Cinéma / STILL THE WATER de Naomi Kawase

STILL THE WATER de Noami Kawase.

Présenté en Compétition Officielle, en Mai dernier au Festival de Cannes , le film de la Réalisatrice Japonaise déjà venue sur la croisette pour La Forêt de Mogari, évoque dans le sillage de deux jeunes adolescents l’apprentissage à la vie sur l’ïle d’Amami où les habitants vivent en harmonie avec la nature.

Le  jeune couple  en compagnie des  anciens
Le jeune couple en compagnie des anciens

Le cinéaste Japonaise qui avait été primée pour sa  Forêt de Mogari en 2007 et qui est aussi une remarquable documentariste, et,  par ailleurs passionnée par la nature et le rapport de l’homme à celle-ci , nous entraîne avec Still The Water dans l’île d’Amami où les habitants vivent en harmonie avec la nature et ont un rapport particulier avec celle-ci et notamment la mer, ou,  les arbres qui  sont  disent-ils  « habités » par un Dieu. Et le film apporte un éclairage passionnant ( à mi chemin entre documentaire et évocation ) sur la vie spirituelle et les rites des habitants « les rites et les coûtumes des habitants de cette île sont assez uniques , par exemple les rituels du Dieu Yuta ou les danses traditionnelles , comme la danse d’Août . L’île d’Amami est constituée d’une nature particulièrement riche , que ce soit la forêt ou les fonds marins qui l’entourent . L’une de mes premières certitudes quant’à la mise en scène,  a été de saisir ces éléments fascinants qui appartiennent à cette île et de les faire exister de manière très réaliste à l’écran pour insuffler une base solide à l’histoire », explique la Cinéaste dans le Dossier de presse du film.

le  jeune  couple,  Nijiro Muralami  et Jun Yoshinaga
le jeune couple, Nijiro Muralami et Jun Yoshinaga

La mer déchainée et un corps gisant sur la plage découvert par les habitants. La cruauté du monde est là, aussi, présente dont il faut contrecarrer les violences qui détruisent l’harmonie du monde qui nous entoure. En contrepoint, deux jeunes amoureux Kaito ( Nijiro Murakami) et Kyoko ( Jun Yoshinaga ), et leur familles dans lesquelles on va pénétrer avec eux , et découvrir leur quotidien et ce lien à la fois avec la nature, et, avec les traditions et les ancêtres . Une mode de vie  en respect et en harmonie avec les croyances et la destinée humaine qui s’inscrit ( la vie , l’amour et la mort)  appréhendés  avec une certaine sérénité empreinte de sagesse et de beauté « Ils prennent conscience du monde qui les entoure ( …)   apprendre à accepter les autres , à avancer tout en gardant en mémoire nos douleurs , en continuant à voir ce monde tel qu’il peut être par moments : d’une beauté inestimable » , dit encore la cinéaste.
C’est au travers de la perception et de la découverte par le jeune couple amoureux que la cinéaste nous le fait découvrir au cours d’une sorte d’initiation (apprentissage ) leur permettant de grandir , de s’imprégner de ces valeurs afin de faire leur entrée dans le monde adulte . Magnifiques images qui les montrent  découvrant cette « communion » avec la nature, ou encore , la confrontation avec la mort , comme lors d’une scène magnifique et émouvante ( la plus belle de tous les films vus au Festival ) à laquelle la mère entourée de ses amis et proches accourus à son chevet, demande de l’accompagner jusqu’à son dernier soupir par des chansons dont sa préférée aux paroles si révélatrices «  je m’en vais , que vas-tu devenir sans moi ? »… c’est splendide !.
(Etienne Ballérini )
STILL THE WATER de Naomi Kawase – 2014- Japon
Avec : Nijiro Murakami, Jun Yoshinaga, Miyuki Matsuda, Tatta Sugimoto , Makiko Watanabe …

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s