Popa Chubby…Le blues de new York

La voix du blues passe par l’homme du Bronx, Popa Chubby, depuis 25 ans de carrière, n’a cessé d’immortaliser ce blues urbain. Une musique qui fait planer ses fans comme ce fut le cas dans la salle Ventura à Nice.

P1050283

En habit, style hippie des années 60 porté sur un corps de plus d’un quintal, des tatouages sur les bras, l’arrivée sur scène de Popa Chubby galvanise les spectateurs. Au premiers accords des cordes de sa guitare Fender et sa voix qui accompagne, c’est le délire dans les gradins. Pendant deux heures, il va enchaîner tous les titres qui ont fait sa réputation. Bien calé sur son tabouret, un peu isolé de sa rythmique, il enchaîne sans respiration visible, il est en plein dedans, celui qui ne vit, pense et chante que pour sa ville…New York, le titre éponyme enregistré, il y a une dizaine d’années où il disait …une musique crue, urbaine et qui t’en met plein la gueule

P1050280

On retrouve d’ailleurs sur une grande partie de sa discographie la vie new new-yorkaise comme, par exemple dans She Love every body ou Shakedown et, bien sûr, il a su travailler avec d’autres artistes très tendance comme Dana Finchs, Joe Labelle, les groupes Noxcuse, Hip Hoppers et tant d’autres. C’est aussi un artiste à l’humour désarmant quand il sort Big Bad and Beautiful, se moque-t-il de lui…certainement. « J’ai essayé de faire toute ma carrière en étant plus grand que la vie…les gens aiment çà, les gens aiment les personnages plus grands que nature… » Toujours au sujet de sa ville préférée, malgré ses nombreux passages en France dont celui de l’an dernier où il avait enregistré son dernier CD, Popa Chubby répète souvent qu’il n’aime pas vivre ailleurs même si « …chez vous, les filles sont belles, les paysages magnifiques et le fromage super…oui, tout est beau chez vous »

P1050307

Quand on dit de lui dans les médias que c’est un musicien catalogué multi casquettes, jazz, funk, rock, rap, il répond simplement « je n’ai pas besoin d’être défini par ma musique. Je prends un peu partout mon inspiration dans toutes les tendances musicales, c’est le boulot de l’artiste de faire la musique…l’art, c’est le boulot des critiques de définir… je trouve aussi mes thèmes dans la vie sociale qui m’entoure, la politique, les gens que je rencontre, un regard, un sourire et aussi, les gens qui me racontent une histoire…il y a toujours quelque chose à prendre si on écoute bien celui qui raconte et puis, quand même, j’ai une grande source d’inspiration en écoutant de nombreux musiciens…écouter Jimmy Hendrix c’est comme puiser de l’eau dans un puits… »

JP L :

En parlant d’inspiration, connaissez vous le répertoire français ?

Popa Chubby :

Bien sûr, j’aime Serge Gainsbourg et Edith Piaf et, ne rigolez pas, un jour j’ai fait une vidéo habillé en Gainsbourg et je fumais des gauloises.

JP L :

Dans le jazz, quelle tendance vous inspire ?

Popa Chubby :

Vous n’allez pas le croire, j’écoute plus ce qui est Bee Bop que n’importe quelle autre musique.

JP L :

On vous a vu jouer un moment de la batterie qui a été votre premier instrument, petite nostalgie ?

Popa Chubby :

Oui, oui, c’est presque un moment de détente et j’aime faire le show avec mon batteur, on s’amuse, à chaque concert, c’est toujours différent.

P1050308

JP L :

J’ai entendu dire que vous collectionnez des guitares, qu’en est-il ?

Popa Chubby :

J’ai effectivement de nombreuses guitares de collection mais, surtout, j’aime avoir celles de grands musiciens, j’ai par exemple une guitare de Bo Diddley et, j’en ai une signée Billy Gybbons »

Si Popa Chubby est un maître du blues, il n’en reste pas moins près de ses fans. Pour ce concert à Nice, il n’a pas cessé de demander aux spectateurs de venir près de lui et, bien sûr à la signature de ses CD, il s’est prêté à la séance de photos…surtout avec les jeunes femmes ! Sa réputation à ce sujet a traversé gentiment l’Atlantique.

Le prochain rendez vous proposé par la ville de Nice et la Ruche production , c’est pour le 13 novembre dans la salle du Forum Nice Nord qui accueillera deux fortes personnalités du jazz : Bojan Z et Julien Loureau.

Jean Pierre Lamouroux

Forum Nord : 04 97 00 10 70

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s