Cinéma / Festival de DEAUVILLE 2015 ( 2 ème Partie)

Les différents jurys du 41e Festival du Cinéma Américain de Deauville ont rendu leur verdict. Petit retour en arrière sur la compétition et le palmarès dévoilé hier soir.

Le Jury présidé par Benoît Jacquot, celui de la Révélation, puis de la Critique internationale, et le public ont rendu leur verdict. Le palmarès de la 41e édition du Festival du Cinéma Américain de Deauville, dévoilé samedi soir, est sans surprise et distingue les films les plus remarqués d’une sélection d’un assez bon niveau, sans être exceptionnelle pour autant. Par ailleurs, il récompense à la fois des réalisateurs expérimentés et des premiers films.
Pendant une semaine, le Festival a pris le pouls de l’Amérique (les Etats-Unis). C’était déjà une tendance ces dernières années, les héros (ordinaires) sont fatigués. Ils vont même de moins en moins bien. Ils se posent des questions sur leur identité et sur leur devenir (Les chansons que mes frères m’ont apprises, 99 homes, Dixieland), connaissent de graves problèmes familiaux (James White, Krisha, I smile back, Babysitter) ou sociaux (99 Homes, Les chansons que mes frères m’ont apprises), ou tentent de « se faire une place au soleil » dans la Cité des Anges, « Los Angeles, (c’est) un mensonge. Un bel emballage», pour reprendre les propos de l’une des protagonistes de Tangerine (Day out of days, Dope, Tangerine).

Grand Prix : 99 Homes de Ramin Bahrani.

A- 99 Homes
Une scène de 99 Homes de Ramin Barhani

En 2015, à l’occasion du 40e anniversaire du Festival, Whiplash avait fait l’unanimité en remportant le Grand Prix du Jury et le Prix du Public. Il s’en est fallu de peu qu’il en soit de même cette année. En effet, 99 Homes, présenté dès le premier jour de la compétition, a longtemps eu les faveurs du public à « l’applaudimètre ». Et puis, Dope, projeté vendredi et dernier film de la compétition, a déjoué les pronostics et conquis les spectateurs.
Le choix de 99 Homes, pour le Grand Prix, du 6e long métrage du réalisateur américain d’origine iranienne Ramin Bahrani, semble s’être imposé comme une évidence pour le jury dont le président a souligné «la force dramatique et l’interprétation exceptionnelle».
Tangerine, de Sean Baker, une production à très petit budget et probablement l’œuvre la plus originale de la sélection, obtient le prix du Jury. Cependant, cette journée particulière d’un 24 décembre, vécue par deux prostituées transgenres dans les bas-fonds de Los Angeles, aurait tout aussi bien pu décrocher le Prix de la Révélation attribué au film le plus innovant. Celui-ci est allé à l’émouvant et éprouvant James White de Josh Mond. Un premier film, tout comme Krisha, de Trey Edward Shults, qui a eu les honneurs de la Critique internationale et dont l’action se déroule, là aussi, un jour bien précis, celui du jeudi du Thanksgiving. Les préparatifs de la fête familiale virent bientôt à un règlement de comptes à la Festen. Ces deux premières œuvres laissent aussi l’impression que ces situations et ces drames ont été vécus par leur réalisateur

 Prix du Jury : Tangerine de Sean Baker

Tangerine de Sean Baker
Une scène de  Tangerine de Sean Baker

Tangerine devrait sortir en salles le 30 décembre prochain et Krisha est à la recherche d’un distributeur en France. Quant à 99 Homes, il ne devrait pas être vu dans les salles de cinéma. Compte tenu « de la formidable croissance et la facilité d’accès de la vidéo à la demande », afin d’être vu par « le plus large public possible», le distributeur français le destine, début 2016, aux plateformes de vidéo à la demande (VaD). Comme un produit pour plaisir solitaire, à consommer, devant des écrans bien souvent inadaptés, les écouteurs sur les oreilles, entre une vidéo YouTube et le résumé des buts de la journée de championnat de foot. Une démarche bien curieuse…
En attendant de se retrouver pour le 42e Festival du Cinéma Américain, on souhaite une belle carrière, (d’abord) dans les salles obscures, aux œuvres primées (sans oublier les autres).

Le Palmarès:
Grand Prix : 99 Homes de Ramin Bahrani
Prix du Jury : Tangerine de Sean Baker
Prix de la Révélation : James White de Josh Mond

Josh Mond ( Photo: Philippe Prost )
Josh Mond ( Photo: Philippe Prost )

Prix de la Critique internationale : Krisha de Trey Edward Shults

Trey Edward Shultz ( Photo : Philippe Prost )
Trey Edward Shults ( Photo : Philippe Prost )

Prix du Public de la Ville de Deauville : Dope de Rick Famuyiwa.
Prix d’Ornano/Valenti (décerné à un 1er film français) : Les Cowboys de Thomas Bidegain

Pour revenir sur les célèbres planches de Deauville, rendez-vous sur le site officiel du Festival : http://www.festival-deauville.com

(à suivre)

Rédaction Philippe Descottes – Photos : Philippe Prost

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s