Thomas Enhco…encore et encore !

P1040582

Il est partout Thomas Enhco, le plus prometteur des pianistes de jazz en France, cet été, il était très présent sur la Côte d’Azur, on a pu l’entendre à Jazz à Juan, puis Jazz à Domergue à Cannes et un dernier set à St jean cap Ferrat. Il faut dire que le répertoire du jeune surdoué est très éclectique, aussi à l’aise en musique classique qu’en jazz.

P1040555

Depuis 5 ou 6 ans, l’artiste est aussi prolifique dans ses compositions, ses présences dans les concerts au violon ou au piano que d’autres artistes dans toute leur carrière. Il est vrai qu’il est dans une lignée familiale extraordinaire de musiciens (1). Depuis son plus jeune âge, il baigne dans cette culture musicale, pour certains d’entre nous (privilège de l’âge), on se souvient de l’avoir vu et entendu quand il avait 8 ans quand le violoniste Didier Lockwood du Centre des Musiques du même nom le présentait au public en 1998 lors d’un concert au Festival de Jazz à Juan où il jouait du violon, il ne savait pas encore que le « petit » deviendrait aussi son beau fils…bref, le jeune homme apprend vite et développe son arts. A 14 ans, il forme son trio, rejoint par la suite par son frère David trompettiste qui déroule aussi une belle carrière et à 18 ans, il enregistre son premier album Esquisse. Un peu plus tard, on découvre son talent dans le classique avec le spectacle intitulé « le jazz et la Diva Opus II », un grand moment aussi familial, en effet la soprano est sa mère Caroline Casadesus, il est aussi entouré par David et Didier Lockwood et, il tourne depuis plusieurs années toujours dans un répertoire classique avec la percussionniste bulgare (2) Vassilina Serafimova qui a joué avec lui en première partie. C’est plié désormais, Thomas Enhco est aussi convoité par les producteurs et organisateurs de concerts pour se produire dans n’importe quelle facette musicale. Pour l’instant, on l’entend en piano solo avec son dernier enregistrement Feathers avec des compositions sur un fond très intime après un séjour à New York.

Thomas :

« …j’ai vécu là bas 3 ans et j’ai vécu des choses très diverses, notamment une histoire d’amour aussi belle que difficile et c’est en grande partie autour de çà que j’ai écrit cet album…

P1040563

Vous savez, j’ai 26 ans, les histoires d’amour ça arrive dés l’adolescence ou même avant, moi je n’en ai pas vécu beaucoup…pour moi, la musique et notamment le piano sont des moyens d’expression des sentiments très profonds parfois difficile d’écrire avec des mots, avec la musique c’est plus facile pour moi d’expliquer des choses en demi teinte, des petites choses avec beaucoup de nuances et de subtilité qui seraient plus dur pour moi de décrire verbalement »

JP L :

« Est ce que vous jouez jazz pour vous faire mieux comprendre, y a-t-il une différence avec une interprétation classique, par exemple ? »

Thomas :

« Dans le jazz, on est extrêmement libre, on improvise beaucoup, moi je suis compositeur, j’écris les musiques que je joue donc, je me sens libre dans la musique que je fais puisque je l’écris et puis, j’improvise, c’est comme s’il y avait un terrain entièrement ouvert où je peux aller où je veux. J’adore le classique aussi mais là, le terrain est délimité pour moi »

JP L :

« Vous avez un souvenir du moment où vous avez choisi de jouer jazz avec votre piano plutôt qu’avec votre violon ? »

P1040552

Thomas :

« moi, j’ai commencé les deux en même temps quand j’avais 5,6 ans, j’ai commencé le jazz et le classique en même temps, j’avais commencé le violon un petit peu plus tôt. Je n’ai vraiment jamais choisi en fait, c’est plus au moment où j’ai commencé à écrire plein de morceaux, plein de chansons quand j’avais 10 ans. L’un des premiers que j’ai écrit, c’était pour mon chien, j’avais une chienne formidable qui s’appelait Swaly, elle est morte maintenant mais j’avais écrit pour elle, j’avais aussi écrit pour un autre chien, pour un chat »

JP L :

« Quand vous décidez de composer ou de jouer du jazz, y a-t-il une image, un son, une ambiance qui vous vient tout de suite à l’esprit ? »

Thomas :

« C’est en voyant mon beau père Didier Lockwood sur scène, j’avais 6 ans, j’ai adoré l’énergie qui se dégageait du concert, c’était impressionnant. Je vous ai dit que le jazz, c’était super mais, j’ai vu mon grand père diriger les orchestres symphoniques, c’est du classique mais l’énergie était absolument prodigieuse, en fait, c’est en jouant avec un groupe d’enfants à partir de 6 ans, on était dans un groupe de jazz et on apprenait à improviser ensemble, à être libre ensemble, en fait à partager la musique et çà, c’était vachement sympa »

Didier-Lockwood-4-Juan-98

JP L :

« Êtes vous influencé à l’écoute de musiciens, de poètes, de compositeurs ou d’autres artistes ?

Thomas :

« En fait, j’écoute beaucoup de choses différentes, j’ai évidemment grandi avec les classiques du jazz, Miles Davis, Coltrane et depuis au moins 10 ans, je suis vraiment passionné par le jeu pianistique de Brad Mehldau, Keith Jarrett, j’ai écouté tous les grands, toutes les légendes du jazz mais, j’ai aussi écouté du classique, des chansons françaises et, c’est vrai que les chansons de Brel et Léo Ferré, à mon avis, m’ont autant influencé dans mon écriture »

JP L :

«Vous aimeriez jouer avec un chanteur sur un répertoire bien précis ? »

Thomas :

« Je vais le faire l’an prochain, en fait il y a un chanteur avec qui j’ai joué en début d’année, c’est José James un superbe chanteur, j’ai déjà joué avec plusieurs chanteurs et moi, je commence à chanter un peu aussi, pas encore sur scène et puis avec Richard Bona aussi, on va jouer l’an prochain…il y a des projets en cours, je ne sais pas ce qui aboutira ou non mais j’aime beaucoup la voix et, autant jouer avec d’autres voix qu’avec la mienne, çà m’intéresse beaucoup »

Thomas Enhco pianiste, Jérémy Bruyère contrebasse, Nicolas Charlier batterie
Thomas Enhco pianiste, Jérémy Bruyère contrebasse, Nicolas Charlier batterie

JP L :

« Vous avez des préférences pour jouer en solo, en duo, en trio, en quartet, avez vous envie un jour de jouer avec un orchestre philharmonique ? »

Thomas :

« Bien sûr, c’est aussi en projet pour l’an prochain avec un répertoire sur Mozart…vous tapez en plein dans le mille parce que j’aime énormément jouer en solo pour la liberté, l’intimité que ça offre, en duo aussi, en trio aussi, le trio, c’est une formule magique, en quartet parce qu’il y a un équilibre carré tout simplement. J’ai rarement fait plus que quartet à moins d’être dans de grandes formations et sinon, orchestre philharmonique, orchestre de chambre aussi et puis en écrivant aussi des musiques pour des films, j’ai aussi pas mal de projets classiques qui arrivent, les quatre mains avec Michel d’Alberto avec le quatuor Modigliani. Il y a aussi plein de choses classiques qui se passent en ce moment et qui se profile à l’horizon. C’est vrai que j’ai beaucoup de chance, depuis un moment, beaucoup de chose dont j’ai rêvées, se sont réalisées quelques années plus tard mais j’aimerais bien aussi jouer avec Wayne Shorter, John Scofield, Pat Metheny, Marcus Miller »

JP L :

« Le piano pour vous, c’est l’instrument par excellence où l’on peut tout faire ? »

Thomas :

« C’est l’instrument roi pour l’orchestre, polyvalent qui a une énorme tessiture, qui peut être soliste, accompagnateur orchestre et puis, il y a autant de piano chez les Beatles que dans le rap et le classique »

JP L :

« Donc, Thomas Enhco n’est jamais rassasié de rien ?

Thomas :

« Quand je suis rassasié, je vais me coucher ! »

P1040573

 

Jean Pierre Lamouroux

  1. La fratrie Casadesus depuis Luis né le 26 mars 1850 compte en 5 générations 26 musiciens sur les 42 descendants qui sont aussi artistes (peintres, sculpteurs, comédiens)
  2. Thomas Enhco a chanté en bulgare un titre traduit en français qui a fait rire le public « Dis moi comment tu fais pour planter les poireaux ? »
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s