Musique / Un label pour des concerts éthiques et solidaires

L’association Fairplaylist lance le label « Face B » pour promouvoir une musique éthique et solidaire avec trois concerts de la belle et envoûtante Mélissa Laveaux.

affiches-principaleAlors que les Intermittents sont en ce moment mobilisés pour défendre leurs statuts remis en cause par les accords entre gouvernement, Medef et quelques syndicats autour de l’Unedic, il est important de réaffirmer l’importance de ces artistes, artisans, créateurs, ouvriers du monde culturel. Il ne faut pas croire que les intermittents glandent au soleil quand ils ne sont pas engagés sur un lieu précis. Le travail de réflexion, de formation, d’entrainement, de recherche…, n’est pas (ou très peu) payé. Il faut donc sanctuariser cette particularité. Dans le cas contraire, la richesse culturelle française risquerait d’en prendre un gros coup et avec elle, ce projet de société qui cherchait dans la culture l’émancipation.

Mais il est donc essentiel aussi que leurs représentations ou cachets soient correctement payés. Or, souvent le fossé entre les salaires de certains artistes, les producteurs et les techniciens pourrait se symboliser par le grand canyon.

Ainsi, si le café, les vêtements, les restaurants… peuvent être équitables, pourquoi ne pas étendre ce principe à la culture et à la musique en particulier.

Musique éthique et solidaire. A l’initiative de l’association Fairplaylist, un appel pour une musique solidaire avait été lancé au printemps 2009 et partait du postulat « que les valeurs communes d´équité et de solidarité peuvent et doivent être appliquées concrètement à la filière musicale. Les signataires de cet appel s’engagent donc à mener ensemble une réflexion sur les règles du jeu, par la création d’un groupe de travail conduisant à une garantie de pratiques solidaires entre les membres. »

Ainsi quatre grandes idées dirigent cette politique culturelle que l’association cherche à initier:

  •  La coopération et la solidarité entre tous les acteurs de la filière, du créateur et de l’interprète jusqu’au public / consommateur, en passant par les producteurs, éditeurs, tourneurs, techniciens et distributeurs.
  • L’équité et la transparence dans les relations contractuelles et économiques, selon le principe « tout travail mérite une rémunération équitable ».
  • La conservation de la diversité des expressions artistiques et l’autonomie de l’artiste.
  • Le respect de l’environnement par des modes de production, d’expression et de « consommation » plus écologiques.
02_guappecarto_190508
Le Festival de Menilmontant lors de sa première édition en 2008.

Dans ce cadre, toute la chaîne de production d’un concert est ainsi rémunérée à équité selon un barème fixe qui évite d’avoir de grands écarts de salaires. D’ailleurs, l’association n’hésite pas à détailler toute sa billetterie.

 

Cela s’est traduit par le festival de Menilmontant à Paris qui a connu un beau et populaire succès. Il était d’ailleurs venu s’exporter à Nice le temps d’une journée en novembre 2011.

Label Face B. Puis est venue l’idée à Gilles Mordant, directeur artistique de Fairplaylist, de créer un label éthique et solidaire en musique. Celui-ci s’appelle « Face B » et va se lancer sur la Côte d’Azur entre Nice et Mouans-Sartoux au travers d’une jolie programmation musicale et de nombreuses rencontres entre professionnels, artistes et public.

Ce label devrait reprendre les grandes idées de l’appel à une « Musique solidaire », en y apportant un aspect plus pédagogique de sensibilisation à ces principes et une volonté d’essaimer ce modèle.
Des rencontres seront organisées avec pour but « de faire réfléchir l’ensemble des professionnels et consommateurs de musique afin de fixer les critères du label éthique et solidaire ». Ainsi ce label se constituera au travers de cette série de concerts, d’un work-in-progress où tous les acteurs de la culture (de l’artiste au public) pourront participer, réfléchir et apporter leur pierre à ce bel édifice en construction. Et pour ce genre de projet, il fallait une telle mise en place. L’équité et le solidaire commencent par la discussion, l’échange et le respect.

Ainsi, c’est donc une sympathique équipe niçoise qui s’occupe de l’organisation de ces réjouissances azuréennes.

 

Mélissa Lavaux
Mélissa Laveaux

Trois concerts de Mélissa Laveaux. Il y a trois rendez-vous au total avec la chanteuse Mélissa Laveaux** : à la Zonmé à Nice (mercredi 26 mars), à la MJC Altitude 500 à Grasse (jeudi 27 mars), à la médiathèque de Mouans Sartoux (vendredi 28 mars). Cette dernière date sera une rencontre. Première d’un rendez-vous qui deviendra mensuel à cet endroit. Dans l’après-midi, il y aura eu un atelier pro.

 

Mélissa Laveaux propose une musique aux différences influences jazz, funk, soul, et même indie ou créole. Elle est donc singulière et personnelle, un nœud de paradoxes et de cultures pour une musique tour à tour envoûtante ou entraînante. Originaire de Haïti, cette Canadienne chante en trois langues (anglais, français, créole) a déjà fait le tour de monde, écoute toujours beaucoup de musiques et porte au cœur de sa musique, l’échange. Signée jusqu’à aujourd’hui chez le label de musique indépendante No Format !, Mélissa Laveaux est un choix encore plus cohérent pour inaugurer « Face B ».

A noter à Grasse, la première partie sera tenue par Maria Marolany, une fréjussienne d’origine martiniquaise qui a tourné pendant quatre ans aux cotés de Salif Keita et propose une musique hétéroclite, un « blend afro-blues, soul-funk ».

« Face B » continuera ensuite en avril (17 au 20) avec Lo’Jo Trio et en mai (15 au 18) avec l’engagée chanteuse Clarika dont les textes brillants mériteraient une plus exposition médiatique. Sinon, un grand nom de la chanson française qui s’est fait un peu oublier ces derniers temps, est aussi dans les cartons de « Face B ». Suspens.

Pour la pérennité du projet, il faudra donc être nombreux à ces rendez-vous et les soutenir. Et comme à ciaovivalaculture.com, on aime ce genre d’initiative, on suivra l’affaire. Il ne le sait pas encore mais une interview de Gilles Mordant, le directeur artistique sera à lire courant d’avril.

En attendant, bons concerts solidaires et éthiques !

Julien Camy

Les dates à retenir :

Concert de Mélissa Laveaux :

  • Mercredi 26 mars à la Zonmé à Nice à 20h.
  • Jeudi 27 mars à la MJC Altitude 500 à Grasse à 20h – première partie Maria Marolany
  • Vendredi 28 mars à la médiathèque de Mouans Sartoux : Rencontre privée avec l’artiste à 20h.

Atelier pro

 

  • Vendredi 28 mars à la médiathèque de Mouans Sartoux : 14h, atelier pro autour du label FACE B

Réservations et informations : http://www.fairplaylist.org

Publicités

2 commentaires

  1. […] Depuis onze ans, Fairplaylist promeut une musique éthique et solidaire. Depuis quelques mois, elle a lancé dans les Alpes Maritimes, un label FaceB « certifiant une musique représentative de la diversité culturelle et des moyens équitables de la produire et de la diffuser : transparence économique, pédagogie auprès du public, répartition plus juste des revenus, respect de l’autonomie de l’artiste, etc. » Nous en avions déjà parlé sur le blog (lire l’article ici).  […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s