Jazz sous les Bigaradiers

 

Compagnie So What Ph - Guillaume Laurent
Compagnie So What
Ph – Guillaume Laurent

Un dernier trimestre 2014 plus jazz que jamais, avant le festival de jazz de Monte-Carlo commence le Jazz sous les Bigaradiers à La Gaude, un village des Alpes Maritimes perché au dessus de Cagnes sur Mer. Pour cette 18ème édition, l’association So What propose pendant 10 jours de superbes rendez vous jazziques.

 

Que de chemin parcouru en 18 ans pour les musiciens de la Compagnie So What chère au clarinettiste Alex Benvenuto qui, avec une bande de bénévoles, travaillent pendant des mois pour présenter une telle manifestation ancrée dans le calendrier culturel du département. Avec le soutien des municipalités successives qui n’ont jamais fléchi, les organisateurs au fil des années ont enrichi leurs programmes musicaux ainsi que les animations afin que le jazz reste une musique ouverte à tous malgré une diffusion médiatique qui laisse à désirer. Ici à La Gaude et dans ses environs, toutes les écoles auront la visite de musiciens de jazz, la population est invitée à exposer des peintures et des photos avec même un vernissage assuré par la conservatrice du musée Matisse à Nice Marie Thérèse de Séligny. Tous les bars et restaurants seront animés par des formations de jazz de la région. Cette manifestation est aussi l’occasion de décerner tous les ans Les Trophées du Jazz qui récompensent le meilleur groupe de la région PACA sélectionné par une dizaine de chroniqueurs et de spécialistes de cette musique. Le Jazz sous les Bigaradiers n’aurait pas un tel impact sans la venue de grosses pointures, cette année, il y aura du beau monde encore avec le contrebassiste Henri Texier, le pianiste Jackie Terrasson, le trompettiste Stéphane Belmondo, des musiciens qui n’ont pas été choisis par hasard par Alex Benvenuto

Terrasson-Belmondo

« Bien sûr, c’est leurs renommées qui nous intéressent mais aussi leur façon de rester simple malgré tout et d’être sensible aux rapports public – musiciens, des artistes ouverts aux contacts après un concert…et puis, en invitant Henri Texier, nous sommes en plein ravissement car sa carrière est jalonnée de créativité, d’une musique qui reste souvent dans le free jazz, ce jazz qui sort des sentiers battus comme nous essayons de le faire avec un groupe de musiciens tout au long de l’année en parallèle avec notre formation So What… »

Hope Quartet d'Henri Texier
Hope Quartet d’Henri Texier

Il faut rappeler qu’Henri Texier, très attendu à La Gaude, porte haut le jazz européen. Après avoir accompagné tous les musiciens américains qui passaient dans les clubs de jazz parisiens, il va vite s’intéresser à ceux qui décortiquent le jazz afin d’y trouver matière pour faire avancer cette musique avec entre autres Michel Portal, Louis Sclavis, Daniel Humair, François Jeanneau ou Jean Luc Ponty pour ne citer qu’une infime partie d’artistes prêts à se lancer dans ce jazz que l’on appelle souvent le Free jazz. Quelque soit l’appellation, le jazz d’Henri Texier ne laisse pas indifférent et, quand mon confrère Eric Delhaye l’interroge lors du dernier festival parisien dans la grande halle de la Villette, il répond « j’ai grandi avec des musiciens dont le seul souci était de créer un discours original et, ne me dites pas que je suis une légende vivante, je m’en fous…je suis vivant… » . Attendu aussi à La Gaude, le pianiste franco-américain Jackie Terrasson, lui aussi deviendra peut être une légende, mais en attendant, il est sur tous les continents après avoir accompagné les grandes voix féminines comme Cassandra Wilson, Diana Reeves ou Betty Carter. Il a remporté de multiples récompenses, il fait un tabac avec son trio mais nombreux se souviennent de son talent de compositeur quand, en 1999 avec un grand orchestre, il enregistre What It Is. A la sortie de cet album, il confirme les propos d’Alex Benvenuto sur le dialogue public – musiciens quand il déclarait « …je pense qu’être en contact avec les gens est la chose la plus importante, la plus essentielle dans la vie et, c’est dans ces relations que je puise mon inspiration ». Il faut écouter aussi un enregistrement avec Ibrahim Maalouf en 2009, Diachronisme et plus récemment en 2012 Gouache avec Michel Portal, Cécile Mc Lorin Salvant et un certain…Stéphane Belmondo qui sera à ses côtés le 15 novembre à la Coupole à La Gaude, tous les deux sont en tournées. Comme Terrasson, les grands moments de Belmondo ne manquent pas avec chaque fois une aventure différente qui fait que le jazz est toujours en pleine ébullition, on se souvient, entre autres, qu’avec son frère le saxophoniste Lionel, ils avaient plongé pleinement dans la musique électronique de Frédéric Galliano, ou encore en 2003, toujours avec son frère, ils avaient réorchestré des partitions de compositeurs de musique classique pour un Hymne au Soleil avec les musiciens de l’Orchestre National de France sans oublier son CD en 2004 où il reprend le répertoire de Stevie Wonder et dernièrement à La Villette comme Texier qui reprenait du Mingus, Belmondo a repris du Horace Silver, un enregistrement de 1959…bref, le varois reste l’un des plus éclectiques musiciens de la planète jazz. En attendant les stars, de nombreux musiciens de la région sont au rendez vous comme la chanteuse Yaël Angel

Yaël Angel Quartet
Yaël Angel Quartet

 

le guitariste Louis Bariohay,le quintet de Jean Paul Alimi ou encore en musique improvisée le Freaks and Co et bien sur la compagnie So What fera une première partie pour une musique de jazz écrite et improvisée du XXI ème siècle, un mélange de jazz fusion et de musiques contemporaines. En dernière minute vient de s’ajouter à la programmation la venue du grand batteur Sagoma Everett le 8 novembre, un artiste qui a notamment joué avec Dizzy Gillespie, Al Grey, Archie Scheep ou Bradford Marsalis.

 

Louis Bariohay
Louis Bariohay

Comme le veut la tradition, le dernier jour se terminera par une projection de films d’actualités et cette année, la bande à Alex a eu du flair en prévoyant de projeter Whiplash qui vient de remporter le grand prix du jury et du public au dernier festival du film américain à Deauville, une oeuvre remarqué lors du festival de Cannes dans la Quinzaine des Réalisateurs, qui retrace la vie d’un jeune batteur de jazz dans un Conservatoire de Manhattan. Croyez moi, le bonheur sera dés ce samedi sous les Bigaradiers !

 

Jean Pierre Lamouroux

 

So What à La Gaude : 04 93 24 47 26

 

Quelques notes de jazz, de pop, de rock en Novembre

 

Dans le cadre New Jazz Festival Forum Nice Nord

Le 7 : John Abercrombie

Le 8 : Lee Fields

Le 13 : James Carter

Le 14 : Michel Portal – Bernard Lubat

 

Nice – Galerie Depardieu

Le 14 : Kevin Tardevet

Le 15 : René Sopa

 

Nice – Théâtre Lino Ventura

Le 12 et le 14, soirées électro pop

Girls in Hawaï – Kadebostany

Le 18 : Maceo Parker

Le 20 : Steve Coleman

 

Cannes – MJC Picaud

Le 8 : St Lo Benjamin Fincher

Le 15 : Mondkopf / Prism

 

Italie à Ospedaletti – Piazza Nassiriya

Le 7 : Masters Class de Basse électrique avec Fédérico Malamant et Hadrien Feraud

Milevska Trio
Milevska Trio

Avec Rossitza Milevska – harpe et voix, Fred Lacroix – double bass, Cédric le Donne – drums

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s