THEATRE / Culture : d’Aurélie à Fleur …

D’Aurélie à Fleur
Rédacteurs comme lecteurs de ciaovivalaculture, la culture est un domaine justement qui nous (pré)occupe. J’ai donc interrogé des femmes des hommes du secteur artistique afin de connaître leur sentiment sur le changement de ministre dans ce domaine. C’est pour cela que j’ai intitulé ma contribution D’Aurélie à Fleur

Comme l’écrit LE MONDE à propos de ce changement, « Certains y ont vu la marque de l’humour féroce de François Hollande, et de son goût présumé pour le vaudeville : en remplaçant Aurélie Filippetti par sa rivale historique, Fleur Pellerin, au poste de ministre de la culture et de la communication, le chef de l’Etat n’a pas manqué de faire sourire ceux qui connaissent l’état passablement tendu des relations entre les deux femmes »
Dans les réponses que nous publions, nous avons tenu à présenter les opinions de différentes professions, comédien, metteur en scène, musicien.

Aurélie  Filippetti
Aurélie Filippetti

Aurélie Péglion, Comédienne, marionnettiste, clown.
La mandature de Fillipetti :
-Elle a passé 2 ans à se battre contre les baisses de budget sans précédent depuis Malraux.  Elle a réussi et a sauvé pour 3 ans uniquement le budget de la création.
Elle a avalé des couleuvres énorme…elle a de vraies  valeurs de gauche et des compétences réelles . Elle connaît les différents domaines de son ministère mais n’a eu de cesse de se battre dans son propre camp. Face à des socialistes qui veulent rentabiliser la culture, rendre utile la culture… Une masse importante d’énarques vendus à la finance  qui pense que les artistes sont des privilégiés, et que la France n’a plus les moyens d’avoir une exception culturelle…
Elle a essayé de « sauver » les meubles dans une maison qui prend l’eau.
Dans le dossier des intermittents elle était 98% d’accord avec la Cgt, le Syndeac [Syndicat National des Entreprises culturelles] et le comité de suivi….depuis janvier les couleuvres deviennent des boas….elle a conscience que les socialistes veulent instrumentaliser la culture, utiliser les artistes à l’Américaine…le populisme de gauche est à vômir…
Elle n’a rien pu faire réellement…Elle a fait preuve de solidarité gouvernementale même si elle n’était pas d’accord du tout.  Bonne route à elle.
Fleur Pellerin : un toutou aux ordres du Medef. Elle va nous expliquer que la réforme du 22 mars est bonne. Que pour être moderne il faut jeter toute une série de valeurs qui font les fondements de notre société.

Marine Mane, metteur en scène. Je ne sais pas si je pourrais oublier sa mise en scène de « La Solitude dans les champs de coton » en Avignon.
-Aurélie Filippetti m’a semblé tout à fait inexistante, peu courageuse sur le dossier fondamental de l’intermittence et je crains que Fleur Pellerin n’aille pas dans le sens désiré par les coordinations. Les budgets n’ont cessé de baisser et la parité ressemble à une peau de chagrin…

Jean Louis Ruf, musicien. Il joue du mandoloncelle, une mandoline juste un plus grosse et plus grave. Il cherche en permanence à mélanger les influences qui l’ont construit.
-Je ne sais pas trop que penser d’Aurélie Filippetti. On aurait eu envie de lui accorder notre sympathie , mais elle restera quand même comme la ministre de la Culture au plus petit budget depuis 1981, je crois. Elle aurait pu aussi défendre les intermittents de manière plus efficace , et je pense aussi que c’était réellement son souhait, mais elle avait les poings liés , et a cru bon de nous donner rendez-vous à l’automne , pour une concertation plus fructueuse , sauf que , à l’automne elle n’est plus là …
Pour ce qui est de Fleur Pellerin , je ne la connais pas assez, mais il semble qu’elle soit plus proche de l’industrie du multimédia , et de l’informatique que de la création, artistique. Serait-elle là pour contenter et rassurer le MEDEF ? , On le craint . J’ai vu passer une de ses interventions à l’assemblée où elle prenait le relai de son collègue Rebsamen, pour expliquer que l’accord ( inique ) du 22 Mars était un bon accord , etc … Donc pas de grands espoirs avec elle , mais on peut toujours être surpris (?).

Fleur  Pellerin
Fleur Pellerin

Bernard Doré, Metteur en scène, comédien, enseignant de théâtre. L’un de ceux qui, à Nice ont le plus de « tripes ».
-Pendant l’été de sa campagne pour les Présidentielles, notre ami François Hollande a dû faire un arrêt par Avignon à la demande de son équipe. Après un bon repas, il a passé l’après-midi à serrer des mains. Un de ses conseillers lui a alors demandé à quel spectacle il allait assister le soir. Notre bon François s’est énergiquement regimbé eu déclarant qu’il n’en était pas question, que le théâtre l’emmerdait et qu’il rentrait à Paris. Très, eux aussi, « emmerdés », devant cette faute de campagne, les conseillers lui ont alors proposé d’aller assister à un spectacle où les actrices se dévêtaient. Cet argument fut le bon et notre passionné de football de Président assista au spectacle. La com avait gagné.
Comme l’a démontré depuis sa mise en place par le Général, dans la Ve  République le Président élu est un monarque qui décide de tout.
Son Premier ministre et l’Assemblée devant suivre ses décisions. Le gouvernement est constitué d’amis qui lui ressemblent et qui sont à sa botte.
Mme Filippetti a toujours été une fan de Hollande. Elle en a aussi la morgue comme on a pu le voir. Ce mépris envers ceux qui ne sont pas du sérail, qu’apporte le trop-plein d’une certaine culture par trop bachoté. C’est ce qu’elle a montré durant son mandat. On a bien vu qu’elle allait chercher sa politique auprès du monarque, qui lui, va la chercher près de la Droite et en Allemagne.
Pour ce qui est des intermittents, elle n’a eu qu’à profiter de la lâcheté de ceux qui ne sont pas prêts à lâcher pendant un mois les bienfaits que leur accorde leur statut. Statut qui  la plupart du temps a été obtenu par combines et copinage suivant en cela l’exemple venu de très haut.
Quant à Fleur, elle vient du même sérail.
Pour être nommée, il a fallu qu’il en soit ainsi. Il n’y a donc rien, suivant mon humble avis, à attendre d’elle qui puisse aller dans le bon sens commun.
Tous ces gens-là ont tellement de formations acquises dans le même chaudron que leur culture leur interdit de porter sur la réalité de ce que vivent nos concitoyens un regard clairvoyant.
Ils sont irrémédiablement perdus pour la société française.

Jacques Barbarin

Pour plus de renseignements sur les intermittents, voir l’entretien de Julien Camy avec Grégoire Mathieu, sociologue, « Les intermittents veulent que leurs propositions soient examinées »

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s