Cinema / CHRONIC de Michel Franco.

Présenté En Compétition officielle au Festival de Cannes 2015 le film de  Michel Franco Chronic sur le quotidien d’un aide-soignant dévoué aux personnes en phase terminale, le film y a vait reçu un éxcellent accueil… et obtenu le Prix du scénario. Une film grave sur un sujet qui ne l’est pas moins traité avec tact et une sensibilité à fleur de peau … A voir! .

L'Affiche du film
L’Affiche du film

 Nous avions découvert le jeune réalisateur au Festival de Cannes 2012 où il présentait à la section un Certain Regard son film Despues De Lucia , qui lui avait valu le prix du meilleur film . On avait aimé la sensibilité de son regard et cette authenticité des personnages dont on retrouve ici , la démarche réaliste avec laquelle ,il construit sa mise en scène qui évacue tout élément qui pourrait venir la parasiter ..Il est un Aide-soignant dévoué et passionné par son métier David ( Tim Roth , remarquable ) qui installe une véritable intimité avec ses patients dont la dépendance et les besoins d’attention dans ces soins palliatifs de phase terminale, est à la fois  une charge pesante pour le personnel médical , mais peut se révéler aussi une « aide » physique et morale déterminante pour les patients dont ils ont la charge . Le cinéaste s’est inspiré pour les besoins du récit et de son film d’une expérience personnelle , celle vécue par sa grand-mère qui suite à une attaque a été définitivement paralysée de la moitié de son corps . Resté quotidiennement à ses côtés pour qu’elle ne se sente pas seule , il s’est rendu compte du rôle important qu’ a joué pendant toute cette période l’infirmière qui lui prodiguait les soins ,et qui pour l’accompagner jusqu’au bout , «  a su immédiatement pénétrer dans son intimité physique et émotionnelle » explique Michel Franco. C’est ainsi qu’est né le personnage de fiction , David,  que l’on retrouve au chevet de ses patients effectuant tous les soins qu’ils sont  ( ou leurs proches ) incapables d’assumer : donner à manger , changer la couche , prendre le bain ou la douche , faire travailler selon les patients les parties du corps et les muscles pour assurer le maintien physique … et qui cherche à instaurer ce climat de confiance qui permet d’apporter le soutien affectif et moral.

Une scène du Film : Tim Rothe avec un Patient
Une scène du Film : Tim Rothe avec un Patient


L’approche, quotidienne autour de quatre expériences diverses est proposée par le cinéaste dans une progression dramatique qui laisse sourdre -par petites touches- ou dialogues très concis , le portrait d’un aide -soignant dont on finit par deviner , les stigmates enfouies d’un passé , qui le pousse à un tel dévouement. Et cette carapace derrière laquelle il s’est réfugié , d’un homme solitaire et discret dont le visage sombre s’illumine lorsque ses patients retrouvent un peu d’espoir et de gaieté avec lui. Comme l’illustrent certaines scènes magnifiques , dont celle aussi émouvante que comique où l’un des patients souhaite regarder en sa compagnie un film X et s’exclame «  ça c’est de l’art !) .
Un homme dont les bribes de phrases échappées de ses lèvres , révèlent la tragédie vécue de la perte de sa femme et d’un enfant , et qui soigne désormais sa dépression et son incapacité à  prendre en charge sa propre en la sienne , en  se dévouant aux autres , car il a aussi « besoin des autres que les autres ont besoin de lui ».Le traitement de la mise en scène qui refuse tout voyeurisme et (ou ) misérabilisme , est d’un tact et d’une sobriété qui force le respect par son réalisme humaniste qui s’attarde sur L’aide soignant et sur ses patients, évacuant tout parasitage qui risquerait de faire se détacher le spectateur de l’essentiel : le rapport entre David et ses patients . Auquel s’ajoute , la forme de l’investissement émotionnel et d’échanges , dans laquelle il se tissent .  

Michel Franco ( le réalisateur ) et Tim Roth/ Au Festival de Cannes
Michel Franco ( le réalisateur ) et Tim Roth/ Au Festival de Cannes

                                                     

Magnifiques ces séquences dont le cinéaste n’hésite pas à évoquer – au travers d’une conflit qui va le faire se retrouver face à la famille d’un patient – les «  limites » a ne pas franchir de ce qui relève ou pas de son travail , dans l’intimité de cette relation particulière : soignant- patient. C’est l’autre belle et grave réflexion que le récit vient inscrire dans cette démarche dans ce rapport de « dépendance » qui s’instaure entre patient et soignant . Le cinéaste y fait allusion aux possibles dérives qui peuvent s’installer , au travers du regard extérieur et de cette réflexion sur les proches qui peuvent y voir des « intentions » de possibles manipulations, Des accusations ( jalouisies? )  dont ils ne mesurent pas ni la portée des dégâts qu’elles peuvent causer à la fois chez le malade et chez le soignant qui peut, en être la victime.La rigueur et le soin de l’écriture comme de l’image , et surtout celle de la réflexion qui s’attache à un sujet grave de dégénérescence du corps et des soins palliatifs des malades en phase terminale , jusqu’au demandes des malades de mettre fin à leur calvaire , et ( ou ) des familles de le prolonger, fait penser parfois à celle de Michaël Haneke dans Amour qui lui fut primé par une « palme » .Michel Franco lui , aura donc eu un , mérité,  prix du scénario et le prix d’un bel accueil du public qui fut réservé au film ainsi qu’à son formidable , et bouleversant comédien , Tim  Roth                        

 ( Etienne Ballérini )    

CHRONIC de Michel Franco – 20156 Sélection Occicelel en Coméptition , Festival de Cannes.

Avec : Tim Roth , Sarah Sutherland, Robin Bartlett ,Rachel Pickup , Michael Christopher…………….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s