Cinéma / UNE NOUVELLE AMIE de François Ozon.

UNE NOUVELLE AMIE de François Ozon.

Après Jeune et Jolie (2012) , le nouveau film du cinéaste prolonge l’exploration d’un des thèmes récurrents de son œuvre , la transgréssivité , qu’il approfondit ici en s’emparant d’un sujet , celui du travestissement , dont le passage à l’acte interpelle le regard extérieur sur les interdits. Voyage au cœur des étapes d’une vie et d’un drame intime qui prend les formes du conte libérateur …

Laura (  Isild  Le  Besco )  et  Claire  (  Anaïs Demoustier
Laura ( Isild Le Besco ) et Claire ( Anaïs Demoustier

Laura ( Isild Le Besco ) qui gît dans le cercueil vêtue de sa robe de Mariée dans la scène d’ouverture du film est une sorte de « belle endormie » , dont le fil conducteur de l’amour et la douleur du deuil qui accompagne ses proches, va faire sourdre en eux le cheminement d’un parcours libérateur qui , par les artifices qui l’accompagnent , va se concrétiser par le réveil à une nouvelle vie . Le conte, dont le cinéaste revendique l’utilisation des « formes » qui permettent au spectateur de s’identifier aux personnages est donc,ici, le « moteur » du récit au cœur duquel va s’inscrire le parcours de Deuil des proches de Laura marqués par une profonde dépression consécutive à sa disparition. Claire ( Anaïs Demoustier ) son amie d’enfance ne trouve pas la paix et traîne comme un boulet le  « fantôme » de l’amie que reflètent les flahs-back des scènes d’ouverture du film , en miroir de l’oraison funèbre. On y voit défiler les souvenirs des jours heureux et  de complicité de leur enfance scéllés par le fameux pacte du sang « à la vie à la mort », et ceux de l’adolescence, puis de leurs mariages respectifs dont la cérémonie ne pouvait se dérouler que le même jour, suivis  des premiers pas de leurs vies de couples respectifs …

Anaïs  Demoustier    et Romain Duris (  David)
Anaïs Demoustier et Romain Duris ( David)

La  drame …et le « pacte  du sang» d’enfance  en mémoire, et  Claire, qui s’est engagée à veiller sur le mari ( David)  et la  petite fille de son amie, va être mis à l’épreuve d’un réel qui va bouleverser la donne, en même temps que celle d’un deuil qu’elle   et David ( Romain Duris ) le mari de Laura , ont du mal à surmonter. Le glas du deuil à faire  a sonné celui d’un bonheur évanoui qui semble tout à coup devenu factice, enfermé dans la guimauve d’une normalité « bourgeoise » dont le brouillard entretenu par le récit… va se confronter au réel du conte de la vraie vie , dans laquelle ( superbe idée ) le secret qui se cache derrière la porte va bouleverser la donne , et révéler, par la transgréssion libératrice un renouveau qui permet de transcender la douleur de la perte. Et la sidération de la révélation du secret qui , un moment, rend Claire abasourdie et incrédule …. jusqu’à ce que – celui-ci, dévoilé – lui fasse comprendre que  pour David , comme pour elle, l’acceptation est  la voie d’une possible sortie du deuil ( de la dépréssion ) et d’ une renaissance à la vie. Le secret qui se dissimule derrière la porte, François Ozon, le dévoile  à la manière  d’Alfred  Hitcchock , pour  nous  entraîner  dans  un  autre  suspense, celui  du cheminement et  de l’acceptation psychologique de ses personnages, et de leur métamorphose qui va s’accomplir.

Claire (Anaïs  Demoustier ) hantée  par  le fantôme de  son amie d'enfance...
Claire (Anaïs Demoustier ) hantée par le fantôme de son amie d’enfance…

A cet égard , la scène qui le dévoile et nous montre, David, réussissant à calmer les pleurs de sa petite fille et à la nourrir grâce à l’odeur du chemisier de sa femme morte , est une scène-clé . Celle qui va révéler l’idée d’un travestissement déclenché par le deuil dont la démarche va donner à comprendre la complexité de l’approche . A la fois par ce qu’elle va révéler de la ( vraie) nature de David , comme de celle de Claire dont son indéfectible lien au « pacte de sang » va la guider , après le réflexe de rejet,  dans un  accompagnement et soutien complice ,à David. D’autant que ce dernier lui confie que Laura en avait connaissance et lui avait demandé que « ça ne sorte pas de la maison ». Dès lors , c’est avec la complicité et l’acceptation de Claire , que le seuil de la porte pourra être franchi et affronter le regard extérieur.
Dans l’approche des personnages et leur quête d’indentité , la parenté de récit trangréssif et de cheminement , rejoint celle des films d’Almodovar ou de Xavier Dolan ( Lawrence Anyways / 2012), et François Ozon développe dès lors son récit , en y intégrant toutes les intérrogations qui s’y inscrivent .. et le trouble , aussi , qu’elles déclenchent.

Anaïs  demoustier  et  François Ozon , Scéne de  tournage
Anaïs Demoustier et François Ozon , Scéne de tournage

Et ce dernier qui adapte , ici , librement, une nouvelle de Ruth Rendell «  The New Girlfriend » , explique dans le dossier de Presse , ses références et choix de mise en scène qui lui ont semblé devoir le mieux servir son propos «  je me suis rendu compte que les grands films qui me plaisaint étaient ceux où le personnage se travestit au départ non pas par désir personnel , mais sous une contrainte extérieure : des musiciens déguisés et poursuivis par la Mafia dans Certains l’aiment chaud de Billy Wilder, un acteur au chomage qui devient actrice pour obtenir un rôle dans Tootsie de Sydney Pollack, une actrice sans le sou dans Victor, Victoria de Blake Edwards…ces circonstances extérieures permettent au spectateur à la fois de s’identifier aux personnages et de jouir du travestissement , sans culpabilité et malaise. Billy wilder étant pour moi la référence parfaite pour traiter d’un tel sujet. Sauf que  dans le cas de mon histoire , le personnage avait ce désir en lui , avant son passage à l’acte … », dit-il . On retrouve dans son film, outre celles déjà citées, d’autres nombreuses références cinéphiliques revendiquées : Fritz Lang , Alfred Hitchcock ,  Leo Mac Carey , Joao Pedro Rodriguez ….ou Mervyn Le Roy ( la scène de la salle de cinéma ).

Claire ( Anaïs  Demoustier  )  et  son Mari ( Raphaël Personnz )
Claire ( Anaïs Demoustier ) et son Mari ( Raphaël Personnaz )

Le cinéaste qui aime bien brouiller les pistes et pîmenter son récit ( pour mieux retourner le spectateur?) en explorant d’autres possibles ( David attiré par le mari de Claire, et Claire par David ? , Les apparences extérieures définissent-elles les genres et la sexualité ?, où sont les limites de la fidélité et de l’amitié ? …) qui interpellent et viennent pîmenter par leurs fantasmes , le mélodrame. Celui qui , au bout , conduit comme dans ceux  de Douglas Sirk à «  accepter l’autre et sa différence »
Car , David ne fait pas preuve d’une homosexualité refoulée mais d’un attrait pour les femmes dont la scène-clé de la boîte de nuit révèle, par le biais de la chanson «  être femme » de Nicole Croisille , les inquiétudes sur le basculement vers une autre vie rêvée ( souhaitée?) . Dans ce « jeu » de rôles,  Romain Duris est stupéfiant d’ambiguité et de séduction , distillant avec subtilité la métamorphose de son parcours vers la séduction féminine. De la même manière que  pour Claire dont l’attachement obséssionnel à Laura et au passé heureux  finit par se « libérer »  au contact de David , en  retrouvant une nouvelle « intimité » féminine partagée …avec David/ Virginia, sa nouvelle amie . Anaïs Demoustier , remarquable ,  à la fois fragile et déstabilisée nous  entraîne, avec elle,  dans l’accompagnement de la mue de David,  et de la  féminité , assumée pour l’un (e) comme pour  l’autre.

François Ozon exprime merveilleusement au détour des scènes de  complicité ( les jeux de maquillage, les sorties pour l’achat de vêtements …) , le double éffet d’un éveil et d’un épanouissement , qui, au delà de David finit aussi par rejaillir sur la vie de couple de Claire et son mari ( Raphaêl Personnaz) qui va retrouver  sérénité, et leur  permettre de concrétiser de nouvelles perspectives familiales.
(Etienne Ballérini)

UNE NOUVELLE AMIE de François Ozon .
Avec : Anaïs Demoustier , Romain Duris, Raphaël Personnaz, Isild Le Besco, Aurore Clément, Jean Claude Bollet-Reda , Claudien Chatel, Anita Gillier Alex Fonda…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s