Cinéma / DISCOUNT de Louis-Julien Petit.

DISCOUNT de Louis-Julien Petit.

Prix du public au Festival d’Angoulème , le premier long métrage du jeune cinéaste raconte la création d’un « Discont Alternatif » par des employés menacés dans leurs emplois par une grande chaîne de Hard Discount. Un regard juste , la tonalité de la Comédie sociale populaire au rendez -vous, pour traiter un sujet grave : le gaspillage Alimentaire…

l'Affiche  du  Film.
l’Affiche du Film.

Ils n’ont qu’un mot à la bouche : rentabilité et performances , les responsables des magasins de cette chaîne de Hard Discount . Et celui du Nord  de La  France  dans lequel, on va retrouver nos héros employés aux caisses automatiques, ne déroge pas à la règle . Surveillance de la rapidité pour enregistrer les produits achetés par les clients, pauses café ou « pipi » chronométrées à la seconde près … une lourde atmosphère règne avec le couperet ( licenciement et chômage à la clé ) qui menace ceux qui ne répondraient pas aux exigences de performances. Pressions et maltraitances psychologiques se multiplient,  à l’image de cette scène où les employés des caisses se retrouvent contraints de travailler debout, sous prétexte que la position assise ralentit leurs performances !.
Gardez le sourire ( la banane! ) en toutes circonstances, et remerciez  « merci patron» , même si on vous annonce que vous êtes licencié !. Alors, face au mépris et aux humiliations un groupe d’employés va se révolter et chercher une réponse alternative ,en créant avec la récupération de produits encore consommables destinés à être détruits ( javellisés ) , une chaîne de distribution solidaire…

Les employés  aux  caisses  du  discount
Les employés aux caisses du discount , au centre  Corinne  Masiero ( Christiane  )

Louis- Julien Petit à mis cinq ans pour  faire accepter et financer son projet pour lequel il s’est énormément documenté sur les « coulisses » du fonctionnement et des méthodes employées par ces entreprises , et il s’est surtout penché sur les témoignages des employés qui les subissent « les blogs des caissières ont été une source d’inspiration ( …) ils sont comme des bouteilles jetées à la mer, des appels au secours », et il a également recueilli les témoignages des vigiles. Et le « déclic » qui l’a décidé à s’investir dans le projet c’est cette histoire qui a défrayé la chronique en 2011 de la caissière, Anne-Marie Costa , d’un hypermarché accusée de vol par sa hiérarchie pour avoir récupéré un ticket de promotion abandonné par un client, comme il l’explique dans le dossier de presse «  je suis allé la voir chez elle en Lorraine ,à Homécourt . Je m’attendais à rencontrer quelqu’un de déprimé et d’abattu , mais au lieu de cela j’ai rencontré une personne gaie et vivante . Elle m’a appris que suite à la médiatisation de son histoire elle avait reçu un grand nombre de témoignages de soutien et qu’un véritable élan de solidarité était né autour d’elle (…) j’avais envie de faire un film sur les conséquences positives que peut engendrer la crise financière chez les gens , sur l’entr’aide et la solidarité qui peuvent en naître , avec des personnages qui prendraient leur destin en main (…) c’est Anne-Marie qui m’a donné cette tonalité positive », dit-il . Et l’idée du ticket de promotion lui a inspiré le beau personnage de Christiane ( Corine Masiero ) qui avec ses camarades va s’investir dans la création leur magasin alternatif . En relevant la tête il y regagneront cette fierté et cette dignité qu’un système inhumain leur refuse.

M'Barek Blekouk ( Momo),  Pascal Demolon , Sarah Suco  et  Olivier  Bathélémy . en  pleine  attente de  La  préparation de  leur  "coup"
M’Barek Blekouk ( Momo), Pascal Demolon (Alfred  , Sarah Suco (Emma )  et Olivier Bathélémy ( Gilles ). en pleine attente de La préparation de leur « coup »

Avec Christiane (  Corine Masiero ), ils vont donc être quatre autres ( rejoints, ensuite, par d’autres solidaires) pour mettre en place leur entreprise de rébellion solidaire contre un système qui les brise et menace leur emploi . Il y a donc Gilles ( Olivier Barthélémy), Alfred (Pascal Demolon, Emma (Sarah Suco) et Momo ( M’Barek Belkouk) . L’idée qui a germé dans le cerveau de Gilles consiste à « récupérer » dans les poubelles les produits destinés à la  destruction et « javellisés » , et les revendre prix cassés à des proches et amis dans le besoin . Les bénéfices ainsi acquis constitueraient … une sorte de «  prime de licenciement » , vécue comme le salaire d’un acte de résistance citoyenne . D’ailleurs Christiane le dit «  prendre des produits destinés à être détruits, ce n’est pas voler !» . Et le cinéaste ajoute «  s’ils franchissent la ligne de la légalité , c’est pour une cause qu’ils considèrent juste . A Travers elle ces héros anonymes et faillibles vont se réapproprier leur vie , reprendre confiance en eux et se révéler (…) lorsqu’ils créent leur magasin de fortune ils portent tous un badge avec leurs prénoms. Un moyen d’exister, de retrouver l’estime de soi ,d ‘être reconnus ».

Zabou Breitman , la  Directrice  du  Discount
Zabou Breitman (  Sofia ) , la Directrice du Discount

Et Discount élève ses personnages ( servi par une brochette de comédiens épatants ) à cette dignité qui leur est due . Louis-Julien Petit revendique les influences de Stephen Frears et de Ken Loach ( le parcours de héros de Discount fait penser d’ailleurs à celui des héros de La Part des Anges / 2012 ) , on pourrait y ajouter aussi , celle de la Comédie Italienne. Les personnages y sont décrits avec leur énergie , leur quête de dignité dans la résistance , mais aussi avec leurs blessures qu’ils cherchent à cicatriser dans leur petite entreprise fraternelle guidée par la générosité . Et, la belle idée du réalisateur, c’est d’en garder jusqu’au bout ( la superbe séquence finale), la dynamique . La vraie manière de faire bouger les lignes est sans doute là , dans cette solidarité sans failles qui peut permettre de vaincre la fatalité imposée par un modèle de société ( libérale ) qui exclut et alimente la précarité et la misère «  pourquoi les pauvres devraient-ils manger de la merde ? » s’exclame Christiane qui s’insurge contre le gaspillage des produits frais par les grandes surfaces.
A l’image du personnage de Christiane , Louis-Julien Petit , fait exister magnifiquement ses personnages en nous entraînant avec eux, dans l’intimité de leur quotidien , de leurs blessures et difficultés , et (ou) de leurs contradictions . Mais des Hommes et des femmes dignes qui relèvent la tête et se battent . Même si ce n’est pas toujours facile quand on croule sous les dettes comme Christiane , ou , quand  comme  Alfred  on vit mal les liens rompus avec femme et enfant . Ou, pour Emma d’élever seule son fils de six ans ; et, pour Gilles qui a la charge d’un père à la santé fragile et qui perd la vue , sans oublier Momo qui doit envoyer la presque totalité de son maigre salaire à sa famille en Algérie…même Sofia ( Zabou Breitman ), la Directrice du Discount n’est pas en reste, dont le maintien en poste est soumis à l’efficacité de sa gestion et qui subit les pressions de ses patrons..

L'ouverure  du magasin Alternati: M'Barek Malkouk, Sarah  Suco , Olivier  Barthélémy , Pascol Demolon et Corine  Masiero  ( de  gauche  à  droite )
L’ouverture du magasin Alternatif: M’Barek Malkouk, Sarah Suco , Olivier Barthélémy , Pascol Demolon, et Corine Masiero    ( de gauche à droite )

.Les arguments mis en avant par le cinéaste ne manquent pas , pour offrir un constat
sans ambiguïté sur les conséquences du gaspillage alimentaire , en même temps qu’il pointe le mal- être dans lequel les gens sont plongés confrontés à toutes ces difficultés ( précarité qui s’amplifie,chômage…) liées à une politique économique et sociale qui les plonge dans le désarroi . Son film veut donner à comprendre et à réfléchir avec les « armes » du rire de la comédie sociale, dont l’humour fait l’écho à la désespérance , et la solidarité à l’injustice. En s’inscrivant dans une tradition et un héritage revendiqué , il semble avoir trouvé ,une dynamique nouvelle et une forme d’écriture ,qui lui permet d’aborder les thèmes de société , avec une acuité beaucoup plus efficace dont on souhaite qu’elle perdure . En ce sens , Discount s’inscrit dans le sillage d’autres réussites récentes du Cinéma Français comme Hypocrate de Thomas Lilti , mais aussi, Louise Michel et Le Grand Soir signés Gustave Kervern et Benoît Delépine , Le Nom des Gens de Michel Leclerc, Des Lendemains qui Chantent de Nicholas Castro, La Marche de Nabil Ben Yadir….

(Etienne Ballérini)

DISCOUNT de Louis-Julien Petit – 2014-
Avec : Corine Masiero, Olivier Barthélémy, Pascal Demolon, Sarah Suco ,M’Barek Belkouk ,
Pablo Pauly , Zabou Breitman ….

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s