… )  qui s’inscrit  souvent , en miroir de la gravité. A la stratégie politique les auteurs opposent,  le joli choix de la stratégie du  récit qui lui fait écho et qui multiplie les pistes et les points de vues que les deux camps se renvoient  (  le beu jeu de miroirs )  dans un duel des rapports de forces dont chacun veut sortir vainqueur . Belle idée qui inscrit dans une Berlin coupé en deux par le mur ( superbe travail de reconstitution ) , et ce pont de  Glienicke  qui a servi à la plupart  des  échanges  à l’époque . La double réalité d’une constat dont Donovan est le témoin privilégié : celui d’une négociation aboutissant à un échange presque irréel ( la scène du pont  sous les sunlights dans la nuit )  et sepctaculaire , et celui d’une autre réalité dont il découvre et mesure la dimension humaine, d’une tragédie quotidienne qui se joue dans l’ombre des négociations , celle des hommes et des femmes tentant de franchir le mur exposés au balles meurtrières…

La construction du mur , la confusion en marge des négociations d'échanges d' espions
La construction du mur , la confusion en marge des négociations d’échanges d’ espions

Le courage du négociateur et celui des personnes qui bravent la peur et se font rattraper par la mort au bout d’un fusil qui refuse de leur accorder le choix de la liberté . Et celui d’autres hommes : le pilote de l’avion , l’étudiant Américain victime collatérale de la construction du mur , l’espion Russe …tous prisonniers ( et potentielles victimes…)  d’enjeux , qu’ils ne maîtrisent pas. Le film de Steven Spielberg manie , ici comme jamais , ce cinéma populaire qu’il affectionne , y insufflant cette dynamique de récit , de dramaturgie ( servi par  la musqiue discrète de  Thomas Newman) et de suspense qui fait mouche en même temps qu’elle sensibilise le spectateur à la réflexion sur des sujets ( la morale , la démocratie , l’honnêteté , l’intégrité…) importants , et trop souvent dévoyés . Efficace , du grand cinéma tout court …

LE PONT DES ESPIONS de Steve Spielberg -2015-
Avec : Tom Hanks , Mark Rylance, Scott Shepherd, Amy Ryan , Sébastian Koch, Alan Alda, Wes Mc Gee …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s