Festival / Les Manca, de Proche en Proche

 

Un joli titre pour l’édition 2015 du festival MANCA à Nice, une manifestation culturelle organisée par le CIRM (1), créé, il y a 36 ans par le compositeur Jean Etienne Marie. Le CIRM, haut lieu de la Recherche et de la Création Musicale offre de nombreux concerts loin des sentiers battus du 14 au 24 novembre à Nice, Carros et Monaco.

Avec les attentats meurtriers à Paris le vendredi 13 novembre, les deux premiers spectacles qui devaient se dérouler à Nice, ont été annulés, étaient prévus l’Orchestre Philharmonique de Nice et le pianiste Stephanos Thomopoulos. Pour les jours qui suivent, les Manca accueillent entre autres, les Percussions de Strasbourg, le Paris Mozart Orchestra et de nombreux conférenciers ainsi que des intervenants, chercheurs en musique électroacoustique, notamment avec des universitaires de Grand Bretagne. Un spectacle assez insolite est aussi au programme

Meltem-98

Une pièce chorégraphique et musicale sur fond d’un dispositif interactif, sonore et visuel. La chorégraphe Laurence Marthouret (2) présente le dernier volet d’une œuvre de cinq solos (3) MELTEM où elle met en scène deux artistes, une chanteuse Elodie Tisserand et une danseuse Arabella Scalisi, la création musicale revenant à Patrick Marcland. Pour présenter MELTEM, Laurence Marthouret nous emmène déjà dans le voyage, son voyage « …C’est ce vent des Cyclades, ce vent de tous les possibles… ». Aux spectateurs de créer le lien, l’air ou l’espace, un chant au dessus d’un nuage, un cri comme un appel à s’envoler, un souffle pour se poser ou rester à la pesanteur.

Laurence Marthouret :

Le vent pour moi, c’est la liberté, c’est aussi la circulation d’énergie, la liberté, c’est l’impalpable et en même temps la force. C’est beaucoup de choses, en fait c’est ce qui forme le vent, c’est le vent qui nous pousse, c’est le vent qui nous freine parfois et qui nous oblige, qui nous contraint, qui nous oblige à trouver d’autres chemins pour arriver à nos objectifs mais, c’est le vent de tout ce qu’il a de générateur, de porteur… »

JP Lamouroux :

On a l’impression que les deux interprètes s’appellent, se cherchent, qu’en est-il ?

L Marthouret :

C’est- une conversation, une grande conversation, un grand dialogue et moi, j’entends vraiment dans mon rapport avec la musique, j’ai toujours, depuis le début de tout mon travail, j’ai toujours,en fait, développé des collaborations avec des compositeurs donc, je ne prends pas une musique comme çà,, on travaille un langage qu’on construit ensemble et, c’est vraiment deux langages, le langage de la musique et celui de la danse, ensemble on tisse un unique langage et en fait, ça se voit sur le plateau, ce n’est pas une danse qui danse sur une musique ou une chanteuse qui suit une danseuse, on est vraiment dans une conversation, dans une écriture commune et une circulation…et, c’est pour çà que parfois, on a la sensation d’un duel mais c’est une confrontation comme dans la vie. C’est une confrontation de deux langages, parfois, il y a une osmose totale, une imbrication des choses, il y a 2 parties où elles ont chacune un solo, l’autre est présente mais laisse la parole, c’est vraiment tout un discours comme çà qui s’écrit avec la danse et la musique autour de ce thème avec Patrick Marcland…Traité ce thème du vent, de l’air, de l’aérien, du souffle, au début, c’était l’idée du vent et après, très vite, j’ai eu l’idée du souffle pour la musique, pour renforcer cette idée d’aérien, cette idée de vent, de souffle sur la peau, on voit vraiment la danseuse, j’ai beaucoup travaillé sur la circulation du corps, l’espace mais la sensation également de l’air dans le déplacement sur le corps, une chanteuse comme interprète s’imposait.

JP L :

En regardant la répétition, je me dis, mais pourquoi de la musique électronique pendant que cette voix est formidable, on aurait pu faire çà avec 5, 6 voix différentes, il y a des onomatopées, il n’y a pas une obligation de comprendre un langage ?

L. Marthouret

Non, on est vraiment dans l’abstraction, je suis très contente que vous disiez çà par rapport à l’électronique…pour moi, l’électronique, bien sûr, c’est un plus mais il faut que le fond tienne et, si vous ne ressentez pas le manque de l’électronique, vous les voyez toutes les deux sans vidéo, sans rien mais que les corps et la présence de leurs instruments, Elodie, sa voix et Arabella son corps, pour moi c’est gagné. Je suis très heureuse d’entendre çà, après l’électronique vient en fait renforcer le fond qui existe, il va venir immerger le public dans le son puisque les hauts parleurs sont autour du public. Moi, je crois que le public doit être dans le ressenti et pas vouloir comprendre, être dans un laisser aller, tout est fait dans cette pièce pour lâcher prise, pour être vraiment comme le petit enfant qui découvre le vent, il faut se laisser envahir parfois par l’image, parfois par le son, par le mouvement, tout est extrêmement mobile, la fluidité du corps, de la pensée, de l’esprit, la capacité de s’ouvrir, de recevoir .

Laurence Marthouret a réussi à créer un lien entre sa source d’inspiration et le lieu où elle vit, la Méditerranée comme pour le choix de ses interprètes, Elodie est corse et Arabella est sicilienne et les images vidéo ont été tournées en Grèce et en France au Col de Vence dans les Alpes Maritimes. Meltem, le vent des Cyclades apaisé, le temps à la chorégraphe de peaufiner une nouvelle création, comment appellera-t-elle le vent qui emporte le jazz car c’est sur ce thème que l’on devrait revoir Laurence Marthouret.

Jean Pierre Lamouroux

Association Forum Jacques Prévert – Carros (AM) 04 93 08 76 07

  1. Centre National de Création Musicale, l’un des six centres nationaux de création musicale en France depuis 1997
  2. Fondatrice Compagnie Trans à Nice a travaillé entre autre avec Meg Harper, Greg Lara, a dansé auprès de Marie-Christine, Gheorghiu, a étudié, l’informatique et collaboré avec F. Voisin sur le logiciel LOL
  3. No Step – Trans – Walk- Monade (Manca 2012)
Publicités

2 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s