Théâtre / Le petit chaperon voit rouge

La compagnie B.A.L. aime les chemins buissonniers. Si elle l’a prouvé par le passé avec ses comédies jardinières, elle continue aujourd’hui en adaptant le fameux conte du Petit Chaperon Rouge.

BAL_BOOK_ChaperonRougeC’est la deuxième fois que Thierry Vincent, metteur en scène et responsable de la Compagnie, choisit une figure célèbre de l’imaginaire collectif. Avec son magnifique Ubu d’après Alfred Jarry, il était resté très proche du texte original tout en invoquant et convoquant une quantité d’idées nouvelles parlant de notre monde, de notre société actuelle.

Dans son Petit Chaperon voit rouge, il rappelle rapidement le conte original au début de pièce pour mieux pouvoir engager son travail de création sur un chemin différent empreint d’une réalité nouvelle et actuelle. Car son petit chaperon connaît la déclaration universelle des droits des enfants et il a bien l’intention de la rappeler au Loup.

C’est un enfant « averti » explique Thierry Vincent. « Il comprend ce qui va arriver alors que le Loup, non. » Il va donc se jouer de lui durant toute la pièce. « La première fois que j’ai relu ce conte, j’ai été surpris par son caractère angoissant, par ces gens violents. Et comme le disait le metteur en scène Dario Fo, j’ai eu envie de la dégager comme une baudruche avec humour. »

Ecrit dans le monastère de Saorge, son Petit Chaperon est donc parti du thème du Droits de l’enfant. « Je voulais parler du sens. C’est un conte d’avertissement où les enfants ont un regard aiguisé sur l’adulte. Ils ont au final beaucoup de choses à nous apprendre. »

Elodie Tampon-Lajarriette, Elise Clary les deux comédiennes avec Thierry Vincent.
Elodie Tampon-Lajarriette, Elise Clary les deux comédiennes.

Voir le Loup peut prendre beaucoup de significations tout comme cette volonté du Loup de désirer toujours plus. La force des contes de Perrault réside dans l’universalité et l’élasticité de leur symbolisme. Ils peuvent être décomposés et recomposés, explosés, malaxés… tout en conservant leur capacité à créer du sens. Thierry Vincent modernise le personnage du petit chaperon qui a 317 d’années d’existence et forcément une vision du monde un peu plus aiguisée. Dans un monde où les adultes ont démissionné comme la mère, ou sont méchants comme le Loup, le Chaperon n’a pour autant par perdu sa naïveté. « Il continue de sentir les fleurs, de s’amuser avec le Loup… » rassure Thierry Vincent. Evidemment avec les événements tragiques de ce début d’année et les interrogations parcourant la société française, la pièce a pris une dimension différente et les projections sont plus nombreuses. Évidemment, on peut y voir maintenant « des paroles contre les kalachnikovs, l’humour contre la violence des adultes. » Force du théâtre et plus généralement de la création artistique.

Commandée par les bibliothèques de la ville de Nice, Le petit chaperon voit rouge est un spectacle destiné aux enfants à partir de quatre ans et c’est un public particulièrement difficile : « Les enfants sont très exigeants et demandent une très grande précision dans l’écriture et le langage. Ils ne pardonnent pas une petite faiblesse. Leur perte d’attention est très rapide. » Thierry Vincent et les deux actrices, Elodie Tampon-Lajarriette et Elise Clary, ont travaillé trois semaines intensément pour rendre au public ce « bonheur jubilatoire » qu’ils ont eu à répéter ce texte.

La tournée commence le 23 février à la bibliothèque Pasteur pour se terminer à celle de Saint Roch le 5 mars. Et si les enfants ont beaucoup à nous apprendre, les spectacles pour enfants (de la compagnie B.A.L.) aussi.

J.C

Plus d’infos : http://www.compagniebal.com/

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s