Jazzons Jazz à l’Huma…

 

A chaque fête de l’Huma j’ai un rendez-vous incontournable : c’est celui avec la scène de jazz, « JazzHum’ah! », et je sais qu’elle va m’emmener vers des terrains où je ne l’attendais pas. Chaque année elle enrichi mon patrimoine cédéisque et ma connaissance de cette musique humaine. Cette année il s’agissait d’un pont entre passé et futur, la reçusscitation (ah ! barbarismes de Barbarin !) de la musique de Carla Bley par le Nonet Grand(s) Ensemble Over The Hills.

Carla_Bley

Carla Bley, est une pianiste, organiste et  américaine, musicienne au style assez inclassable, une figure importante du jazz post-bop. Son œuvre la plus connue est l’opéra  jazz The Escalator Over the Hill. Elle a travaillé notamment avec Charlie Haden et le Libération Music Orchestra, avec lequel elle est venu à Nice du temps où il y avait un véritable festival de jazz dans des lieux estivaux, où le maître mot était mélange, et non maintenant où c’est chacun dans son coin, cela fait accumulation de concert à la baste que sigue. Bon, je rougne, je rougne…

Donc, un nonet. C’est vrai que c’est une formation moins fréquente que les trios, les quintets. On est à la limite des orchestres de jazz. Notons quand même le nonet de Miles Davis. Dans le cas qui nous occupe, il s’agit de la relecture de l’Opéra-programme de Carla Bley par le Nonet Grand(s) Ensemble Over The Hills, un monument musical à la fois par sa créativité et par son aspect hybride, musique répétitive, concrète, rock, jazz, … un concept dont le Nonet s’empare avec une grande générosité, une musique qui s’avère propice à l’exploration et à la transcendance d’un style qui fige.

C’est avec la formation Jazz Composer Orchestra, que Carla Bley fonde en 1966 qu’elle enregistre, entre autres, l’opéra jazz Escalator over the Hill. Cet OVNI musical long de deux heures (où se trouve brassés jazz, rock, musique indienne et réminiscences de la musique de Kurt Weill)) est publié en 1971 sous forme de trois LP. Les enregistrements se sont étalés sur trois ans (1968-1971). Le livret est du poète Paul Haines. Le casting réunit des chanteurs et chanteuses comme Jack Bruce, Linda Ronstadt … et des musiciens comme Gato Barbieri,  Don Cherry,  Don Preston, John Mc Laughin, Charlz Hadern, Paul Motian, etc.

Bien sûr ce n’était pas le cas ici, il n’y avait que 9 instrumentistes –dont une voix, impressionnante- mais me maître-mot était ferveur. Carla Bley a assisté récemment à un concert de ce nonet et l’a apprécié. Je ne connais pas la version originale de The Escalator Over the Hill, mais ce que j’ai écouté à JazzHum’ah!  m’a convaincu sur la sincérité de son interprétation, son expressivité, la chaleur de sa musique, la générosité des cuivres, l’évocation free, leur plaisir a faire une belle musique.

Pour trouver ce petit joyau dans les bacs, par contre, il va vous falloir attendre la fin de l’année. Mais que voilà une bonne idée de cadeau !

Jacques Barbarin

Illustrations :
Nonet Grand(s) Ensemble Over The Hills, 4 photos
Carla Bley
Carla Bley au Jardin de Arènes de Cimiez

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s